Behind

Mama why does he treat me so cold ?

17 ans de vie de couple. Il me présente cette longévité comme étant la preuve de leur amour, elle, comme étant la peine purgée d’un trop long calvaire. Entre ces deux visions dichotomiques, au début, aucun des deux n’accepte la nuance…

(…)

Au milieu, quatre enfants. Elle a besoin de souligner que les deux premiers “ne sont pas de lui” Lui, ne voit pas trop l’intérêt de cette précision. Il ne fait pas de différence, il est le Pater Familias de cette escouade de fils. C’est d’ailleurs par le biais du numéro 4, adolescent révolté, que je fais leur connaissance. Il faut dire que la rébellion et la défiance envers les institutions judiciaires est une valeur défendue par papa (le code de la route c’est pour les cons qui savent pas conduire, les flics, çà sert qu’emmerder les braves gens qui travaillent). Cette philosophie me pose question sur le quotidien à la maison. Très rapidement, je perçois des signes évoquant des violences intra-familiales mais la mère de famille s’agace de mes questions et cherche à me rassurer, sans grande conviction toutefois.
Petit à petit, l’agacement fait place à un début de relation de confiance et les doutes se transforment en évidence. Pour autant, la violence est décrite par l’un et l’autre de façon distanciée, comme si l’on parlait d’une banalité.
Elle évoque un ras-le-bol de son quotidien, une vie gâchée, sans perspective intéressante ni futur donnant envie de se lever le matin. Ce n’est pas tant les faits de violence qui posent problème pour elle que l’image sociale que lui renvoie son couple. Elle rêve de sorties culturelles, d’une forme d’émulation intellectuelle, conduisant à des projets à construire ensemble. En somme, une vision assez idyllique de la vie à deux. Elle rêve d’une vie meilleure, sans trop y croire, sans s’impliquer dans une dynamique de changement.
Lui résume ainsi les choses “tous les couples s’engueulent” et se montre très condescendant à mon égard. Lors de nos échanges, nous sommes trois acteurs, ayant chacun notre propre perception de la violence. Et vu que je suis la seule à vouloir en échanger, la discussion tourne court.

Jusqu’au jour où…

Fin de journée, prête à partir, je vérifie mes messages. Le matin-même, elle a cherché à me joindre. Pas bon signe çà. J’hésite trois secondes à voir cela le lendemain. Pour me donner bonne conscience, je décide de rappeler, ça m’évitera d’y repenser en me couchant et en me réveillant demain matin. 5 sonneries, je suis prête à raccrocher, soulagée de pouvoir partir. Raté, elle décroche. Je ne comprends rien à ce qu’elle me raconte, elle est confuse, elle pleure, elle dit être blessée, il l’a battu toute la nuit, elle veut mourir, ne veut pas que je vienne ni que j’appelle les pompiers. Je suis debout à côté de mon bureau, l’adrénaline me parcourt comme une pluie glacée. Plusieurs sentiments se mélangent dans ma tête : la peur qu’elle se suicide, la culpabilité de ne pas avoir appelé plus tôt.

A ce moment là, tout est confus aussi pour moi, à tel point que j’hésite à appeler les secours pour ne pas la trahir. Le traitement de la violence conjugale est extrêmement difficile car très souvent les femmes, juste après les faits, refusent l’aide qu’elle soit médicale ou judiciaire. Mais si elle meurt seule ce soir chez elle ? Je reprends le contrôle de mon cerveau et fait le 18. Je suis à deux doigts de l’hystérie au téléphone et me plie de mauvaise grâce aux questions : qui êtes-vous ? sur quoi vous basez-vous pour penser qu’elle est en danger ? elle dit qu’elle est blessée mais avez-vous des précisions ? Le ton de ma voix doit être sans appel car le régulateur finit par envoyer une équipe de secours. “pourriez-vous accompagner les pompiers jusqu’à son appartement, si vous la connaissez ?”  me demande-t-il avant de raccrocher.

Sans réfléchir, j’acquiesce.

Six minutes plus tard, ils arrivent. J’ai l’impression que je vais tomber dans les pommes mais c’est pas franchement le moment. Deux pompiers se tapent 11 étages à pied (des fois que l’ascenseur tomberait en panne m’explique-t-on). Moi, j’ai le privilège de prendre l’ascenseur avec le dernier. Je reprends un peu du poil de la bête et me dit que dans d’autres circonstances, quelques minutes confinées dans un ascenseur avec un pompier n’aurait pas été pour me déplaire…

Devant la porte de l’appartement, mes fantasmes s’évaporent aussi sec et laissent la place à une autre giclée d’adrénaline.  Dans quel état allons-nous la trouver ? Je me plante devant la porte et sonne. Le pompier me demande de reculer, de ne pas rester ainsi devant l’entrée de l’appartement. Il lit dans mon regard le stress et l’incompréhension. Il me dit tout bas: “faut pas rester devant, on ne sait pas si la dame est seule, ce qui pourrait se passer !”

Je commence à me demander ce que je fous là, quand elle ouvre la porte. Point de chien, ni d’arme ou de mari violent. Non, juste elle, tuméfiée, échevelée, en larmes. Situation surréaliste. Les trois pompiers et moi, elle et un petit chat dans l’entrée de l’appartement. Et ce con de chat qui décide de se faire la malle. “Attention au chat !”

Me voilà à chercher le chaton dans le couloir. J’ai l’impression d’être dans un dessin animé, quand l’image est fissurée et qu’elle va tomber en morceau. Elle s’assoit et sans réfléchir encore, je m’assois à côté d’elle, le chaton dans les mains. J’ai l’impression que ma bienveillance va la soulager un peu. Les trois grands gars, eux, sont debout à deux mètres d’elle. Ils lui proposent de l’emmener à l’hôpital pour se faire soigner et porter plainte. Elle refuse catégoriquement.

Je me rapproche encore d’elle, dans un geste qui se voulait soutenant et insiste : “mais, si, il ne peut pas s’en tirer comme çà, c’est trop facile”. Et là, contre toute attente, elle se met à me hurler dessus. Son visage touche presque le mien. Je suis liquéfiée sur place. Je dois avoir l’air pathétique aux yeux des trois gaillards qui sont déjà prêts à repartir !

Je me recule pour être sûre de ne pas m’en prendre une, mais j’insiste auprès des pompiers pour qu’ils l’emmènent aux urgences. Négociation pendant quelques minutes. Après avoir déchargé ses nerfs sur moi, elle me dit : “j’ vais à l’hôpital, si vous venez, mais je ne porterai pas plainte contre lui”.

Les pompiers s’impatientent, leur credo, c’est l’urgence médicale pas la détresse sociale.  Je ne sais pas trop où j’en suis, jusqu’où je dois m’impliquer. L’accompagner jusqu’aux urgences, c’est bien, mais après, je la laisse seule sur un brancard dans un couloir de l’hôpital pendant quelques heures à attendre ? Je ne peux me résoudre à cela. Pour autant, la perspective de passer une soirée aux urgences ne me réjouit guère. Je décide de suivre le camion de pompiers. Je grille deux ou trois feux rouges dans leur sillage, je me surprends à trouver çà drôle. Toute en cohérence !! Je veux sauver le moindre moineau écrasé et là j’ignore allègrement les feux tricolores au risque de tuer quelqu’un.

Nous arrivons à l’hôpital et la misère du monde me saute au visage. Confidentialité zéro, l’hôpital est en grève, des brancards sont rangés dans le hall d’accueil… Les pompiers repartent bien vite pour une autre intervention. Un premier débriefing est fait avec elle. A la question de la nécessité de porter plainte, elle se met en colère et arrache l’appareil de tension de son bras. Nouvelle négociation, le médecin présent semble blasé et laisse de côté la question de la plainte. Le point administratif étant fait, je me retrouve dans une petite salle d’examen avec elle. Des professionnels vont et viennent, sans se présenter, indiquant l’arrivée prochaine d’un interne pour l’examiner.

Je reviens sur la question de la plainte et éveille à nouveau chez elle colère et peur. Je suis perplexe. Il l’a littéralement tabassée et la vision de cette femme tuméfiée me vrille l’estomac. Elle ne voulait pas aller à l’hôpital, ne veut pas d’ingérence dans sa vie privée. Évidemment, la situation n’est pas aussi simpliste que cela, et à la fois, elle me demande de ne pas la laisser seule. Elle est conduite en salle de radio pour faire un dernier examen.

J’attends. Début de soirée aux urgences. Un brancard arrive, une femme a fait une TS. Une autre a eu un accident sur la voie publique. Je décide d’aller m’assoir dans un coin pour être à l’abri de ces images angoissantes. Je tourne la tête vers l’homme assis à côté de moi. Il est calme mais a le tee-shirt plein de sang. Il s’est coupé en bricolant.  Je suis à nouveau à deux doigts de tomber dans les pommes.

Des questions éthiques m’assaillent. Ai-je bien fait d’aller au-delà de sa volonté ? D’ailleurs, quelle était sa volonté ? Elle-même n’en sait rien, elle vit l’instant présent en craignant les conséquences pour demain. Aurais-je du lui laisser libre choix et ne pas appeler les secours ? Aurait-elle considéré mon geste comme de la lâcheté ? Nous sommes tous soumis en tant que citoyen à porter assistance à toute personne en danger. Que ce soit par conviction philosophique, religieuse ou crainte de la sanction pénale, tout à chacun connait ce devoir d’assistance.

Pourtant, c’est à une succession de désintérêt manifeste que se confronte cette femme. Elle m’a raconté la venue de policiers la nuit précédente, appelés par les voisins de pallier.  Les violences duraient depuis trois heures déjà quand la police a été sollicitée. Trois heures, à entendre une femme pleurer et hurler. La première réaction est facile : mais quelle lâcheté ! Ce serait tellement plus confortable de reprocher aux voisins leur inertie. Mais comme toujours, la vie ne se résume pas à une version dichotomique bien/mal.

Ont-ils eu peur des représailles ? Ont-ils eu peur de se tromper ? Sont-ils d’une certaine manière, complices ? Les policiers sont venus, ont constaté les coups. Sont repartis. Pourquoi ? Parce qu’elle leur a dit de partir, de la laisser, qu’elle ne porterait pas plainte. Qu’ont pu ressentir les policiers face à cette attitude de repli,  malheureusement fréquente dans des situations de violence domestique ? Combien de temps peuvent-ils accepter d’intervenir dans ces conditions ?

Je voudrais ne pas faire partie de cette cohorte désabusée. Je suis frustrée du peu de compassion du personnel médical. J’attendais de la bienveillance de leur part, impliqué en tant que soignant du corps mais aussi des âmes. Mais elle refuse de porter plainte, d’être prise en charge comme une victime, alors, j’ai le sentiment que le message implicite envoyé est “Eh bien si c’est comme çà, débrouillez-vous, à la prochaine fois”.

Le système des urgences ne permet pas une prise en charge complète de la violence subie. On voit ici, à juste titre, par la lorgnette médicale, qui évalue très rapidement que cette femme peut sortir d’ici deux/trois heures. Oui… mais après ? Rien. Elle rentre chez elle. Elle ne veut pas aller en centre d’accueil pour femme battue. Je n’arrive pas à accepter cette situation.

Je ne me résous pas à partir. Mais, je ne suis pas elle, et je dois respecter son choix.

La nuit qui suit est peuplée de cauchemars, je me réveille en sursaut avec des sensations physiques douloureuses. Je l’appelle dès le lendemain pour prendre de ses nouvelles, l’assurer de mon empathie, lui manifester mon intérêt. Sauf qu’elle n’apprécie pas. Elle me renvoie avec agressivité ma bienveillance dont elle n’a que faire. Elle n’a pas besoin d’aide, ni de la mienne, ni de qui que ce soit. “Foutez-moi la paix” pour résumer. Je n’imprime pas le message. Elle doit être désorientée, je la rappellerais plus tard. Sauf que la fois d’après, j’ai droit à “Allez-vous faire foutre”.

Je me sens blessée et en colère. Il n’y a donc rien à faire ? C’est la cohorte qui a gagné le match ? Il n’y aurait donc eu que moi pour croire en un changement, une sortie de la spirale de violence ? D’autres y arrivent, je le sais, je les vois se battre, gagner une multitude de petites victoires (commencer par dire non, relever la tête, partir un jour, revenir mais repartir jusqu’au jour où…). Mais elle ne veut pas. Sans doute, pour elle, il n’y a pas assez de bénéfices secondaires à quitter cet homme qu’elle aime ? Qu’elle craint ? Les deux à la fois ?

Je ne l’ai jamais revue.

Lila Swan

Be Sociable, Share!

    , , , , ,

    RÉCLAMATIONS (43)

    > Déposer une réclamation
    • Vieux Félin dit :

      Face à une telle avalanche de violence, pour ne pas devenir complètement cinglée, pour ne pas faire face à la société, pour ne pas admettre cette vérité “c’est intolérable” on se tait.

    • […] This post was mentioned on Twitter by guybirenbaum, Jean Meyran and gilles j., José Defrançois. José Defrançois said: Histoire d'une violence ordinaire RT @guybirenbaum: Lila Swan m'a envoyé ce texte. J'ai eu envie de le partager… http://bit.ly/ffgWjT […]

    • lilaswan dit :

      et bien, si ce texte vous a plu, commandez les autres auprès de mr l’épicier…

    • lilaswan dit :

      et bien, si ce texte vous a plu, commandez ls autres auprès de mr l’épicier

    • martingrall dit :

      C’est pas mon monde. Je n’y comprends rien, je ne l’ai jamais compris. Et je suis bien dans et sur mon caillou. Peu habité, toi avec toi, tois avec tois, mois avec mois, moi avec moi. Je suis elle. Toutes ses parties manquantes. Ses rires et ses cris. Je suis elle. Je ne tend jamais l’autre joue.
      Bien sûr, la mer aimée, chaude et bienfaitrice, heureuse et passionnée, devient féroce et tue. Puis recommence. Nous enroule de félicité …..et gronde… Mais personne n’est la mer.
      Dans la vie quotidienne, je comprends que des hommes soient à l’extrémité de leur vie, reniés, bafoués, ignorés jusqu’au vertige, jusqu’à la fracture, jusqu’au vide, jusqu’au plongeon. Je ne sais si on peut vivre sans guide ni boussole sous le seul joug du tortionnaire. Je sais que par la société, réduit à l’inhumanité, il devra assumer le pouvoir et faire ployer sa part la plus faible pour exister encore. Je le sais, et lui aussi. Et Lila Swan également.

      ‘Il frappe un, il frappe deux
      Tu as mal toi, tu as mal tois,
      Qui de vous a le plus mal,
      L’avenir en restera là.’ Plus ou moins Moustaki Georges, Hadjidakis Manos,

    • lilaswan dit :

      martingrall, je te rejoins. la force de ceux qui sont effrayés de vivre, se transforme souvent en actes tortionnaires. comment expliquez sinon ce déferlement de violence?

    • do dit :

      donc chercher d’autre solutions.
      comme agir en amont. chez les enfants et les jeunes, dans les couples qui vont encore bien, chez ceux qui commencent une vie de couple.
      comment? mais en leur donnant les moyens de se former, de s’informer, au lieu de les laisser en pâture aux médias qui ne cherchent qu’à exploiter leurs tendances les plus médiocres.
      Qui est prêt à faire ça?
      Quels sont les programmes de l’éducation nationale en matière d’éducation affective? zéro. mettre un préservatif, visiter le planning familial (quel nom hypocrite!), et colorier des coupes d’utérus ou de pénis. le reste? l’amour? le respect? l’engagement? le discernement? la capacité à dire oui ou non?
      “c’est personnel”… il ne faut pas en parler. c’est à la limite de l’obscène.
      parce que des religions en ont parlé un jour, c’est devenu tabou.
      franchement, la misère de cette génération, qui n’ont eu que Doc Gynéco pour se préparer à leur vie de couple, c’est bien pire que l’illetrisme ou l’innumérisme.
      en même temps, quand on voit ce que certains ministres de l’éducation imposent aux profs de dire dans ce domaine, on se demande si d’aborder ce sujet ne serait pas encore pire que le silence…
      pfff

    • lilaswan dit :

      la violence est souvent la résultante de peur du petit enfant qui est toujours en nous. tous ces traumatismes subis, ces humiliations de nos proches, ou de la société par des lois ignobles. l’hypocrisie, les faux-semblants, les non-dits, forment le terreau de notre violence.

      il faut parler, se parler, se regarder dans les yeux, même quand c’est moche…

    • valagha dit :

      Voilà texte qui sonne juste et qui traduit parfaitement les paradoxes et la complexité des situations de violences conjugales. Les protagonistes sont tellement englués dans leurs sentiments contradictoires que le risque pour le travailleur social est de se retrouver lui-même pris au piège dans cet imbroglio…Qu’il est difficile parfois, de prendre du recul, de trouver le positionnement juste : ni trop, ni trop peu… Bravo pour ce témoignage, Lila Swan !

    • Mad-Dog dit :

      Que dire après avoir lu ça ?

      J’avais envie de partir dans le cynisme à deux balles sur ces neuneux qui veulent nous apprendre que “les femmes devraient se rebeller contre les hommes violents” ou que “les femmes sont parfois méprisantes avec les hommes ce qui les rends violents” et autres conneries visant à simplifier une situation complexe.

      Mais bon…..

    • iban dit :

      le seul mérite du travailleur social (20 années dans le métier)c’est de rester sourd a tout jugement et parfois à toute “connaissance” pour être là le jour ou “il” ou “elle” a besoin d’un humain pour sortir de son néant.

    • lilaswan dit :

      j’écris pour inviter à réfléchir. moi aussi je fuis les biens pensants qui pensent pour eux mais ne connaissent rien aux subtilités huamines.

      merci de prendre le temps de vous exprimer, c’est très bon de vous lire!

    • Anthropia dit :

      Souvenir d’une copine qui m’a appelé pour me demander de l’héberger. Je l’ai fait, je venais de déménager, le gars ne connaissait pas mon adresse.
      Je lui ai demandé à elle si elle était sûre de ne pas vouloir retourner avec lui, je connaissais l’ambivalence des femmes dans ces situations.
      Elle m’a dit, je l’avais prévenu, s’il me touchait, je partirais. Alors je l’ai crue et je lui ai dit de venir chez nous.
      Elle est arrivée, bleue de la tête aux pieds, je n’avais jamais vu ça, une personne bleue sur tout le corps, il lui avait en plus cassé la table basse en verre sur la tête. Son fils était avec elle. Il avait vu toute la scène, une nuit durant.

      Elle est restée trois semaines chez moi, je lui mettais de l’arnica, elle hurlait à chaque fois que je la touchais. Puis les jours passant, sa peau a changé de couleur, elle est devenue jaune, puis peu à peu les bleus sont partis.
      Je l’ai amenée en vacances avec moi une semaine avec mes potes, elle n’osait parler avec aucun de mes amis, comme sonnée.
      Au retour, elle m’a dit qu’elle allait partir.
      Elle a quitté la France, a changé de boulot.
      Au début, j’ai eu des nouvelles, puis le téléphone n’a plus sonné. Je ne l’ai jamais revue, je ne sais pas ce qu’elle est devenue.
      Son mari un temps en prison est sorti et a épousé l’assistante sociale qui avait traité son cas en prison.
      Moi, pendant trois semaines, j’ai eu peur que son mari ne débarque, et ne veuille nous faire la peau, mais l’assistante sociale, elle, est tombée amoureuse. Je ne comprendrai jamais certaines femmes.

      http://anthropia.blogg.org

    • poisson dit :

      Je me demande ce qu’est la narratrice par rapport à cette famille?
      Et pourquoi Martine dit bon courage Guy?

    • Martine dit :

      @Poisson,
      Parce que je suis intervenue sur le terrain, aussi je sais combien délicat.
      Suis passée, Guy a fait des foootes d’orthographes graaaves dans son titre^^^, mais bon il fait comme il veut…

    • V. dit :

      AUCUNE personne ne devrait accepter ce genre de situations.

      Vous dites : “la violence est souvent la résultante de peur du petit enfant qui est toujours en nous. tous ces traumatismes subis, ces humiliations de nos proches, ou de la société par des lois ignobles.”

      Oui mais les pulsions thanatiques doivent se contrôler et se dominer. Si l’on est incapable de les refouler, on doit être déclaré irresponsable et interné.

    • poisson dit :

      à v. : beaucoup de gens à interner alors. Mais pour les soigner?, les punir?, s’en débarrasser?
      C’est bien souvent que nos pulsions nous dominent et ce sont des constructions sociales qui les entravent quand elles sont dangereuses, bien plus que l’individu seul, car être en autonomie complète quant à son comportement envers autrui, ce n’est plus être un individu social. C’est être centré sur soi, sans compte à rendre à personne. Le pire des cas de figure possible.

      Pas facile de me faire comprendre, mais comme un bébé qui est autonome pour faire pipi ne l’est pas seulement par rapport à lui. On lui enlève sa couche parce qu’il fait pipi quand il veut où il veut, et aussi parce que où il veut, ce n’est pas dans le couloir, dans nos société.

      Donc s’imaginer que ce sont des réponses individuelles, en internant un par un les fautifs, qui vont écarter les cas de violences de notre société risque de retarder une amélioration.

      “C’est moi que j’aime à travers toi” dis la chanson, et dis la sociologie, et c’est moi que je frappe quand je cogne ou harcèle ma femme (pour me punir d’être nul), et c’est moi que j’abandonne quand je quitte mon mari violent.

      Tout ce que je remarque c’est qu’on tend la main à la femme, mais qu’on ne s’occupe pas de l’homme violent, on le dédaigne, on l’ignore. Un copain qui lui dirait qu’il déconne? Un flic qui lui demanderait à quoi ça rime? Un juge qui dirait à un homme, si vous voulez le bonheur de vos enfants, rendez leur mère heureuse? Jamais de la vie.

      Dans la société, la femme en tant qu’épouse joue un rôle de “validation” de l’homme dans bien des cas, pour colmater une blessure narcissique comme on dit, prendre sa revanche pour pas cher. Sans en avoir conscience chacun y trouve son compte, la femme contente qu’on ne puisse se passer d’elle, sans discerner la cause car l’amour a-t-il besoin d’une explication rationnelle? Avec le temps la femme est de moins en moins une compensation efficiente, l’homme se revoit nul, tout est à refaire.
      Je simplifie, je dégrossis, je bâcle, mais bon cette idée d’internement n’est pas bonne.

      Le titre, ce sont les paroles d’une chanson.

    • lilaswan dit :

      pour poisson,

      je suis assistante sociale.
      et j’accompagne les conjoints violents lorsqu’ils le souhaitent.

      er certains le souhaitent

      la chanson est “the widow” album the will to live ben harper

    • Albatros dit :

      La violence faite aux femmes me fait penser à toutes les luttes d’indépendances et de libertés
      Elles payent le lourd tribu de ces acquis, car dans nos sociétés la loi n’a pas suffisamment encadré la protection des femmes face à des hommes confrontés à une éducation séculaire qui ne peuvent et ou ne veulent assumer une place face à ce “déclin du père “.
      Quand des lignes bougent, il faut en redessiner d’autres et dans l’entre deux le chaos, les abus règnent…c’est ce que ces violences me disent
      Mon regret c’est l’attitude des policiers et de la justice immatures, car peu outillées (lois)comme ces maris, pères à la dérives dans ces crises ou les repères symboliques explosent.
      Tuer, frapper humilier, sa femme, assassiner “ses” enfants est la forme la plus violente de cette impuissance qu’il est temps de regarder en face…

      Écrire et dire, et redire encore

    • martingrall dit :

      @Albatros, les femmes aussi tabassent et tuent. et pour les mêmes causes.

    • martingrall dit :

      Je veux bien tout ce que le autres veules veulent. Tant que cela ne me touche pas. La compassion a deux balles, mais en 11.43 parabellum, prétexte a faire accepter leurs propres déviances, pourquoi pas.
      Mais. nous vivons en société ou l’ ultime dérive humaine, sociale et politique ne peut être la première caractéristique de la loi, c’est à dire d’être obligatoire.
      Parce que personne n’a le droit d’être bourreau, personne ne peut enlever la vie. Et personne n’a le droit de se requérir assesseur. Parce que l’accepter c’est y participer. On, je, ne peux accepter le viol et la dépersonnalisation ultime comme la banalité de se trouver au mauvais moment au mauvais endroit. Je n’accepte pas l’inceste, ni n’accepte l’esclavage, même et surtout si elles sont la nature humaine. Je n’accepte pas la violence parce qu’il est d’usage d’y recourir.
      Tous sont contre la peine de mort, parce que tous veulent pouvoir la donner ! Non.
      La pornographie n’a jamais guidé mes unions charnelles.
      je suis démodé, alors je suis heureux d’être vintage, parce qu’avant on ne baissait la tête ni ne courbions le dos devant le bourreau, on l’abattait. S’il n’y a pas de victoire sans combat autant choisir le bon.

    • poisson dit :

      Être démodé est une chose, être à côté de la plaque en est une autre, Martingrall.
      Tout tend à prouver que “avant” c’était pareil, si ce n’est pire.
      Être contre la peine de mort serait une revendication de droit au meurtre sans être puni? Où voyez-vous une telle chose? Aux USA la peine de mort et la vente libre des armes cheminent main dans la main, c’est donc plutôt l’inverse. Et je n’ai jamais entendu aucun homme revendiquer le droit de vie et de mort sur sa femme dans notre pays.
      Ce sont des actes non raisonnés dont on parle.

    • Albatros dit :

      @Martin
      Il y a un contexte culturel qu’il faut analyser pour trouver des modes de relations plus égalitaires et assumés
      et les femmes, sans abonder dans le sens de E Badinter qui du haut de son milieu protégé par ses moyens matériels et intellectuels énoncent des vérités propre à ce milieux…,
      donc les femmes ont aussi évidemment, un rôle à jouer dans cette transition et elles n’apportent pas toujours les bonnes réponses.
      Certaines revendications peuvent être perçues comme agressives, réelles ou fantasmées, pour autant la réponse par la force, doit faire l ‘objet d’une plus grande sévérité par les tribunaux (quand les affaires arrivent jusque là …)
      Cela étant comment peux tu sans sourciller mettre sur le même plan la violence des femmes et celles des hommes.
      De même je n’ai jamais lu ou entendu qu’une femme aurait supprimé ses enfants pour les soustraire au père. (rare mais cet acte à l’extrême en dit beaucoup sur l ‘hystérie le délire qui jalonne la mutation)
      Les hommes battus me semble relever pour ce sujet de l’épiphénomène. Celui des crimes sur conjointe en revanche est d’une banalité…
      Salve

    • martingrall dit :

      Bien sur. Et s’il me plait d’être battue! C’est pas d’aujourd’hui. Et bien sûr l’homme est dénué de raison! Arrêtons avec cette société de l’exception qui confirme et fait la règle.Et puis……….., ….., après l’avoir laissée agonisante, il va mieux, croyez vous qu’il reprendra sa place dans la société, celle qui lui était due! Non! Il attend de se faire exécuter par cette humiliation qui le fera sous-homme! Parce qu’il dispose toujours d’un exutoire dévoué.Et a t-elle d’autre existence que celle d’être son bol à crachats.
      je suis désolé, poisson, je ne peux l’accepter!

    • martingrall dit :

      Albatros, c’est pour ça qu’il ne faut rien lâcher! Jusqu’à la violence! Je lui veux une autre vie, à celle qui est mon avenir.

    • martingrall dit :

      Poison, je parle de mort sociale et sociétale.Par contre. Avant, dieu était l’exutoire de nos crachats, aujourd’hui l’athéisme ferait qu’il faille un, surtout une, pour purger nos peines?

    • Simone de Beauvoir dit :

      En tous cas, publier ce billet le jour de la Saint-Valentin c’est de l’intelligente contre-programmation

    • poisson dit :

      OK, Martingale.
      Mais dites, c’est un dieu, très très dieu, tout enfoui profond en nous, une source qui ne trouve pas son chemin parfois pour éteindre le feu.
      Ou un dieu va, qui a posé ses carcans comme on béquille un bateau, pour nous tenir droit sans effort en attendant la marée haute.
      http://www.youtube.com/watch?v=iuFHsIBMcsg (blue valentine)

    • martingrall dit :

      poisson,
      il paraît que dieu est notre complément, notre pièce manquante,lorsque l’on ne peut plus rien exiger,que tout est impossible, il paraît.
      Nous le connaissons uniquement en ce qu’en firent les hommes contre les hommes.

    • Guy dit :

      Le billet a été publié la veille de la Saint Valentin.

    • lila swan dit :

      les violences à autrui, avant d’être le symbole ancestral d’une domination, me semblent d’abord être révélateurs de nos propres peurs.

      la violence est un fait social, humain, en chacun de nous.

      point de dieu à invoquer, ce sont nos responsabilités individuelles qui seraient à interroger.

      les histoires que je raconte ne sont pas des vérités, mais des parcours de vie, à un instant t. chacun des protagonistes est plus complexe qu’il n’en a peut-être l’air.

      vous en voulez d’autres?

    • Albatros dit :

      @lila
      je ne sais comment répondre a votre commentaire…commençons par votre dernière phrase
      ben non perso je n’en veux pas d’autres !! je n’ai pas de gout pour le voyeurisme, et je trouve votre tournure, pour employer un mot faible pour le moins déplacée et pour le plus…
      pour le reste ne ne comprends à dire vrais pas grand chose
      vous ne comprenez pas ces situations pour vous elles ne sont pas des vérités elles sont plus complexes qu’elles n’en n’ont l air…bref c’est déconcertant je me demande bien quel est le but de votre démarche

    • V. dit :

      @poisson : Avez-vous lu l’adjectif succédant à pulsions dans mon commentaire ? Avez-vous compris que je ne parle pas de n’importe quelles pulsions ? J’en doute.

      Dois-je comprendre que vous cautionnez la violence quelques soient les circonstances ?

    • poisson dit :

      Eh l’autre, il ou elle, emploie un mot savant et me l’envoie à la figure.
      Pourquoi v. m’agresse?

    • Pat dit :

      Il y a la souffrance de celui qui cogne, cogne, cogne encore de ne pas savoir aimer ni sa faire aimer.

      Il y a la souffrance de celle qui encaisse, encaisse, encaisse encore parce qu’elle se demande pourquoi, quelles erreurs elle a pu commettre pour que cet autre elle-même soit si malheureux.

      Et il y a la souffrance de l’enfant qui entend, crie et hurle encore pour que tout cela cesse, pour qu’enfin ses parents s’aiment et l’aime, lui, cet enfant qui est arrivé là sans savoir pourquoi.

      Trois souffrances qui se font entendre, et qu’il est si dur d’écouter.

    • catnatt dit :

      Un jour ou pas, il y a ce déclic, l’instinct d’auto-conservation qui se réveille du fond de vos entrailles, un geste, le geste de trop, quelque chose qui fait qu’on dit stop.

      Comme ce déclic est propre à chacun, il est tres compliqué à analyser, et par conséquent, il est très compliqué de trouver le discours qui aurait fait sens auprès de cette femme pour qu’elle porte plainte.

      Je me rappele tres bien d’un débat assez vif autour de l’histoire de cette fille qui vivait enfermée par son père (je crois) qui avait eu deux enfants de lui, cela avait duré pendant des années. L’hypothèse admise était que le bourreau avait eu un sursaut d’humanité pour accepter qu’elle aille à l’hopital. Cela avait expliqué le fait qu’elle avait pu sortir de cette situation.

      Je vois les choses différemment. Je pense que c’est cette fille qui un jour a eu un sursaut, et une force de conviction implacable pr le convaincre de la laisser y aller.Le truc de trop, c’était son enfant à l’hôpital et personne ne pouvait le prévoir.

      Je pense que c’est la même mécanique chez les femmes battues. Un jour, quelque chose se réveille, parce que la limite a été franchie. Une ligne qui est propre à chacun. Et personne ne peut “créer” cette ligne à votre place.

      Quant au personnel blasé, quand vous voyez toute la misère du monde et que vous y assistez impuissant, que pour vous la ligne a été amplement franchie, mais que pour autant les gens restent, ou vous vous blindez, ou vous devenez fous. On ne peut décemment pas reprocher quoi que ce soit au personnel.

      On ne sauve pas les gens malgré eux.

      Je pense mais c’est ma conviction, que Lila Swan a bien fait d’appeler. Il a fait son “job d’être humain”. Le lien tissé par les coups, l’humiliation, la souffrance est très fort. On n’y met pas fin facilement. Ce sont deux névroses qui s’imbriquent, se mêlent. Ca ne veut pas dire que cette femme est coupable de quoi que ce soit, comprenez moi bien. Ca veut simplement dire qu’accepter d’être battue suppose une vision totalement biaisée de l’amour.

      Le chemin est long pour l’envisager autrement.

    • Pat dit :

      Oui, Catnatt, le chemin est long, tortueux, fait de détours et de retours, jalonné de mirages, d’espoir et de désespoir. Et parfois, un jour, une lueur jaillit du tunnel. Parfois…

      J’ai tenté d’accompagner une amie sur ce chemin-là, comme un chien guide d’aveugle encore trop peu expérimenté, encore un peu malvoyant. J’ai appris en marchant avec elle, appris à voir ce que je n’imaginais pas.

    • martingrall dit :

      Lila Swan. Le venin de notre société française est la solitude, qui au fil, génère l’ignorance, puis la peur, pour aboutir à la violence comme rampart, comme bouclier comme armure. Et on retrouve ce curare des des quartiers “difficiles” c’est pas le bon terme , mais….jusqu’au meurtre conjugal de Neuilly.
      Cela fait des décades que nous subissons la phrase magique.
      “Je suppose que je préfère avoir mal
      Plutôt que de ne rien ressentir du tout”
      Et cent mille morts cliniques ou sociales plus tard nous en subissons toujours l’habituelle.
      “Je suppose que je préfère avoir mal
      Plutôt que de ne rien ressentir du tout.
      La violence se canalise lorsque l’on élargit le cercle.
      La peur s’éteint lorsque l’on élargit le cercle.

    • poisson dit :

      Peut-être que “la femme maltraitée doit porter plainte pour être sauvé” est complètement faux.
      Puisque tout le monde répète que c’est le moment du jugement qui ouvre les yeux du violent sur l’aberration de ses actes et le guérit un tant soit peu de sa maladie.
      Puisque tous les témoins sont mal à l’aise d’être impuissants, au nom de, on ne peut pas porter plainte à la place de la victime.
      Puisqu’on ne peut pas partager sa peine puisqu’on n’est pas battu aussi, juste travailleur social.
      Puisque être toisé, regardé de haut, donc mis à distance par ceux qui écoutent notre récit de victime est le contraire d’une aide (avouez que la seule chose qui vous a aidé dans la vie c’est la sensation que quelqu’un partage votre chagrin, pas vous comprenne “en théorie”).
      Il est temps qu’il existe une personne habilité à porter plainte à la place de la femme battue.

      J’ai entendu une psychologue susurrer, comme en se parlant à elle-même en apparte, “pourquoi vous restez..” à une période où pour moi la question ne se posait pas. Je l’ai asticoté et je n’en ai rien tiré car personne ne sait à l’avance ce qui peut advenir des relations humaines et elle ne pouvait pas me dicter ma conduite, c’est contraire aux principes de base du rôle d’une psychologue.
      Mais en quoi est-ce contraire aux principes de base du rôle de la justice et de la police d’intervenir quand une femme est couverte de coup. Des femmes qui n’inventent même pas de bobards et qui sont renvoyées chez elles sous prétexte qu’elles refusent de porter plainte en leur nom, c’est absurde.

      On ne veut pas entendre ce qu’elles veulent dire, ces femmes qui refusent de porter plainte: que ça ne les sauvent pas à leurs yeux, malgré tout ce que croit les autres, extérieurs au huis-clos.

      Même dans d’autres situations: porter plainte globalement pour un cambriolage, pour toucher l’assurance, no problème, porter plainte quand c’est le gamin du voisin qui est venu faire l’Arsène Lupin par dessus le mur et à qui vous voyez passer les menottes parce qu’on vous dit qu’il faut lui faire prendre conscience que c’est mal… Ça ne rend pas forcément fier de porter plainte.

      @ lila swan: le côté religieux que je vois, c’est quand je parle qu’on ne veut pas être toisée, qu’on veut quelqu’un qui partage en vrai de façon mystérieuse pourtant. Y’a un gars qu’avait assez compris la psychologie humaine à ce niveau et qui permettait au curé qui se chopaient son aura d’aider ses ouailles dans ce genre de scénario.

    • catnatt dit :

      @Pat oui c’est compliqué d’accompagner quelqu’un sur le chemin on ne peut plus tortueux.

      @Poisson . Je comprends ce que tu dis mais ça revient quand même à infantiliser les femmes battues, mieux on peut l’assimiler à un statut de mineur ou une personne majeure frappée d’incapacité. C’est étrange non ?

      Admettons que la justice puisse porter plainte. Le temps de l’instruction, la femme va où ? On arrive à une situation absurde où celui qui bat et celle qui est battue vont vivre au même endroit pdt le parcours juridique. Ou alors, il est en préventive. Admettons.

      La justice donc sépare manu militari si j’ose dire. Les institutions décident que votre situation est intenable au regard de la loi et qu’elle doit s’en mêler. Vous avez réalisé que pour certaines femmes, cela va être interpreté de la façon suivante : celui qui bat est une victime ?^^

      Par ailleurs, qui alertera dans vos conditions la police ? Vous pensez sincerement qu’une femme va se présenter à l’hopital ou à la police en sachant que dès que cela devient “officiel”, une procédure est enclenchée ?

      Je ne suis pas sure. J’ai bien peur qu’au contraire, la situation empire de fait car l’omerta sera totale. Ces femmes n’oseront plus crier de peur que les voisins dénoncent, ou mieux, celui qui bat adaptera… Elle n’osera plus aller à l’hopital, sortir de chez elle car elle ne décidera plus de sa vie.

      C’est à la femme battue de faire le chemin pour retrouver sa liberté. Nul ne peut le faire à sa place. Enfin, je crois.

      Pour autant, je comprends votre commentaire, n’allez pas vous méprendre. Mais je ne crois pas que ca soit une solution. Vous avez été considéré comme suffisamment responsable pour vivre avec une personne, faire des enfants avec éventuellement. Vous êtes considéré comme suffisamment responsable pour vous en sortir. Et vous portez plainte quand vous êtes prêtes.

      Malheureusement, pour certaines cela n’arrive jamais ou trop tard.

    • PMB dit :

      LE VOLCAN

      L’Ukraine, encore. Mais une autre année. La compagnie à bas prix qui nous y transbahute en deux jours pleins a baissé aussi ses prestations : les chauffeurs chauffent surtout leur sièges, plus de thé-café à la cantonade, et les inopérantes commodités incommoderaient les nez les plus bouchés. Et comme la convivialité depuis le départ se borne aux gens qui se connaissent, je m’ennuie.
      Ça va se dégeler par la grâce involontaire (et peu gracieuse) d’un monstre de pas cinq ans monté à Metz avec sa mère. Il commence fort en sommant les gens du fond de faire comme lui ne fera jamais : parler plus bas. Sourires discrets, alentour, et ces passagers pourtant peu volubiles ne lui en voudront pas, qui deviendront ensuite ses fournisseurs attitrés en caries dentaires sous papier cellophane. Et il continue à gêner de toutes les façons malgré sa mère, inapte à calmer cet ouragan couleur de prune. Les sourires se raréfient.
      Tant qu’au bout de quelques heures, à une halte en Pologne, je finis par discrètement offrir à la dame mes services de conteur pour enfants (prof un jour, prof toujours). Elle bafouille un refus – mais une heure après qu’on soit repartis, m’appelle au secours sous une énième poussée du geyser. Ça marche, cahin-caha car le temps a un peu grippé mon moulin à contes. Monstro s’apaise rapidement, et se convertit ensuite en silencieux monteur de Legos. J’ai un œil au plastique, car il m’a élu conseiller technique, et une oreille à la maman, qui veut me remercier ; mais brusquement craque pour livrer en vrac à ses voisins de sièges sa vie cassée, cassée comme sa jambe droite, cadeau de ce que seule la loi appelle mari, au vrai une brute perverse, vulgaire et méprisante (mentirait-elle à qui ne la reverra jamais ?) qu’épuisée elle fuit pour deux mois de repos dans sa famille à Kiev. Nous sommes alors plusieurs à la soutenir, à lui dire qu’elle a raison de vouloir le quitter, qu’elle est en train de se battre, pour elle, pour son fils, pour que Mini-Macho ne devienne pas le clone de son père tant déjà il la rudoie du haut de ses pas cinq ans.
      Puis celui qui est redevenu un enfant s’endort, la tête sur moi. J’en informe aussitôt la maman, qui l’allonge délicatement sur la banquette. Je rejoins ma place. Autour, tout dort, bientôt c’est elle. Et je revois alors sa gène du début, je comprends son impuissance à dompter le fauve, sa quasi-fuite quand pour plaisanter je lui avais dit, à l’étape précédant celle de l’offre, que son fils ferait un bon gendarme.
      Madame, avant de quitter ce car enfin chaud malgré le noir opaque de la nuit ukrainienne, je vous ai en tout honneur bisé à la mode de Bretagne : deux aller-retours sur les deux joues (plus un bisou au front du volcan qui a eu la bonne idée de rester éteint.) Bien petit geste pour dire, en notre nom à tous, que vous n’étiez pas seule dans votre lutte. Aura-t-il servi ? La suite aura-t-elle fini par vous donner une vie plus digne ?
      Je paierais cher pour avoir la réponse.

    • behind.lilaswan dit :

      @ PBM:

      merci pour elle, pour votre attitude bienveillante et pour avoir eu envie de regarder ce petit garçon agité avant même de connaitre les motifs de leur voyage.

      je respecte tous les commentaires que les lecteurs ont laissé sur le site, mais j’apprécie particulièrement votre témoignage, car vous ne scandez pas une vérité. vous parlez d’elle et lui, car chaque parcours est unique, chaque prise de décision doit être respectée et débattue, mais dans une attitude d’ouverture (avec les auteurs ou les victimes d’ailleurs)

      regardons nous, ne détournons pas les yeux d’enfants “infernaux” “sauvages” car au moins, ils se battent encore, résistent à leur façon. Regardons les, leurs parents, cherchons à échanger.

      PBM, encore merci

    DÉposer une RÉCLAMATION

    Souscrire à ces commentaires.

    *

    *Champs Requis