Ego

Marine Le Pen & Rachida Dati : so Alain Delon…

C’est étonnant…

(…)

Hier, dans le Journal du Dimanche j’avais relevé que Marine Le Pen, dans son interview, parlait d’elle-même deux fois, en se citant nommément :

Question : Il y a trop d’étrangers, selon Claude Guéant. Il chasse sur vos terres ?
Réponse : “C’est une grande victoire idéologique: Marine Le Pen amène le ministre de l’Intérieur à dire qu’il y a trop d’immigration, alors que c’est lui qui est en charge du dossier, avec son patron, depuis dix ans !”

Et puis un peu plus loin…

Question : La fédération PS du Pas-de-Calais est soupçonnée de corruption. Comment réagissez-vous ?
Réponse : “Cela avait été dénoncé à plusieurs reprises au conseil municipal d’Hénin-Beaumont. La situation est pire que ce que nous le pensions. On peut lutter contre les affaires, façon Eva Joly en restant dans son bureau de juge d’instruction, ou façon Marine Le Pen en libérant le Pas-de-Calais des corrompus. Cette affaire permet à M.Montebourg de jouer les chevaliers blancs alors qu’il a soutenu Gérard Dalongeville”.

Eh bien, aujourd’hui, c’est Rachida Dati qui use du même procédé – l’auto-citation – dans une lettre adressée dans Le Monde à François Fillon.

Elle écrit : “Vos chargés de mission sur le terrain pourraient entendre ce que j’entends sur les marchés parisiens. Le courage chez Nicolas Sarkozy c’est quand ‘Rachida’ a succédé à Edouard Frédéric-Dupont”.

Étonnante manière de communiquer qui tend à montrer qu’en matière d’ego certaines femmes politiques n’ont rien à envier aux hommes.

Be Sociable, Share!

    ,

    RÉCLAMATIONS (20)

    > Déposer une réclamation
    • Henri dit :

      “ce que j’entends sur les marchés parisiens”

      On sent que les élections approchent, les marchés commencent à devenir fort bien fréquentés.
      Après les élections, c’est Fauchon qui livre!

    • Phildepalma dit :

      Il est bien d’accord

    • ASD27 dit :

      Vu Ségolène au marché Escudier à BB, jamais vu Rachida rue Clerc (pas les même heures ;-)
      Mais bien observé Chef l’Ego-center re :-)

    • Bonsoir

      Je ne sais pas ce que vous en pensez mais à titre personnel je trouve que Marine prend de plus en plus les defaults de son père lors des interviews.
      Je parle uniquement de la forme :
      Autant au début de cette prè-campagne je la trouvais brillante, dans un ton très plaidoirie d’avocate, autant je trouve maintenant ses interviews partent en cacahuètes, beaucoup de joutes verbales avec les journalistes, parler de soi à la 3 eme personne etc…

    • poisson dit :

      @ Phildepalma: il faut écrire “Phildepalma est bien d’accord”.

      On se fait tous une petite égo-party? En parlant de soi à la troisième personne et en montrant qu’on est le meilleur (ou au moins irremplaçable)?

      Ce qui est bien sur le blog de Guy Birenbaum, c’est les commentaires. Quand c’est ceux de poisson: le summum.

      (je note que comme j’y crois pas, ça ne fait rien à mon égo et j’ai honte…)

    • Patrice Guyot dit :

      S’aimer soi-même est le propre des branleurs et des branleuses, non ?

      Ce soir l’annonce de ma candidature ET mon programme, ce qui nous changera de ceux qui se présentent avec pour seul projet d’être élus et le pouvoir mettre la main dans le pot de confiture (dans nos poches, en fait)

      PG

    • Patrice Guyot dit :

      … de pouvoir… C’est chiant de ne pas pouvoir corriger !

      PG

    • Les instincts sont doublement réveillés avec ces hasbeen…

    • Malbrouck dit :

      Oui les femmes n’échappent pas à cette tendance malheureusement ! Dans ces exemples on peut se poser la question d’un dédoublement comme si les intéressées parlaient d’une “marque” ! Un langage marketing les amenant à citer leurs noms telles des marques !

    • Malbrouck dit :

      C’est malheureux à dire mais une mèche rebelle peut vous foutre en l’air une campagne comme pour rire ! Va chez le coiffeur mon ami même si c’est pour faire de la radio puisque tout est filmé désormais bon sang !! C’est un monde quand même cette mèche sortant de nulle part !! ;-)

    • Malbrouck dit :

      On ne voit qu’elle :-) C’est tragi-comique la politique parfois non ?

    • Albatros dit :

      rien a dire sur la mère lepen

      pas plus sur sur cette drôle de conclusion :

      ” Étonnante manière de communiquer qui tend à montrer qu’en matière d’ego certaines femmes politiques n’ont rien à envier aux hommes.”

      je sèche….

    • Malbrouck dit :

      :-) celui qui veut se lancer dans l’encyclopédie des malentendus, celui là va faire fortune !

    • Malbrouck dit :

      2012 “ça va déchirer sa race” si vraiment on a droit à tout ce beau linge jusqu’au bout ! Qu’à l’issue on se mette tous à pleurer ou à tomber en dépression je veux bien le croire mais quand même reconnaissons que la cuvée vaut franchement le détour ! Un casting le plus fou, un suspense garanti comme jamais ! Limite Hitchcock quand même non ? Un titre ? Qui va tuer (niquer) l’UMPS ?

    • HAL Chipset dit :

      La mèche rebelle de Hollande aujourd’hui qu’on a vu sur toutes les télés, il semblait aussi avoir le cheveux gras, on peut se demander si les communiquants étaient eux aussi bien réveillés? Vont encore nous plomber la campagne…

      flop flop :)

    • Malbrouck dit :

      les aléas du port obligatoire du casque sans doute :-)

    • NK dit :

      Bien vu l’Épicier, il fallait exposer sur la place ces deux gros spécimens d’un déplorable abus de langage, lequel il est vrai a pourtant jadis connu son heure de gloire dans les Guignols de l’Info avec la marionnette d’Alain Delon (et à une époque où personne encore ne disait “LOL”). Pour autant, ces deux cas-du-jour sont quand même bien différents l’un de l’autre, ne serait-ce parce que Rachida Dati, au moins, ne va pas jusqu’à inclure son nom de famille dans l’auto-citation, contrairement à “Jean-Marine”. L’ancienne Garde des Sceaux nous la joue en effet plus simple, plus proche, moins nationale, limite “Kozette au marché” dans une tentative de survivre, d’exister (et peut-être pour ce faire de rappeler au passage certains services rendus) aussi désespérée que celle de son fameux lapsus – dont je persiste à penser qu’il était parfaitement prévu et volontaire (au même titre récemment que ceux de Douillet “inimaginaux” ou Lefèbvre “Zadig et Voltaire”, c’est à dire sous-entendant: 1. Je peux vous donner la trique en vous parlant d’économie. 2. Les expatriés de France garderont toujours en leur coeur leur patrie chérie. 3. Pourquoi se faire chier à lire un vieux bouquin quand on peut être le roi du pétrole en flambant sa carte bleue dans une boutique de fringues ?). *fin de la phrase…

      Or, tout ça, ce serait finalement assez rigolo, si le second de nos deux spécimens, celui de la candidate d’extrême-droite, n’était pas davantage – ô combien davantage – effrayant. Car on n’est plus du tout ici dans le pseudo discours rapporté, pathétiquement, de la place du village un jour de carnaval. Ici, comme le souligne justement Malbrouck plus haut [18h39], Jean-Marine Le Pen joue de son nom comme d’une marque (personal branding). Et on voit dans cet échange avec un journaliste de presse écrite toute l’efficacité rhétorique d’une assertion qui prend vite des allures de dépêche de presse. C’est triste à dire, mais à supposer qu’on ait posé à François Hollande la même question, on peut parier que le candidat de l’opposition aurait rapidement été englouti dans son propre tunnel anti-UMP.

      Ce que je ressens donc à la lecture de ce billet, c’est que des deux personnalités donc il est question, il en est une devenue assez pitoyable et risible quand l’autre, en devenir, constitue au contraire une immense, une réelle menace pour notre société – parmi d’ailleurs tout un tas d’autres menaces qui ne le sont pas moins !

      Enfin, quant au fait de savoir s’il s’agit d’une coïncidence de voir deux femmes politiques agir en pionnières du “personal branding”, on pourra se reporter à la lecture du “Deuxième Sexe” de Simone de Beauvoir (même si on n’y trouvera nulle part pas la réponse à la question posée, on n’aura pas trop perdu son temps non plus, parce que c’est vachement bien).

    • Malbrouck dit :

      Oui le deuxième sexe et tout ce qu’on est supposé en attendre, et y compris ce chemin de traverse du féminisme dans lequel on surprend la femme dans sa sempiternelle identification normative à l’homme au nom d’un quiproquo somme toute compréhensible lié à la question de l’égalité ! Pas simple d’échapper à la figure ou au modèle machiste y compris pour la femme !

    • NK dit :

      On ne saurait mieux dire :]

    DÉposer une RÉCLAMATION

    Souscrire à ces commentaires.

    *

    *Champs Requis