Fail

Le diable est dans les détails

Oui mais non…

(…)

Bernard Deschamps est ancien député du Gard. Il blogue même par ici.

Ce matin, il livre une tribune provocatrice dans l’Humanité titrée : “Le Gard serait-il devenu raciste ?”.

Voici le début de l’envoi…

 

Tout cela part d’un excellent sentiment.

L’inquiétude, comme le propos, sont légitimes ; les résultats électoraux locaux inquiétants.

Mais il y a un problème.

C’est à cause du premier exemple que prend Bernard Deschamps : “la profanation de tombes musulmanes à Tarascon”.

Bah en fait…

C’est que… N’importe quel Gardois (et j’en connais un sacré paquet…) sait que Tarascon est dans les Bouches-du-Rhône… (Wiki).

À moins que la géographie locale ait évolué nuitamment…

Ce n’est pas grave, grave.

Mais ça gâche un peu.

Surtout, ça la fiche un peu mal pour un ancien député du Gard…

Be Sociable, Share!

    ,

    RÉCLAMATIONS (15)

    > Déposer une réclamation
    • rimbus dit :

      Le diable est à Vauvert, dans le Gard, tu le sais bien… Ne dit-on pas “au diable Vauvert” ?

      http://www.20minutes.fr/elections/legislatives/946625-gilbert-collard-meilleur-avocat-fn-version-marine

    • Phildepalma dit :

      On ne demande plus à un député de connaitre la géographie mais d’être adepte du parachutisme.

    • Bains dit :

      On n’en serait pas arrivé la, si on dispensé à l’école des cours de Morale Laïque depuis 20 ans !!
      De mémoire, Chevenement avait proposé un truc dans le genre ?? Non ??
      Marie

    • Patrice Guyot dit :

      Quelqu’un a déjà vu un député compétent ? Je voudrais des noms !

      PG

    • Franckylateigne dit :

      Depuis que j’ai appris que le Var ne coule pas dans le Var, plus rien ne m’étonne, surtout dans le sud !!!

    • Oblivion dit :

      Non, dans les Bouches du Rhône, c’est Tarascon, con. Il y a sans doute dans le Gard une ville qui s’appelle Taras. C’est ça l’explication.

    • Malbrouck dit :

      Opinion (ou analyse) qui n’engage que moi
      Que ce soit dans le Gard ou ailleurs j’ai le sentiment que ce genre de faits divers a vocation à se multiplier malheureusement !
      Je ne sais pas si c’est seulement de l’arabophobie, de l’islamophobie, ou un racisme qui prend une tournure inquiétante, mais j’observe tout simplement une visibilité communautariste qui se développe et qui par conséquent augmente les risques de frictions ! C’est cousu de fil blanc cette histoire !
      Hier la République n’a pas fait l’effort d’intégration des populations issues de cette immigration arabo-musulmane et aujourd’hui nombre d’arabo-musulmans constituée en communauté n’en sont plus à revendiquer une intégration quelconque mais au contraire compte revendiquer un droit d’exister très spécifique ! Point barre !
      Trop tard pour s’en émouvoir ! Ceux qui croient encore benoitement à un islam de France se mettent le doigt dans l’œil ! Cet islam là, construit sur un rapport de défiance, , n’est pas soluble dans la république !
      Je constate un islam en France dont le fonctionnement et les règles n’ont rien à voir avec l’idéal républicain !
      Pas de quoi fouetter un chat dans le fond puisque la République dans son idéal n’existe pas !
      Autrement dit la société française est très mal barrée !
      Seul un système communautariste à l’anglo saxonne peut éventuellement donner un cadre juridique à tous les problèmes qui sont devant nous !
      L’ironie de mon histoire (la mienne) c’est que je crois savoir ce qui nous amènera à une 6ème république, à une nouvelle constitution qui reconnaitra noir sur blanc le communautarisme !
      Je sais depuis longtemps que la messe est dite !
      Le titre de mon bouquin est tout trouvé : le grand cocu de la république :-)

    • Malbrouck dit :

      Quand on n’est pas politiquement correct ça peut rendre muet parfois ;-)
      Et ça ne serait pas honnête d’y voir (que) du Zemmour dans le texte parceque lui contrairement à moi n’a jamais songé une seule seconde à faire le procès de l’exclusion de masse (il fut un temps je parlais même d’apartheid à la française) !
      Lui il présente la chose sans jamais nous expliquer le processus historique de l’échec de l’intégration qui a conduit à ce communautarisme !
      Très facile ensuite de fustiger, de stigmatiser…
      Pas vu, pas pris !
      Sauf qu’on paiera tous la facture des graves errements et manquement aux valeurs républicaines !
      Et y compris cette montée du racisme avec ce genre de faits divers !

    • Marc dit :

      Et si on parlait aussi du racisme anti blanc en France ?
      Je pense que chez nous on a le droit de se poser des questions.. Tiens un article de L’Express:

      http://www.lexpress.fr/actualite/societe/comment-parler-du-racisme-anti-blanc_970808.html

    • poisson dit :

      C’est une lourde menace, en effet Marc. On n’a aucun moyen de se défendre. Posez les choses à plat Marc et honnêtement:
      – les blancs sont-ils attaqués dans leur intégrité et leur droits?
      – les blancs ne réfutent-ils pas aux non-blancs (difficile de nommer ceux que vous visez, car qui sont-ils?) le droit de leur renvoyer leur propre image?

      Je pense que le danger n’est pas imminent pour les blancs. Et que votre remarque n’est qu’une attaque de plus contre toujours les mêmes et non pas une défense.

    • Malbrouck dit :

      Marc

      On peut parler de toutes les formes de racisme ! Faire le constat c’est une chose mais pour trouver des solutions il y a rarement grand monde !
      J’observe que tu évites soigneusement de réfléchir à l’origine des problèmes comme tant d’autres ! Tout nous tombe du ciel comme toujours !
      Sans prendre acte des lourdes responsabilités de nos gouvernants dans l’échec de l’intégration on continuera à parler d’un vivre ensemble qui n’existe pas dans les faits !
      Mesurer les responsabilités et prendre acte du sabotage en règle de l’idéal républicain peut nous aider à construire la société de demain ! Enterrons la république sans avoir à verser de larmes pour un fantôme !
      Je vois deux pistes : la piste nationaliste révisant le code de la nationalité et organisant l’exclusion des minorités ! (Le FN au pouvoir quand la corde sera complètement usée)
      La deuxième piste c’est de donner à la France un cadre juridique, constitutionnel permettant un communautarisme apaisé (système anglo-saxon) !
      Pour l’heure nous en sommes à une République fantôme et à un communautarisme de fait complètement anarchique car sans règles juridiques !
      Les pragmatiques réalistes sont d’en ennui :-)

    • poisson dit :

      Aujourd’hui je suis en harmonie totale avec tout les recoins de l’épicerie.
      Est-ce que je continue à traduire les quote?

      je n’ai jamais laissé ma scolarité se mêler de mon éducation Mark Twain

    • Guy Prébet dit :

      Et s’il n’y avait que le gard , ce serait moins grave

    • galbert dit :

      Le Diable est aussi dans ce détail!

      A l’inverse de la traite occidentale, la traite des noirs en direction des peuples du Maghreb et du Moyen Orient a été très peu documentée et n’a entraîné dans le monde arabo-musulman aucun devoir de mémoire. Pourtant cette déportation et asservissement des hommes noirs n’a pas été moins horrible ni moins industrielle que sa consoeur occidentale.

      Pendant quatorze siècles l’Afrique noire a vécu une véritable chasse à l’homme qui a arraché au continent entre 15 et 17 millions d’hommes dans des caravanes par le Sahara pour le Maghreb ou par bateau vers la Péninsule arabique. Des bandes armées et des soldats venus du Maghreb fondent sur les populations de l’Afrique de l’Ouest essentiellement pour razzier enlever et vendre des femmes, des hommes et des enfants exploités comme domestiques, artisans, mineurs, soldats dans les plantations, les mines, les palais et demeures bourgeoises du Maghreb, du Moyen et du Proche Orient. Les marchés aux esclaves se développent jusqu’au début du 20ème siècle, véritables usines de déshumanisation, à Tombouctou, à Marrakech, au Caire, à Bagdad, à Zanzibar, jusqu’à Istanbul.A mesure que le continent noir devient le principal réservoir d’esclaves des pays arabes se développe un racisme qui justifie l’esclavage : l’infériorité de l’homme noir. C’est ainsi que préexiste et survit à cette tragédie une discrimination dont les descendants d’esclaves et les immigrés africains continuent de souffrir. De même que des formes d’esclavage moderne issues de cette histoire dans des pays comme la Mauritanie, le Maroc, l’Arabie Saoudite, etc..

      Dans une région où la question de l’esclave et de la traite nègrière demeure encore un sujet tabou, cette histoire douloureuse et créatrice est très peu interrogée par les pays africains et arabes qui peinent à rentrer ainsi dans la modernité de la mémoire et de la protection des droits de l’homme.

      Les africains par une bien compréhensible solidarité de vaincus partagée, injustement, avec les arabes et les Etats arabes par une incapacité à la remise en cause de pratiques qui, même si elles sont héritées du passé, n’en constituent pas moins des entreprises monstrueuses d’exploitation qui doivent être reconnues et assumées.

      Après trois courageux, précurseurs et surtout controversés travaux d’historiens, le premier français de Olivier Pétre-Grenouilleau (Les traites Nègrières » Gallimard 2004), le second algérien Malek Chebel (L’Esclavage en terre d’Islam, Fayard, 2007) et le dernier sénégalais Tidiane Ndiaye (Le Génocide voilé », Gallimard 2008), un Colloque organisé au Maroc par l’Unesco en 2007 sous le titre très diplomatique «Les interactions culturelles issues de la traite négrière et l’esclavage dans le monde arabo-musulman », il importait de traduire en acte militant et sur l’espace public la nécessaire reconnaissance par le monde arabo-musulman de son passé négrier.

      C’est ainsi que profitant de la Journée Internationale du Souvenir de la traite des noirs de l’Unesco (L’UNESCO a fait du 23 août la Journée Internationale du souvenir de la traite des noirs en mémoire la première révolte (23 aout 1791) qui donnera naissance à la 1ère République noire: Haiti, la Fondation du Mémorial de la traite des noirs lance un Plaidoyer pour déclarer la traite des noirs et l’esclavage crime contre l’humanité en direction des pays du Maghreb et des Etats arabes.

      La Fondation du Mémorial de la traite des noirs écrit aux chefs d’États du monde arabe pour leur demander de déclarer la traite des noirs crime contre l’humanité et ainsi de sortir de l’ombre ces esclaves, aussi, et de leur rendre justice.

      Dans un esprit d’ouverture, de dialogue et de partage autour de ce patrimoine commun mais aussi pour lutter contre l’esclavage moderne, et après la France en 2001, le Sénégal en 2010, les États maghrébins et arabes devraient aussi s’engager résolument dans ce nécessaire devoir de mémoire par respect pour la mémoire des millions de victimes de ce commerce honteux, pour lutter contre le racisme et les discriminations héritées de cette histoire mais aussi pour valoriser les contributions apportées par les populations africaines.

    DÉposer une RÉCLAMATION

    Souscrire à ces commentaires.

    *

    *Champs Requis