Culte

“Il en aurait fait une sonate…”

Je suis déçu par le comportement de Depardieu…

(…)

Sa lettre ne me convainc pas…

Mais quand je revois ça (entre autres), je suis tellement prêt à tout lui pardonner…

 

Préparez vos mouchoirs – Bertrand Blier (1978)

 

Be Sociable, Share!

    RÉCLAMATIONS (37)

    > Déposer une réclamation
    • Guy Liguili dit :

      Moi aussi j’ai beaucoup aimé Gérard Depardieu de son vivant…

    • Cholois dit :

      Moi non, il n’est qu’interprète du génie d’un autre et ne fait qu’imiter des sentiments et des émotions qu’il ne ressent pas. Il ne faut pas prendre ses outrances pour de la finesse ou de la délicatesse pudiquement cachées, la réalité de sa vie prouve le contraire !

    • Galahad dit :

      “il n’est qu’interprète du génie d’un autre “. Non. Il est un interprète de génie. Pas pareil.

    • Marc dit :

      Bravo Depardieu !
      Les socialistes entraînent la France vers le fond du gouffre, ils gaspillent l’argent des autres et ne jurent que par l’assistanat et puis les biens peuvent circuler librement à l’intérieur de l’Union européenne (UE). Il n’existe plus de formalités fiscales et douanières au franchissement des frontières. Toute personne peut transférer des biens mobiliers dans un autre pays européen. Elle peut également acheter, pour ses besoins personnels, des biens sans limitation de quantité ou de valeur.
      Donc Depardieu est dans la légalité…
      Et on oublie les autres artistes et ils sont nombreux à Los Angeles et ailleurs, et tous de gauche…
      Mais la meilleure, c’est d’entendre des collabos qui parlent de désertion.. Incroyable !

    • Mayfield dit :

      “Il n’est qu’interprète du génie d’un autre “ : pas d’accord parce qu’à mon sens Depardieu fait (ou a fait) partie de ces acteurs qui au lieu de se fondre dans un rôle ajustent le rôle à leur démesure. Il a (ou avait) un style de jeu vraiment particulier et identifiable entre mille. Sous le soleil de Satan avec, au hasard, Richard Berry n’aurait pas eu tout à fait la même vigueur qu’avec le Gégé plus trop national…

    • Grenouille dit :

      Le seul point sur lequel je sois d’accord avec lui, c’est que la prison pour 2g de dope, c’est le meilleur moyen de massacrer un gosse de 17 ans déjà en danger. Il s’agissait probablement du tribunal de Versailles, dont les magistrats sont réputés d’une clairvoyance très relative.

      Pour le reste, tout ceci ressemble juste à un piège médiatique dans lequel le sujet ET ses commentateurs gouvernementaux tombent sans s’en rendre compte. Les médias sont un genre d’amplificateur de bêtise.

    • Thomas dit :

      le passage le plus misérable de la lettre, c’est quand même d’accuser J.-M. Ayrault de détester “la différence”. Où comment tenter pataudement de déplacer cette histoire sur le terrain du racisme. On croit rêver. Jouer avec ce genre de choses, surtout quand on est antiraciste bon teint, c’est dégueulasse vis à vis de tous les militants de l’ombre qui travaillent cette question.

    • Oblivion dit :

      Ah oui, effectivement, Patrick Dewaere était un grand acteur. Dommage qu’il soit parti…

    • V. dit :

      Incohérents SOCIALISTES.

      “Gérard Depardieu ne fait absolument rien d’illégal, il applique à la lettre l’Acte unique européen qui prévoit la libre circulation des biens, des capitaux et des personnes.

      Qui a négocié et mis en place cet Acte unique ? Le gouvernement alors dirigé par Laurent FABIUS. Qui a négocié le traité de Maastricht ? Qui a entériné toutes les négociations du Gatt (la future Organisation Mondiale du Commerce) prévoyant l’ouverture intégrale des frontières ? Qui a appelé à voter oui au traité constitutionnel européen ? Qui a soutenu le traité de Lisbonne ? Qui soutient et négocie le mécanisme européen de stabilité prévoyant de transférer à Bruxelles le contrôle du budget français, donc des impôts ? De DELORS à LAMY, de MITTERRAND à HOLLANDE, des SOCIALISTES, des SOCIALISTES, toujours des SOCIALISTES.

      On comprend que Gérard Depardieu soit outré de se voir traiter de minable par Jean-Marc Ayrault. Il se vit comme Européen et se déclare citoyen du monde. Il ne fait en cela que répéter une antienne que les SOCIALISTES rabâchent depuis 40 ans. Il ne fait en cela qu’épouser la politique SOCIALISTE qui avec constance depuis 30 ans déshabille le pouvoir national pour en transférer des pans entiers aux régions ou à Bruxelles. Il ne fait en cela que se partager la vision internationaliste du monde des SOCIALISTES. Comment lui reprocher d’aller au bout de cette logique ?

      Gérard Depardieu rend son passeport français ? Il y a bien longtemps que les SOCIALISTES ont rendu le leur. Gérard Depardieu est un vrai SOCIALISTE français.”

      http://www.causeur.fr/gerard-depardieu-un-vrai-socialiste-francais,20431

    • Jlf dit :

      Ce pantin affirme n’avoir jamais bénéficié de la sécurité sociale.
      Sûr? Même suite à ses accidents de scooter, ses séjours à l’hopital?
      Tous ses enfants n’ont jamais bénéficié de la sécu?
      Et, concernant l’éducation de ses enfants, payée par la France?
      Tchao, pantin…
      Il n’aura été que le palot partenaire de Dewaere…

    • V. dit :

      Depardieu a versé “145 millions d’euros d’impôts en quarante-cinq ans”.

      Quelle contribution à la France ont versé ceux qui le critiquent ?

      Et l’exil fiscal de Noah, résident fiscal suisse dès 1988 et soutien de Hollande ?

      Deux poids, deux mesures, comme toujours à gauche…

    • Malbrouck dit :

      Ça tourne au tragi-comique : Depardieu se barre et Sardou lui fait la leçon ! Tous nos aprioris volent en éclats :-)
      Et puis alors cette histoire de maison-douane c’est le bouquet du point de vue de la symbolique !
      Sur le fond ça nous invite à réfléchir concrètement le rapport de force entre socialisme et libéralisme !
      Et puis le champs des valeurs : l’homme libre serait donc libéral là où l’homme moral serait socialiste ? nous ne sommes plus à un paradoxe près !
      Justice fiscale et liberté feraient donc mauvais ménage ?
      C’est tout de meme incroyable que Jean Marc Ayrault, premier ministre, se soit limité à qualifier Gérard Depardieu de minable là où il était utile d’inviter tout le monde à réfléchir sa conception et son rapport à la liberté par exemple ! Les socialistes doivent absolument démontrer que la liberté individuelle du point de vue du libéral procède d’une loi de la jungle portant grave préjudice à la liberté au sens commun ! Un débat de fond qui n’a jamais lieu bien entendu !

    • Bouyer emilie dit :

      Avec son ami Sarko il bénéficiait du bouclier fiscal,vous savez,celui qui a considérablement grossi la dette .Il pourrait rendre un peu de ce privilège au lieu de cracher sur son pays et ses gouvernants démocratiquement élus.En ouyre avec son niveau,je doute qu’il soit l’auteur de la lettre.

    • amoyel dit :

      je crois que JM Ayrault n’a pas traité Depardieu de minable mais a qualifié l’ACTE de minable

    • Marc dit :

      Et tous les journalistes qui défendent Ayrault ou critiquent Depardieu sur une question d’argent, feraient bien de se taire suite à la scandaleuse niche fiscale “spéciale journaliste” qui leur a été accordée et qui leur permettra de payer moins d’impôts. Quand je lis que des journalistes à RMC gagnent 15 000 euros par mois et à Europe 1 celui du matin gagnerait 20 000 euros !
      Je me dis que les donneurs de leçons ne passent pas souvent à l’acte…

    • Guy dit :

      La niche fiscale des journalistes est très ancienne. Je ne connais pas les salaires des autres et j’avoue que je m’en cogne. Mais je n’en bénéficie pas.

    • lovely dit :

      Une tragi comédie grotesque avec Michel Sardou qui donne des leçons de vertu, lui qu’on appelait l’Américain en référence à son exil fiscal dans les années 80. Les artistes n’ont pas à être des garants moraux ou des porte étendard d’un parti politique. Il y a comme une odeur de populisme avec les bons et les mauvais éxilés fiscaux, Omar Sy est un intouchable.

    • Marc dit :

      Guy !
      Tu es chroniqueur, ce n’est pas la même chose, quand à la niche fiscale, tu n’as qu’à écouter tous les journalistes, ils parlent de solidarité nationale pour Depardieu et chez eux ou est-elle la solidarité nationale ? ?

    • As dit :

      J’ai pas compris le battage médiatique sur cette affaire.
      J’ai encore moins compris les réactions du PS et notamment du gouvernement qui m’ont totalement sidérée

      Je ne les ai pas vu aussi véhéments pour d’autres artistes ou sportifs qui se sont exilés soit pour “optimiser financièrement une carrière professionnelle courte” (clin d’oeil à Forget), soit pour “prendre du recul” (dédicace à Johnny ou Omar).

      Visiblement, il y a de bons exilé(e)s et des mauvais.
      Vraiment, cette polémique sur Depardieu pue.
      Si on veut apposer le sceau de l’infamie sur la fuite fiscale, il faut le faire pour tout le monde sinon on passe (encore) pour des charlots.

    • poisson dit :

      Aujourd’hui plein de gros titres pour dire que ça débloque à l’UMP. Effectivement. http://twitter.com/grandludo/status/280568819704008704/photo/1

    • Guy dit :

      Tweeté ;-)

    • poisson dit :

      voui, j’aurais dû mettre ça ailleurs, ya redite.

    • Albatros dit :

      Réplique pour réplique

      Gégé, les banquiers c’est des cons, moins tu les écoutes mieux tu te portes_terais….( Depardieu)

      Si tu reviens, j’oublie tout….( Sarkozy)

      t’es bien trop bon, m^me en vieux con pour te faire détester.

    • V. dit :

      Lire As, Lovely et Marc est la raison pour laquelle je viens sur ce blog.

    • Dominique Godin dit :

      Quelle démagogie de la part de ceux qui parlent d’un impôt confiscatoire. Ce qui compte, ce n’est pas ce qu’on prélève pour participer à la solidarité nationale. C’est ce qui reste.
      Pour ma part, j’aimerais bien pouvoir payer 145 millions d’impôts. Ça voudrait dire qu’après impôts il me resterait encore des centaines de millions. De quoi vivre et faire vivre ma famille pendant plusieurs générations, en menant un grand train. Qu’est-ce qu’il lui faut de plus à Depardieu ? Bouffer à s’en faire péter la sous-ventrière ? Comment se fait-il qu’on entende davantage couiner ceux à qui on demande un peu de leur superflu quand tant de monde n’arrive pas à vivre. Ce qui est confiscatoire, c’est les salaires que les salariés pauvres n’ont pas. En France, l’impôt sur le revenu est progressif et c’est normal. C’est la solidarité nationale. En plus, ces Harpagon, ces avides, ces accumulateurs, paient beaucoup moins qu’ils le disent. Avec leurs avocats spécialistes d’optimisation fiscale, proportionnellement ils paient beaucoup moins que vous ou moi.
      Depardieu raconte des carabistouilles quand il dit payer 85 % d’impôts. Depuis longtemps, il ne se fait plus payer en cachets mais il a des participations sur les films grâce à sa société de production, DD. Et le gouvernement vient encore de donner des aides fiscales supplémentaires aux producteurs pour les inciter à tourner en France. Le cinéma est un des secteurs où il y a le plus de niches fiscales.
      Au passage, ceux qui trouvent qu’une tranche de 75 % c’est trop devraient s’intéresser un peu à l’histoire. Roosevelt avait imposé les Américains les plus riches au taux de 90 % en période de crise. Et pourtant c’était un libéral.
      Par ailleurs, aucun homme, quel que soit son talent, ne mérite de gagner des centaines voire des milliers de fois plus qu’un autre. L’utilité sociale des artistes n’est pas supérieure à celle des éboueurs.
      Ce que je trouve dingue, c’est que beaucoup de pauvres, de précaires disent « il a raison le Gégé ». Comme s’ils se voyaient en potentiellement richissimes et se mettaient plus facilement à la place de « l’irréductible gaulois » qu’à la leur.
      Quand je vois ça, je regrette que la question des intérêts de classe ne pénètre pas davantage les consciences. Mais il parait que la lutte des classes c’est quelque chose de désuet. C’est du moins ce qu’on voudrait nous faire avaler.

    • Malbrouck dit :

      Ce n’est pas par hasard qu’on cristallise davantage l’attention sur Gérard Depardieu (ou encore Johnny Halliday)…Ils représentent quelque chose dans le cœur et l’esprit des français ! Culture et identité sont intimement liées et c’est la question du patriotisme qui est posée !
      Je défend le principe d’une justice fiscale qui remette à l’endroit certaines valeurs et le rapport à l’argent ! Face à l’exil fiscal on doit cependant se questionner et éviter de s’enfermer dans le dogmatisme ! Chercher à renouer le dialogue avec les intéressés plutôt que de qualifier leur acte de minable ! Je ne sais pas quelle est la part purement idéologique qui pousse nos icônes françaises à s’exiler et on doit être sur que l’idée de justice fiscale ne comporte pas une sorte d’injustice ou ne devienne exagérément confiscatoire ! Pas simple du tout !
      De mon avis la question est bien plus grave et sérieuse qu’on ne la présente et on serait bien inspiré de trouver un compromis sur cette question majeure !

    • Malbrouck dit :

      Dominique

      Je suis assez d’accord avec toi sauf qu’on peut se questionner sur l’apport fiscal dans sa globalité : quand on investit de l’argent pour créer de l’activité c’est autre chose que de le dépenser de manière inconsidérée ! Je présume qu’on tient compte de la part d’investissement productif dans le calcul ? Cette demande de reconnaissance là on doit savoir l’entendre dès lors que ça participe à la redistribution !

    • Mayfield dit :

      Ceux qui se plaignent de payer trop d’impôts oublient bien souvent qu’ils n’ont pas fait fortune à la seule force de leur petit bras ou à la vigueur de leur caboche bien pleine ou bien faite. Sans ingénieurs, ouvriers ou commerciaux, un patron n’est rien, de même qu’un acteur n’est pas grand-chose sans techniciens, maquilleurs ET spectateurs.
      Ils gagnent de l’argent parce que la société consent à le leur donner de plus ou moins bon gré et il est donc bien normal qu’ils en redonnent une partie à ceux qui ont contribué à leurs richesses mais n’en profitent pas ou peu…
      Gérard Depardieu, pas plus que Bernard Arnault, n’a fait fortune tout seul, les impôts ne sont qu’un juste retour des choses.

    • Malbrouck dit :

      Et il me plairait beaucoup d’entendre l’ami Mélenchon sur cette question dans le contexte très réel de l’exil fiscal sous gouvernance sociale libérale :-)
      On adore raser les murs dans notre pays, on fait mine de ne rien voir sauf que j’attends qu’on m’explique comment une extrême gauche au pouvoir s’y prendrait ! La coercition, la prison, l’interdiction de quitter le territoire ? On ferait quoi exactement ?
      La liberté de Depardieu aussi agaçante soit elle nous oblige à un questionnement pragmatique !
      Ce sujet est drôlement passionnant pour ceux qui épris de liberté se trouvent tout con à remettre en cause la liberté de l’homme libéral individualiste nous agitant notre totalitarisme fiscal ! Ça demande une argumentation plus sérieuse qu’un appel à la morale et je prends parfaitement conscience qu’un projet de société n’a d’intérêt qui s’il est collectivement partagé, défendu, compris !

    • Albatros dit :

      En France les meilleurs films sont faits par de bons cinéastes qui ne peuvent exercer leur immense talent qu’avec les subventions publiques, case direct impôts celle que Gégé rudoie… sans ces grands cinéastes, pas de grands films, sans grands films pas de grands rôles, sans grands rôles pas de grands acteurs et donc pas non plus de gros cachets…

      Allez il faut retomber sur terre et admettre qu’il pète une durite, ce qui me fait dire que le billet de GB sur le HUff est assez léger, car si le Gégé se perd c’est pas une raison pour perdre la notre…. de raison.

    • Malbrouck dit :

      La raison, la raison, chacun a la sienne et il faut faire avec le RÉEL c’est à dire avec tout le monde !
      J’écris beaucoup quand ça m’intéresse et je continue à demander à mes camarades de gauche quelle est la solution pragmatique (et de raison) si par aventure tous nos riches s’y mettaient ? On aurait l’air bien fin avec nos idéaux !
      Il n’y a pas 36 solutions ; soit le totalitarisme obligeant tout individu à obtempérer contre son gré ou alors un vrai débat pédagogique national toutes tendances confondues sur la question du patriotisme fiscal, du projet de société !
      S’opposer pour s’opposer en agitant des croyances idéologiques bien souvent irrationnelles je trouve ça ringard ! La démocratie c’est ringard :-)

    • Guy dit :

      Mais le sujet du billet sur le Huff n’est pas gégé… Ce sont les ministres qui ont perdu la raison… Cher albatros

    • Mayfield dit :

      Et pour Emmannuelle Seigner, on parle d’amitié féminine ou de renvoi d’ascenseur pour l’aide fournie par Sarkozy à son Roman de mari ?

    • Euterpe dit :

      Moi je suis d’accord avec Cholois quand il dit “Moi non, il n’est qu’interprète du génie d’un autre et ne fait qu’imiter des sentiments et des émotions qu’il ne ressent pas. Il ne faut pas prendre ses outrances pour de la finesse ou de la délicatesse pudiquement cachées, la réalité de sa vie prouve le contraire !”

      Mais Ayrault est quand même bien plus minable que lui.

    • Ligerien dit :

      Il a du ble ce mec il a payé de sa poche son triple pontage coronarien….??

    • Dominique Godin dit :

      À propos du “je fais vivre 80 personnes” de Depardieu.

      Gérard Mordillat : “Dans notre société capitaliste néo-libérale, rien n’est donné, surtout pas le travail. Aucun employeur n’est un saint offrant son manteau à un pauvre démuni et il n’est pas nécessaire d’avoir lu Marx pour savoir que le salarié vend sa force de travail à celui qui l’emploie. Le patron est un commerçant qui achète au plus bas prix, le savoir, le métier, la technique que l’ouvrier, l’employé, le cadre, l’ingénieur lui cède. Et que cette acquisition de la force de travail offre pour particularité de rapporter plus qu’elle ne coûte. C’est indépassable plus-value. Inutile aussi d’avoir lu Marcel Mauss, pour constater que lorsqu’un employeur (du patron de PME à la multinationale) « donne » du travail, ce « don » occulte en réalité la manifestation de son pouvoir – qu’il soit financier ou industriel – l’installation d’une subordination, d’une domination d’un individu sur un autre. C’est un marché parfaitement inégalitaire que le vocabulaire voudrait draper de vertu”.

      http://www.humanite.fr/politique/contre-la-charite-par-gerard-mordillat-505657

    DÉposer une RÉCLAMATION

    Souscrire à ces commentaires.

    *

    *Champs Requis