Diego

Libre dans sa tête

J’ai vu  commettre un tel crime à la télévision…

(…)

Qu’il faut que je me nettoie les oreilles…

Des wannabe ont osé massacrer “Diego”…

Ce n’est pas possible. C’est interdit. Il y a des choses qui ne se font pas. Jamais. Sacrilège.

En plus, depuis que j’ai vu Johnny le chanter en live, ce n’est plus pareil.
Alors voilà trois cadeaux…

 

Be Sociable, Share!

    RÉCLAMATIONS (33)

    > Déposer une réclamation
    • David R dit :

      C’est comme ça qu’on obtient du temps de cerveau disponible! Je me reprendrais bien du coca moi…

    • p’tain ouais le massacre pfff

    • LudikMajor dit :

      C’est pas tout de composer une chanson, faut aussi l’arranger, la faire coller avec la personnalité de l’interprète, les sons à la mode etc etc Les grands compositeurs sont parfois de grands arrangeurs, Johnny sait également très bien s’approprier un air qui n’a pas été écrit pour lui. On oublie trop souvent le boulot des arrangeurs dans le résultat final, je trouve que ce choix d’extraits est un hommage à ce job.

    • Guy dit :

      Exact !

    • Valerie Alamo dit :

      J’ai manqué le massacre grâce au rugby …. La version de Johnny est la plus émouvante , la plus frissonnante … Je ne me lasse pas du “peut être ” final. Johnny est la preuve qu’un interprète peut recréer une chanson , transformer du prêt à porter en Haute Couture … Diego est devenu une chanson de Johnny … Et sur scène c’est tout simplement sublime …. J’ai eu la chance aussi de vivre ce moment …

    • Jeremy Desaix dit :

      Difficile de faire un choix ici. Je tente malgré tout en me limitant à 3 chansons :

      I/ Reprise : http://youtu.be/1ybaiCgOFUQ

      Version originale : http://youtu.be/ZeJkbqjQvnk

      II/ Reprise : http://youtu.be/Kj9IWjwKdHk

      Version originale : http://youtu.be/1R9hwGOObqs

      III/ Reprise : http://youtu.be/2lgx-OoctOU

      Version originale : http://youtu.be/7uEBuqkkQRk

      Dans ces trois exemples, la chanson est identique, mais les arrangements et les interprètes sont différents. Alors, frissons ?

    • Malbrouck dit :

      Je suis entièrement d’accord et pour avoir également assisté au massacre j’essayais de trouver des circonstances atténuantes à toute cette nouvelle génération de chanteurs à qui on fait faire tant de singeries ! :-)
      Il y a un décalage parceque les hommages finissent par avoir l’air d’un exercice d’émotion apprise par cœur par des perroquets bien trop jeunes pour faire mine de se souvenir de quoi que ce soit ! Allons ! Ça devient d’un ridicule !
      Non seulement cette jeune génération en est presque à verser dans du “age tendre et tête de bois” sauf que ce ne sont meme pas les originaux âgés qui vont chanter mais des interprètes d’interprètes d’interprètes ! Jusqu’à la corde on veut vendre le meme spectacle et ça en dit long sur la crise de la création artistique contemporaine !
      On veut continuer à vouloir faire du Marithie et Gilbert Carpentier si possible jusqu’en l’an 3000 :-)
      Une époque de la révolution technologique de l’information et la communication en panne de projets et de moyens et condamnée, au pire, à imiter, reproduire en malfaçon et contre façon sinon au mieux à ressortir les archives de l’INA ;-)

    • Dominique Godin dit :

      Ah, les braves gens ! Ah, les beaux sentiments des militants de pacotille !
      “Diego”, si j’entends bien, c’est une chanson qui est sensée dénoncer les dictatures latino-américaines. Oui, mais quelle dictature en particulier ? Sais pas. On se doute que c’est en Amérique latine, vu le prénom du gars qui est en taule. Au Chili ? En Argentine ? Bof, on s’en fout. Berger fait dans le sentiment, pas dans la politique. Il va pas nous dire qui ça concerne et quelle situation particulière est dénoncée. Ça a l’air de parler d’injustice, donc ça doit être une chanson engagée. L’imprécision ne va pas empêcher les clients de la choses de croire que c’est une chanson engagée.
      C’est un bon créneau, la chanson engagée, ça se vend bien.
      Si “Diego” est une chanson engagée, comment qualifier la chanson “Kissinger”, de Julos Beaucarne qui parle de l’assassinat de Victor Jarra au Chili, sous un régime aidé par le futur prix Nobel de la paix Kissinger ? À quelle catégorie appartient une chanson qui met les pieds dans le plat, qui dit les choses crûment, qui ne fait pas de la poésie de pacotille avec des histoires de barreau de prison, de jeune homme enfermé mais “libre dans sa tête” ?
      Si “Diego” est une chanson engagée, “Kissinger”, qui dit VRAIMENT les choses, c’est quoi ? Une chanson triviale ?
      http://www.youtube.com/watch?v=U1VxD6boMdg

    • Guy dit :

      Dominique, je me fous totalement de vos “beaux sentiments”. Je parle musique. Chanson. Rien d’engagé ici à part votre réclamation. On vous la laisse…

    • Raymondb dit :

      Pour apporter un peu de soleil en ce dimanche matin :
      Parmi les innombrables versions de “Guantanamera”, je vous invite à youtuber celle de “Fania All Stars” des années 70.

    • Albatros dit :

      Je vous trouve bien dur GB, les” beaux sentiments” comme les droitdelhomiste ont sérieusement du plomb dans l’aile…
      J’aime les “Beaux Sentiments”, ils mettent du miel sur les massacrent musicaux mais aussi, plus généralement Humains….

    • Guy dit :

      C’est tout le contraire. Ce n’est pas moi qui suis dur. C’est Godin qui, comme ça lui arrive de temps en temps, fait la leçon. Pas à moi. Pas ici.

    • David R dit :

      Bon allez, une dernière et j’arrête de vous embêter : Johnny au Zénith 84 pour une chanson qui vous donne la pêche le matin. Avec en guest au sax, Papy René des Musclés!
      https://www.youtube.com/watch?v=nOju9EkYwsE

    • As dit :

      C’est ici le point “reprise”?

      Alors moi, c’est un autre Johnny que je kiffe:

      Reprise: http://youtu.be/3aF9AJm0RFc

      Originale: http://youtu.be/AvJKVKglIRs

    • Diama dit :

      Pas entendu ledit massacre. J’étais aux Pays-Bas avec Jérôme Pitorin. Juste écouté ces 3 belles versions ici…qui me trottent dans la tête depuis hier soir. Moi qui n’aime pas trop les reprises, je dois avouer que la version de Johnny est bien, même si je préfère celle de Berger.

    • NK dit :

      Pareil que As

      Pas de reprise mais un simple remix (Pete Rock…)
      http://www.youtube.com/watch?v=lsARrfh9xqY

    • Valérie Alamo dit :

      Oups j’ai entendu un petit bout de la reprise de Diego par Jenifer ce matin sur Europe 1…Même les polyphonies corses n’empêchent pas le massacre…Elle donne l’impression de ne pas savoir ce que raconte la chanson, trop occupée à faire des effets de voix…
      Comme antidote à la médiocrité , j’ai réécouté les trois magnifiques versions proposées et par ricochet, je suis tombée sur une autre pépite ” La minute de silence” interprétée par Michel Berger et Daniel Balavoine…Alors le reste…

    • Dominique Godin dit :

      @ Guy
      J’ai pas le droit de critiquer les faux rebelles ?

    • Jeremy Desaix dit :

      @AS : Merci. Je ne connaissais pas ce morceau de NIN.

    • “J’ai pas le droit de critiquer les faux rebelles ?”

      Faut dire que le Jauni, la fausse rebellitude, c’est chez lui ancien. Se souvenir d’un de ses nombreux virages : son époque hippie.

      J’en avais fait un billet de radio où je me foutais, in fine, de ce qu’il est devenu (vous savez, deviens ce que tu es) : un conformiste.

      C’était dans les années 80.

    • Dominique Godin dit :

      Et encore, j’ai pas parlé de “Résiste”, autre chef d’œuvre impérissable du Berger, chanté par sa veuve. Résiste à qui ? Résiste à quoi ? Ça, on ne le saura jamais. C’est beau la chanson engagée avec des textes aussi profonds que “le feu, ça brûle” ou “la pluie ça mouille” !

    • Guy dit :

      à peu près autant que des commentaires engagés sur des blogs quoi… Oh pardon…

    • Dominique Godin dit :

      Pardon de quoi ? Je ne vois pas le rapport entre de la chanson “engagée” (chez Barclay, comme disait Môrice Bénin) et des commentaire de blogs. Vous pouvez expliquer ?

    • Guy dit :

      Alors je vais vous expliquer… Depuis que je vous lis, des années, ici, ailleurs, vous êtes “engagé”… Vous êtes l’archétype ou le “type idéal” du gars “engagé” qui dit le bien, le mal, qui sait… Eh bien ces commentaires, “engagés”, qui fustigent X, Y ou Z sous ce qu’il écrit, ou ailleurs, que changent-ils ? Qui convainquent-ils ? À quoi ou plutôt à qui servent-ils ? Quel engagement, surtout, démontrent-ils ? De quel genre ? Voilà, le rapport, il est là…
      C’est bon là ?
      On repart pour 45 tours ?
      Ou on monte dans les 78 tours ?

    • Dominique Godin dit :

      Mais je ne prétends rien, moi. Je ne suis pas un personnage public. Vous ne savez rien de moi. Je suis un simple observateur, tout comme vous. Seulement je ne vois pas la même chose que vous. J’ai le droit de le dire ou bien les commentaires sont faits pour dire “amen” ?

    • Guy dit :

      A chaque fois que j’ose contester vos propos, vous grimpez au rideau en me faisant le coup du gna gna gna. Avez vous déjà été censuré ? Vous avez le droit de ne pas dire Amen. Donc moi aussi. Clair ?

    • Dominique Godin dit :

      Vous inversez les rôles. C’est vous qui montez dans les tours perce que je critique ce que vous encensez. En essayant d’argumenter, il me semble. Je n’ai jamais parlé de censure, seulement vous faites une comparaison qui n’est pas raisonnable. Les vedettes sont des personnages publics qui sont, par définition, sous le regard du public. Je ne suis pas un grand éditorialiste comme vous. Je ne suis qu’un petit vermisseau qui ne prétend à rien. En tant que grand éditorialiste, vous ne vous privez pas de critiquer ce qui vous semble critiquable et d’admirer ce qui vous semble admirable. J’en fais autant à mon modeste niveau, “dans la partie commentaires”. Ça a l’air de vous défriser. Il n’y aurait donc que les grands éditorialistes ou les beautiful people qui auraient le droit de donner leur avis ?

    • Guy dit :

      Vous êtes marrant. Vraiment. Vous n’acceptez pas d’être soumis au regard critique. Jamais. Et vous ne l’avez jamais accepté. Nulle part. Moi, j’y ai droit tous les jours. Et je ne me prétends GRAND rien du tout. Alors, une fois de plus, je vous le répète, j’ai exactement le même droit que vous sur ce que VOUS écrivez. Et c’est cela qui VOUS défrise. Ici, nous sommes à égalité, et c’est ça visiblement qui ne passe pas.

    • Dominique Godin dit :

      Hi, hi, hi. L’hôpital qui se fout de la charité… Air connu.
      Je vous rends au moins grâce d’être infiniment plus tolérant que vos amis Roger-Petit ou Mettout qui, eux, voient des insultes partout pour pouvoir jouer de leur instrument favori :
      http://villageampus83.blog.lemonde.fr/files/2010/06/1anastasie1201606665.1277650002.jpg

    • Guy dit :

      Vous la charité ? MDR…

    • poisson dit :

      Quand on grimpouille dans les falaises ou les montagnes, on dit d’une voie qu’elle est engagée quand on va être obligé de sortir par le haut ou sinon de ne pas sortir. Sauf helico & gendarmes sans armes de la montagne.
      Pas d’une voie où tu risque de prendre des cailloux, ou d’une voie où les prises sont usées comme des marches d’escalier. Être engagé et être en danger, ça fait deux, pour une voie et dans la vie aussi.
      Et parlant d’une chanson, prendre le mot engagé au pied de la lettre c’est vraiment se moquer. Bien sûr qu’on ne s’expose pas à un réel danger, ni par engagement ni par une posture suicidaire.
      C’est pour ça qu’une chanson partisane lourdingue est complètement indigeste pour moi et que je crois le contraire de DG. J’ai plus de respect pour les petites touches de la variétoche (même si je ne l’apprécie pas à fond, ça arrive, ou pas du tout genre jonhny) que pour les chansons trop enfonceuses de bouchon. Les chants militaires et de partisans ne s’y sont pas trompé qui parlent souvent par dessus l’objet de la lutte, sans point sur les i.

    DÉposer une RÉCLAMATION

    Souscrire à ces commentaires.

    *

    *Champs Requis