Archéologie médiatique du « trou » de la sécu…

Same Old Song

Un sujet du 28 octobre 1975…

Un sujet du 28 octobre 1975…

(…)

Vous allez voir que, près de 40 ans plus tard, les questions sont strictement les mêmes ; la manière de les aborder médiatiquement également.

 

 

Le déficit est désormais de plus de 16 milliards d’euros.

6 Commentaires

  1. un ange passe…

  2. Trou de mémoire..

    Quand on sait ce que paie les italiens en assurances santé privées et autres citoyens en Europe, on comprends que depuis plus de vingts ans, on nous a bien dressé avec ce Trou, qui n’est en fait que celui que Bruxelles a vendu aux assureurs privés ( alias feu sécurité sociale). Le Trou n’est que le concept libéral, de notre santé.

    Cela fait parti du detricotage des services publics, école, santé, électricité, gaz, téléphone…bref comme les américains nous vivrons à crédit…jusqu’à la mort

    Comme le Conseil de Résistance, plus de conseil, plus de Résistants( ce)

  3. Exposé des motifs de l’ordonnance du 4 octobre 1945 (extraits)

     » La sécurité sociale est la garantie donnée à chacun qu’en toutes circonstances il disposera des moyens nécessaires pour assurer sa subsistance et celle de sa famille dans des conditions décentes. Trouvant sa justification dans un souci élémentaire de justice sociale, elle répond à la préoccupation de débarrasser les travailleurs de l’incertitude du lendemain, de cette incertitude constante qui crée chez eux un sentiment d’infériorité et qui est la base réelle et profonde de la distinction des classes entre les possédants sûrs d’eux-mêmes et de leur avenir et les travailleurs sur qui pèse, à tout moment, la menace de la misère.  »

    C’était si bien dit….

  4. Certain nous raillerons, en nous définissants comme  » la gauche d’émotions »

    ben oui l’intelligence de gauche demande que nous puissions percevoir la dureté du monde ( ps que celle de la France et ou d’une impalpable peuplade européenne dont la seule culture est à chercher dans le libéralisme), celle là m^me qui par empathie, par une sorte d’urgence morale et politique, nous pousse ne pas se résigner….

  5. Islera

    Du dispensaire à la clinique
    Cela fait effectivement plus de 20 ans…si ce n’était pas un si bon film on pourrait le voir comme un documentaire….

    Excellent ++

    Correct. Ce que paient les….

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

28 Oct, 2013

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

« Un nouveau Gallimard »

« Un nouveau Gallimard »

Il est midi. Il est allongé de tout son long. Conscient. Mais incapable de se relever. La quarantaine. Nous sommes dans l’un des quartiers les plus huppés de la capitale  : devant la Banque de France, au coin de la rue de Sèvres et du boulevard Raspail. Je me suis...

Une journée ratée

Une journée ratée

Ce matin, au Parc de Saint-Cloud, mon chien et moi, nous avons croisé une bonne sœur qui faisait de la marche nordique. Je n'avais pas mon appareil photo. Je refuse de prendre des photos avec mon smartphone. À quoi tient la réussite ou l'échec d'une journée ? Tout ça...