Parlez-vous vraiment !

No WI-FI !

Je vous préviens…

Je vous préviens…

(…)

Si par malheur, il vous arrivait de croiser mon chemin IRL, l’espace d’un verre, d’un repas ou d’une rencontre… Je ne supporte pas les gens qui passent leur temps à consulter leurs portables, lorsqu’ils sont en « société ».

Je l’écrivais et décrivais déjà cette pathologie en fustigeant la « tribu des têtes baissées », il y a deux ans.

Du coup quand F. m’a envoyé cette illustration, j’ai jubilé…


La source est ici.

8 Commentaires

  1. Ah ouais, c’est vrai, c’est un flan au chocolat dans ta main droite. http://t.co/GEaPyuqTQG

  2. 😉 Nous étions en train de regarder les infos sur le tireur en fuite.

  3. Mes gosses les nomment « les zombies » tellement ils les trouvent déconnectés du monde réel.
    C’est le paradoxe du zombie, être là sans l’être vraiment.
    Moi je les appelle les impolis, je trouve cela trés grossier.
    Il y a peu, lors d’un dîner, j’ai été confronté à ça: des personnes hypnotisés par leur téléphone, le tripotant sans cesse, coupant les conversations au moindre bip.
    J’en ai eu ras le bol d’un coup de voir cette contamination. Du manque de « reflexe social primitif » à savoir regarder l’autre et communiquer, alors qu’on est envahi par le concept de réseaux sociaux mondialisés. Je me suis barrée sans au revoir, ni merci, ni rien. J’ai mis les voiles en étant aussi vulgaire qu’eux.
    Ils n’ont évidemment pas compris mon caca nerveux et je suis sans doute passée pour une connasse mais je n’en pouvais plus de bouffer avec des morts-vivants qui, comme chacun sait, manquent cruellement de conversation.
    A quoi servent ces réseaux si on en oublie comment se parler?

    PS: Ce petit écriteau est drôle et décalé. J’aime.

  4. Tête baissée et la queue en berne également, tous ces mecs qui tchatent et se vantent via un réseau wifi, au lit c’est juste petit et sans énergie. Voilà c’est dit. Lovely

  5. Ces mecs, ces mecs… C’est plutôt un travers de gonzesse de jacter des plombes pour rien dire.

  6. J’ai donné un point de vue féminin, libre à chacun de livrer son point de vue masculin.

  7. Ps: et les femmes elles savent se taire au moment opportun.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 Nov, 2013

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

« Un nouveau Gallimard »

« Un nouveau Gallimard »

Il est midi. Il est allongé de tout son long. Conscient. Mais incapable de se relever. La quarantaine. Nous sommes dans l’un des quartiers les plus huppés de la capitale  : devant la Banque de France, au coin de la rue de Sèvres et du boulevard Raspail. Je me suis...

Une journée ratée

Une journée ratée

Ce matin, au Parc de Saint-Cloud, mon chien et moi, nous avons croisé une bonne sœur qui faisait de la marche nordique. Je n'avais pas mon appareil photo. Je refuse de prendre des photos avec mon smartphone. À quoi tient la réussite ou l'échec d'une journée ? Tout ça...