précaires

Lettre morte

Depuis quelques semaines, je me demande qui sont les blogueurs qui m’entourent et qui laissent une adresse en lien dans leur signature. J’en ai visité de nombreux, apprécié certains d’entre eux et du coup, j’ai eu envie d’en croiser quelques-uns dans la vraie vie. Et là, ces quelques rencontres m’ont, parfois, fait toucher du doigt des situations de détresse absolument incroyables. Au moment où la précarité éclate à la tête de tous les politiques dans notre pays, j’avais totalement sous-estimé une évidence. Les blogs sont aussi, évidemment, pour beaucoup, animés par de vrais précaires.

Entrez…

kiosque

Vivement demain

Depuis toujours je déteste le 1er mai. Rien à voir avec le muguet, même si je n’aime pas les fleurs. Rien à voir non plus avec les défilés syndicaux, cela me passionne peu. Pas de lien avec la fête de Jeanne d’Arc du FN non plus. Non, si je n’aime pas du tout, mais alors pas du tout, le 1er mai c’est…parce qu’il n’y a pas de journaux.Vous me direz d’aller sur le net et de me débrouiller avec ça. Il y a de quoi faire ! Rien à voir.

Entrez…

dehors

Froid dans le dos

Image de prévisualisation YouTube

Il est midi. Il est allongé de tout son long. Conscient. Mais incapable de se relever. La quarantaine. Nous sommes dans l’un des quartiers les plus huppés de la capitale ; devant la Banque de France au coin de la rue de Sèvres et du Boulevard Raspail. Je me suis accroupi, l’ai aidé à s’asseoir avec une jeune femme qui est rapidement repartie et on a commencé à discuter, tous les deux.

Entrez…

Melville

Bartleby

Image de prévisualisation YouTube

Quelques jours plus tard, je fus admis de nouveau à pénétrer dans les Tombes (Tombs) et je parcourus les couloirs à la recherche de Bartleby, mais sans le trouver.

Entrez…