• La ligue des Justiciers

    “Avec Internet, Mitterrand n’aurait pas tenu six mois…”

    Un intéressant article des Échos (signé Cécile Cornudet) résume les difficultés auxquelles se trouvent confronté Nicolas Sarkozy, notamment à cause de la multiplication des scandales, petits et gros. Où il apparaît qu’internet énerve beaucoup l’entourage du Président… Entrez…

  • Outing

    Le club des blogueurs anonymes

    Un certain Jean louis Masson, sénateur de son état, propose de supprimer la latitude laissée à chacun de bloguer sous son vrai nom ou sous un pseudonyme. Fini l’anonymat pour ceux qui le souhaitent ? Entrez…

  • Présiment©

    À la dérive

    Hier, Henri Guaino donnait une interview au Figaro. Il en ressort qu'”il faut garder son sang-froid”… Entrez…

  • Masques

    Mazarine, la blogueuse, et la rumeur

    Lorsque Mazarine Pingeot, fille d’Anne Pingeot et de François Mitterrand, blogue sur la rumeur, cela ne peut pas nous laisser indifférents… Entrez…

  • Looping

    La firme ne répond plus !

    La “séquence” médiatique que nous venons de vivre devrait rester dans les annales de la communication de crise. Si vous voulez savoir exactement ce qu’il ne faut pas faire, repassez-vous le film… Entrez…

  • Pythies

    “Sarkozy, c’est fini !!!”

    Ils me font bien marrer ! Tous autant qu’ils sont. Si vous saviez le nombre de personnes – et des vraiment brillantes, mais, même sous la torture, je ne balancerai pas de noms – qui m’expliquent, depuis dimanche, que “Le Sarkozysme, c’est fini !”… Que “Sarkozy, c’est fini !!!”… Que “Sarkozy est mort”. Qu’il est “KO” ! Que, bien sûr, Martine Aubry sera la candidate du Parti socialiste et, que, bien évidemment, elle sera élue ! Si j’avais autant de billets de 50 euros que de pronostiqueurs qui hululent dans mes oreilles, je serais déjà riche… Entrez…

  • Globe

    Quinze ans… Une vie

    http://www.dailymotion.com/video/x6qy1p

    En avril 1993, je travaillais rue de Solférino. Au siège du Parti socialiste. J’étais alors, depuis quelques mois, l’un des rédacteurs en chef d’une revue qui se nommait Vendredi-Idées. N’étant pas parvenu à être nommé à l’Université (ma nomination date de l’année d’après, à Montpellier I), j’avais été “récupéré”, alors que je me préparais à chercher du travail dans la “vraie vie”, par Henri Weber, bras droit de Laurent Fabius, alors premier secrétaire. Il m’avait demandé de créer une revue d’intellos en compagnie de Gilles Finchelstein.

    Entrez…

12