On allait au bord de la mer…

ON

Les vacances approchent pour ceux qui auront le privilège d’en prendre…

Les vacances approchent pour ceux qui auront le privilège d’en prendre…

(…)

J’adore ce cartoon « familial » que mon camarade F. m’a fait passer…

La source 


Michel jonasz . les vacances au bord de la mer par vinylboy

6 Commentaires

  1. Un homme, la mer, le ciel, un rève… Tout n’est que recommencement : http://youtu.be/bS1k_BLWdVE

  2. D’après ce que j’ai pu lire ici ou là, Jonasz détesterait désormais cette chanson. Pour moi, celle-ci respirera toujours l’atmosphère de mes vacances d’enfant avec mon père, ma mère, mon frère…

  3. Moi en vacances je vais emmener un polard, un vrai…de ceux qui te laissent tout haletant jusqu’à la fin. Des vols des coupables présumés, des policiers inquisiteurs, une intrigue somptueuse, bref du beau du bon! Tenez, je vous met un passage. La scène se situe au Palais de l’Elysée vraisemblablement en 2007, un chef de bande a regroupé sa troupe…suspense…! http://0z.fr/bV-p5

  4. J’aime beaucoup cette chanson.

    Mon enfance, c’est les années 80 alors du coup, c’est plutôt ça:

    http://youtu.be/zLTG3Vn7MN0

    Comme j’habitais face à la mer, ça me faisait ricaner d’imaginer les urbains se liquéfiant sur le bitume. On est mauvais quand on est gosse mais pour moi cette chanson est définitivement le soleil de mes vacances d’antan.

    Un bonus: http://youtu.be/8yapXaWsZ9g

    (ça, c’est pour que vous gardiez le sourire toute la journée)

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Juil, 2013

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...