Presse

Un pas en arrière

Je n’ai pas le temps de bloguer…

(…)

Cela permet à tout le monde de continuer à discuter du billet précédent.

Pour le moment, à part Rue89 et des tweets énervés, je ne vois pas venir grand chose…

 

Be Sociable, Share!

    RÉCLAMATIONS (27)

    > Déposer une réclamation
    • Virginia L dit :

      Patience. Chaque chose arrive à temps.

    • Eric Perrin dit :

      On va voir, la presse je me demande s’ils ne serrent déjà pas mal les fesses et qu’ils ne vont pas regarder ailleurs, enfin…

    • Eric Perrin dit :

      Je vais essayer de diffuser comme je peux, on va voir…

    • Isabelle dit :

      Un p’tit Vian?
      http://www.youtube.com/watch?v=vpW_eBJKw74
      Aujourd’hui il fêterait ses 93 ans et c’est grâce au billet d’il y a quelques jours que je m’en suis rendue compte…

    • Malbrouck dit :

      Et Pyrrhon a raison de m’inviter à rester dans le sujet ; la liberté de la presse, la liberté d’expression ici mise à mal par une épée de Damoclès financière sur un journal (si j’ai à peu près compris)
      On peut le voir aussi comme un ballon d’essai de la part des pouvoirs publics et en cela, hormis les citoyens très engagés, pétitionnaires en ligne de tout poil, c’est au monde du journalisme dans son ensemble de réagir pour ne rien laisser passer !
      Intuitivement je suis amené à penser que si les raisons fallacieuses, confuses, floues, subjectives qui sont avancées ne font l’objet d’aucune réaction sérieuse c’est la porte ouverte à toute censure toute aussi subjective et arbitraire !
      Il ne m’apparaissait pas totalement absurde et hors sujet d’insister sur l’autre argument fallacieux consistant à dire dans ce courrier qu’il ne s’agit en aucun cas d’une décision d’interdire de publier (tout en annonçant une sortie immédiate et arbitraire d’un régime “fiscal” pour ne surtout pas parler de “subvention indirecte”) : le sous entendu c’est bel et bien la question des coupes budgétaires ! L’alibi du moment ! Et puis après tout chacun son analyse, son ressenti ! ;-)

    • Pyrrhon dit :

      Malbrouck, si vous imaginez vraiment que le but de mon intervention était de vous reprocher un hors sujet… c’est que vous n’y avez rien compris.

    • Malbrouck dit :

      On participe Pyrrhon, on participe ;-)

    • Pyrrhon dit :

      lol

      (je le dis exceptionnellement)

    • Eric Perrin dit :

      Désolé mais j’ai pas pu m’en empêcher :)

      http://youtu.be/DEHJLd8QRz8

    • Malbrouck dit :

      vous faites les zouaves alors qu’il s’agit de plancher sur cet article du code des impôts ;-)

      http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006296924&cidTexte=LEGITEXT000006069574

    • Pyrrhon dit :

      Vous ?

    • Malbrouck dit :

      Alors bien sur il est facile d’interpréter à sa guise le paragraphe ou alinéa 8
      ” N’être pas susceptible de choquer le lecteur par une représentation dégradante de la personne humaine portant atteinte à sa dignité et à la décence ou présentant sous un jour favorable la violence.”
      Autant dire que tout journal satirique est par définition sur la sellette au gré et au bon vouloir de l’administration !
      Voilà un sujet passionnant qui nous rappelle que notre fameuse liberté d’expression a un prix et que celui qui déroge à la règle se trouve mis hors jeu sauf s’il possède une grande fortune bien entendu !
      On apprend donc que l’administration est donc en droit de ne pas soutenir sur le plan financier la satire, la caricature par définition souvent outrancière !
      En toute logique si ce journal n’obtient pas gain de cause dans ses recours il m’apparait évident que les Charlie Hebdo et touti quanti vont suivre ! Ce qui vaudra pour l’un vaudra pour l’autre ! Ça valait bien une prolongation pour y réfléchir à deux fois : mine de rien j’apprends finalement que toute “église” (par exemple) outrée par une caricature pourrait faire plier ce type de presse avec l’aide d’une administration prônant la rigueur de ses lois !
      Bien vu ;-)

    • Malbrouck dit :

      Pyrrhon je plaisante meme si ça ne m’empêche pas par ailleurs de commencer à comprendre l’enjeu pour nos amis de la presse ! ;-)
      Ils sont ici alertés et on verra bien s’ils sont en éveil ou pas !

    • Pyrrhon dit :

      Oui Malbrouck, ça valait bien une prolongation, comme vous dites. Du reste, je ne faisais qu’observer votre tendance à confisquer tout débat ou enjeu culturel au profit d’un de ces “flashs d’information inédits” dont vous avez le secret… Instruction publique et progrès social ont pourtant été, longtemps, des combats étroitement liés. Les questions d’humour, d’ordre moral, d’ignorance ne formaient donc pas là un petit sujet… Je vous ai donc trouvé bien maladroit de l’escamoter en faveur d’un discours budgétaire abusif et tiré par les cheveux. Avec cette présentation de la culture en temps de crise, “inutile et nuisible” du point de vue néolibéral, réduite au seul terrain de l’économie, vous avez fait exactement le jeu de ce que vous pensiez sans doute dénoncer.

    • Armand dit :

      Si je crée le site hustlingpost.com avec des Photoshop montrant DSK et Sylvie Noachovitch en pleine action et des articles satiriques sur la vie politique et économique ainsi qu’un faux blog “le 13h de Guy la belle bière”, est-ce que j’ai droit à un numéro de commission paritaire et à la TVA à 2,10 % ?

    • lovely dit :

      Dur de s’appeler Guy B.

    • Guy dit :

      On ne parle pas d’Internet, mais de papier…
      Pourquoi lovely ?

    • Armand dit :

      Edwy Plenel vous expliquera que c’est discriminant d’appliquer des régimes différents entre le papier et internet, il arbore d’ailleurs un numéro de CP et s’auto-applique le taux de TVA de la presse-papier (la même pratique valant actuelle un redressement fiscal à Arrêts sur image).

    • lovely dit :

      Ironie du sort: cet entre soi journalistique a été mis en lumière par celui-là même qui s’en est nourri: DSK.

    • Malbrouck dit :

      Armand,

      En lisant les fameuses dispositions ouvrant droit à ce régime j’ai découvert qu’une extension aux sites internet pouvaient s’appliquer !

    • Malbrouck dit :

      Des dispositions spécifiques pour la presse en ligne http://www.cppap.fr/rubrique.php3?id_rubrique=124

    • Malbrouck dit :

      Je parle budget parceque justement il s’agit de ce qu’on peut appeler une niche fiscale (ou une aide, un soutien aux entreprises de presse) ! Je continue à penser que nombre de ces dispositions fiscales vont connaitre des coups de rabots ici et là ! Ce qui est jugé comme inutile, non défendable se fera laminer sauf si d’aventure une grande cohorte citoyenne parvient à démontrer le contraire (j’appelle ça le rapport de force)
      Si le monde de la presse reste les bras ballants en s’imaginant que ça ne les concerne en rien je n’y peux rien !

    • Malbrouck dit :

      Ce gouvernement, comme d’autres, procède par ballons d’essai, voire par couacs et faux couacs ! On lance un truc en l’air et on attend de voir ce que ça donne dans l’opinion ! Il y a eu des essais pour remettre en cause la “niche fiscale” relative aux aides ménagères par exemple : nombre de foyers fiscaux, de classe dite moyenne, ont besoin d’une aide ménagère lorsque le couple travaille ! Sans l’aide fiscale accordée ce serait vite intenable ! On ne doit le maintien (pour l’instant) de cette aide qu’au rapport de force que constitue les entreprises de service employant ces milliers de femme de ménage ! Sans rapport de force rien ne serait maintenu !

    • Armand dit :

      @Malbrouck : apparemment du haut en bas de l’échelle on assiste à l’augmentation du travail au noir. Pour les emplois de service c’est clair que la réduction des niches fiscales va augmenter le black.
      Autrement c’est une question de clientèle : gouvernement de gauche, suppression du jour de carence des fonctionnaires; gouvernement de droite défiscalisation augmentée des domestiques.
      Le souci étant que gauche comme droite doivent maintenant fermer le robinet à pognon ou suivre Mélenchon/Le Pen dans une “voie albanaise” qui avait été rejetée par Mitterrand en 1982-83.

    • Malbrouck dit :

      Oui Armand on en est là !
      La question que soulève l’arrêt brutal d’une aide financière à un journal satirique nous parle d’un choix de société dès lors que la liberté d’expression surtout dans sa part jugée inutile, immatérielle, improductive, satirique, caricaturale etc…ne dépend que du soutien que lui réserve la puissance publique au nom de certaines valeurs (qu’on ne retrouve pas énoncées dans le code des impôts)
      Je parle sciemment de l’inutile comme on pourrait avoir une vision à priori de l’inutile en ce qui concerne le travail des artistes par exemple !
      L’art, la culture, la fameuse exception culturelle…
      La puissance publique a t-elle vocation à garantir la libre expression y compris et surtout dans son volet soit inutile soit non rentable ? Ou faut il compter sur des philanthropiques grosses fortunes, fonds privés et mécénat (monde libéral ?) pour que soit garantie cette liberté ?
      Peu d’indépendance et de garantie d’un coté comme de l’autre !
      A quand une délégation interministérielle d’intérêt général à l’inutile avec son propre budget ? :-)
      Et dans ce dossier c’est bien Aurélie Filipetti qui est ministre de la culture et de la communication : on retrouve dans cette commission le ministère du budget et de l’Économie par ailleurs ;-) Qui décide ?

    • Armand dit :

      @Malbrouck Je préfère ne pas dire ce que je pense de Filipetti ni du fait que des abrutis comme moi ont pu voter Hollande essentiellement parce que Sarkozy est un petit excité (bon j’aime bien Hollande pour des raisons personnelles aussi).

      Quitte à ce que la presse ne vive pas de l’argent de ses lecteurs ou de la publicité, je suis évidemment pour l’égalité de tous dans la distribution du pognon. Cela dit “le monte” a encore des voies de recours. A toutes les époques on a pu vouloir faire taire ce qui gênait.

      Je placerais la niche fiscale presse en dehors des autres parce qu’elle est hyper sensible (modulo la plupart des journalistes sont de gauche). C’est un peu comme les avocats qui ont leurs petits privilèges depuis que les politiques sont susceptibles d’être incarcérés, et en tout cas que la garde à vue fait partie d’une carrière normale de politique.

    DÉposer une RÉCLAMATION

    Souscrire à ces commentaires.

    *

    *Champs Requis