Inversion

Hollande dans la seringue

Le 6 février 2013…

(…)

J’écrivais ceci sur le Huffington Post :

Pour filer la métaphore guerrière, il n’y a, pour les français, qu’un ‘théâtre d’opération’ qui, à moyen terme (cinq ans, ce n’est pas du long terme), justifie qu’ils soutiennent ou sanctionnent un président : le ‘front’ du chômage.
La seule ‘guerre’ que le président Français doit ‘gagner’ se situe sur ce ‘terrain’ et sur nul autre.
Chômage, plans sociaux, fermetures d’usines et d’entreprises, mal-logement, pauvreté, précarité, misère même, pour certains, tels sont les seuls enjeux sur lesquels, à terme, le président sera jugé au terme de son mandat.

Nicolas Sarkozy doit encore se mordre les doigts de s’être engagé, en 2007, dans l’émission ‘A vous de juger’ sur France 2, à ramener à 5% le taux de chômage à la fin de son quinquennat. Il proposait même aux Français d’en ‘tirer les conséquences’ s’il finissait à 10%… Ils l’ont donc fait.

De la même façon, la promesse de François Hollande ‘d’inverser la courbe du chômage en un an’, avancée en septembre et confirmée le 31 décembre, est l’unique mesure sur laquelle le bilan du président sera jaugé.

Tout le reste, ce n’est que du papier…

Pour une fois que j’ai comme l’impression que je ne me suis pas planté, je ne vois pas pourquoi je n’aurais pas le droit de frimer ;-) !

Plus sérieusement, je voudrais comprendre comment des gars “costauds”, intelligents, entourés, comme Sarkozy ou Hollande (et tant d’autres) peuvent prendre le risque de se “mettre dans la seringue” avec des promesses intenables, dans une société où la moindre phrase la plus débile est désormais archivée et ressortie à son auteur.

Si quelqu’un a la réponse, je suis preneur…

Be Sociable, Share!

    RÉCLAMATIONS (7)

    > Déposer une réclamation

    DÉposer une RÉCLAMATION

    Souscrire à ces commentaires.

    *

    *Champs Requis