Le rallye Dakar-Clermont…

caravane

Et tous les ans ça recommence… Je ne sais même plus depuis quand cette sale habitude a été prise. Une trentaine d’années, je crois bien. Peut-être même 1978 justement. Voilà encore un truc qui ne me rajeunit pas, tiens.

Et tous les ans ça recommence… Je ne sais même plus depuis quand cette sale habitude a été prise.

Une trentaine d’années, je crois bien.

Peut-être même 1978 justement.

Voilà encore un truc qui ne me rajeunit pas, tiens.

(…)

Ah, le Paris-Dakar.

Chanteurs, acteurs, sportifs, politiques, tout le monde succombe un jour ou l’autre à la sensuelle et subtile « tentation du désert ».

Tu parles d’un désert !

Bourré de 4X4, sortis de chez Mad Max.

Des motos plus grosses que ma mini (la vraie).

Et des putains de camions au format Airbus.

Pas compliquée l’histoire.

Un ou deux sponsors attirés par les vedettes placées entre Stade 2 et le 20 heures, du bon gros pognon en veux-tu en voilà, et c’est parti.

Merci Gérard Holtz, merci !

Et surtout vive le sport !

À droite, dans la caisse, à la place du mort, une carte à la main, le GPS sous les yeux, la star du show-bizz indique son chemin au pilote semi-retraité venu s’éclater dans les dunes.

C’est que c’est pas facile de slalommer entre les petits Africains, même dans le désert.

Dans le temps, ils faisaient au moins tous semblant de venir (aussi) pour aider les autochtones – époque Balavoine & pompes à eau – mais même plus besoin d’alibi maintenant.

Ils doivent juste remercier qu’on revienne les voir et qu’on évite leurs marmots quand ils traversent la piste.

Manquerait plus qu’ils se plaignent.

Et si…

J’ai une idée.

Je trouve ça tellement chouette le « Dakar » que j’adorerais qu’ils nous rendent la pareille.

Je veux dire qu’un rallye s’organise, à l’identique, mais dans le sens inverse.

Genre de Dakar à Clermont par exemple.

Avec les mêmes moyens.

Ce serait très bon pour la croissance en plus !

Des hordes de blacks, déguisés en cosmonautes, qui débouleraient en bagnole dans nos campagnes, klaxons bloqués !

Mais c’est mon Brice qui serait content.

Enfin de l’animation cez lui !

Des chauffards noirs, le pied bloqué sur l’accélérateur du bolide, qui écraseraient nos vieilles mémés du Cantal, ou nos mamies bretonnes, juste à la sortie de la messe.

Les vieux du village obligés d’arrêter leurs parties de dominos, tellement la terre tremblerait au passage des cons-currents.

Ça aurait une autre gueule qu’un bon Parkinson mal soigné non ?

Et puis, imaginez un peu la beauté de la scène, le soir au « bivouac »…

Ces couchers de soleil à 16h00.

Nos petits nenfants blonds (les rescapés…) qui iraient quémander des auto-collants, des sacs publicitaires, des stylos et des gadgets à nos « frères » venus du bout du monde.

Sans parler des filles du coin…

Ravies, nos Cyndie et Jocelyne, de croiser enfin des hommes, des vrais, entre deux tentes et trois sacs de couchage, histoire de se changer un peu des pédophiles locaux mains baladeuses des cousins boutonneux.

Et le fameux bonheur du lendemain matin !

Une fois la « caravane » repartie à l’aube, dans une pétarade inoubliable, la jolie journée semaine qu’on passerait à nettoyer les dégats en s’extasiant sur les « cadeaux » si gentiment laissés.

Oh ! Des pneus crevés king size entre trois flaques d’huile.

Ah non, c’est du super en fait.

Et ces splendides bidons clinquants, ils sont venus de si loin !

Quel exotisme !

Quel beaux objets pour décorer nos cheminées !

De quoi remplacer les sapins déjà balancés.

Et cette citerne vide !

Elle sera parfaite dans le jardin de tonton.

À moins qu’on lui ramène cette carcasse d’Audi…

Ouh la… Mais c’est une portière de Subaru oubliée, là, dans un coin.

Si on essayait de la monter sur la 4L de Marcel !

Mais le plus heureux, chaque année, ce serait encore Kevin, le fils de monsieur le maire.

Il aurait encore pu ramasser un ou deux bouts de pare-choc pour arranger le « tuning » de sa 106 …

Elle serait pas plus belle la vie, comme ça ?

Même plus besoin de voyager.

La civilisation se déplacerait.

C’est bien ça qu’on leur dit non ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

31 Déc, 2007

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Éric Zemmour : le Front national 50 ans après ?

Éric Zemmour : le Front national 50 ans après ?

Il est temps de poser une ou deux questions simples sur le moment Zemmour. Ayant étudié le Front national historique (né en 1972) dans le cadre de ma thèse, je remarque des similitudes entre l'irruption du journaliste et l'émergence de Jean-Marie Le Pen dans l'espace...