La saison des suicides par pendaison

Chaque fin d’été, ici, c’est la même chose. Un abominable spectacle. Un destin aussi tragique que celui de ces baleines ou de ces dauphins, qui se suicident en s’échouant sur certaines plages, à marée basse. Visiblement désespérés par le départ des vacanciers… Ne supportant pas l’idée d’être abandonnés… Ne pouvant surtout pas accepter d’être remisés une saison entière dans un entrepôt froid et humide… Les « piquets »* se pendent. Haut et court… Et eux, ils ne se cachent pas pour mourir ; contrairement aux oiseaux.

Chaque fin d’été, ici, c’est la même chose. Un abominable spectacle. Un destin aussi tragique que celui de ces baleines ou de ces dauphins, qui se suicident en s’échouant sur certaines plages, à marée basse. Visiblement désespérés par le départ des vacanciers… Ne supportant pas l’idée d’être abandonnés… Ne pouvant surtout pas accepter d’être remisés une saison entière dans un entrepôt froid et humide… Les « piquets »* se pendent. Haut et court… Et eux, ils ne se cachent pas pour mourir ; contrairement aux oiseaux.

(…)

Je crois que je ne me ferai jamais à cette vision d’horreur.

* Les piquets…

C’est donc ainsi que les nomment, ici, les hommes de l’art… Un jeune plagiste perplexe m’a d’abord expliqué qu’ils les appelaient entre-eux « les bouts de bois qui servent à fermer les tentes » ; et même, parfois, les crochets. Devant ma moue dubitative et mesurant toute l’ampleur de mon insatisfaction – voire ma déception – le novice a pris sur lui pour me conduire vers une sorte de chef plagiste, bien plus expérimenté. L’homme s’affairait dans une réserve.

C’est cet initié qui m’a enfin donné leur vrai nom. Comme on délivre un sésame.

Les piquets…

L’expert m’a cependant précisé, dans un sourire énigmatique, qu’il était possible et même autorisé de parler de « piquets en bois »…

Je ne l’oublierai pas.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 Août, 2008

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...