Karl madeleine…

The streets of San-Francisco

Michael J. La drôle de dame, Farrah Fawcett. Karl madeleine Malden, hier. Karl Malden ? Cela ne vous dit probablement rien… C’était avant tout cette « trogne » insensée – ah ce nez… – qui cachait un immense acteur de cinéma, notamment partenaire de Brando. Mais, pour les gens de mamamygénération, il restera comme le formidable interprète de Mike Stone – un roc… – dans l’une des séries télé qui ont bercé nos belles années de gamin(s) : « Les rues de San-Francisco ».

Michael J. La drôle de dame, Farrah Fawcett. Karl madeleine Malden, hier. Karl Malden ? Cela ne vous dit probablement rien… C’était avant tout cette « trogne » insensée – ah ce nez… – qui cachait un immense acteur de cinéma, notamment partenaire de Brando. Mais, pour les gens de mamamygénération, il restera comme le formidable interprète de Mike Stone – un roc… – dans l’une des séries télé qui ont bercé nos belles années de gamin(s) : « Les rues de San-Francisco ».

(…)

Malden y faisait équipe avec un jeune acteur américain…

Magie du web. Nostalgie.

Je me revois, vautré sur le ventre, sur le tapis du salon ; entre le fauteuil de papa et maman, allongée dans le canapé. Mémé, comme d’habitude, est assise dans la chaise, à ma droite. Elle s’endort et se réveille. Ou le contraire… J’ai treize ou quatorze ans.

Générique…

http://www.dailymotion.com/video/x2l1bg_les-rues-de-san-francisco-generique_fun

Et voilà que cette Malden « madeleine » matinale me fait penser à autre chose.

J’ai, à la mer, une vieille cousine qui souffre de la maladie d’Alzheimer.

Son prénom ? Madeleine…

Perdre sa mémoire lorsque l’on se nomme Madeleine.

C’est encore plus injuste, non ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Juil, 2009

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...