Peut-on rire de tout le monde ?

http://www.dailymotion.com/video/xca43b_homosexuels-handicap%C3%A9s-une-ligne-j_news

(…)

Les comédiens « d’Action discrète » (Canal+) se promènent dans les rues de Montpellier. Ils « jouent » les supporters de Georges Frêche et y multiplient les provocations verbales. Ils vantent dans un bar lesbien la bienveillance de Frêche envers « les pédés » et « les colleuses de timbres »… Déboulant dans une association d’aide aux handicapés, ils tonitruent que Frêche adore « les baveux » et les « gogolitos »… Deux associations homosexuelles montpelliéraines, se disant sollicitées par des témoins de ces scènes, portent plainte contre Canal+. Une association de parents de handicapés mentaux, l’UNAPEI, attend des excuses de la chaîne. Après avoir mis en rage le ministre de l’immigration Eric Besson, l’équipe de Canal+ affronte la colère et l’incompréhension de représentants de « minorités ». Quelles sont les limites du rire ? Peut-on vraiment rire de tout le monde ? Sur notre plateau, deux membres d’Action discrète, le producteur Yves Le Rolland et le comédien Pierre Samuel, font face à Thierry Nouvel, directeur général de l’Unapei, et à Vincent Autin, président de l’association Lesbian & gay Pride du Languedoc-Roussillon.

http://www.dailymotion.com/video/xca43b_homosexuels-handicap%C3%A9s-une-ligne-j_news

Pour franchir toutes les Ligne Jaune…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 Fév, 2010

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...