Putain de Bleus !

« Alors, t’en penses quoi des ‘histoires’ des Bleus ? T’as rien écrit sur le sujet ? » Bah c’est pas trop compliqué…

« T’en penses quoi des histoires des Bleus ? T’as rien écrit sur le sujet ? » Bah c’est pas compliqué…

(…)

En dehors de quelques tweets rigolards, lorsque l’affaire a émergé, je me suis, jusqu’ici, sagement tenu à l’écart de cette histoire minable et sordide, dans laquelle des milliardaires aux QI de serins se tapent des professionnelles.

Mais je lis et j’entends tellement de sornettes et, surtout, je vois tant de journalistes, ayant pignon sur rue, se fourvoyer, pour voler aux secours des petits Bleus mis en cause, que tout cela commence à me « chauffer ».

De ce point de vue, ce montage de Salam93 laisse rêveur…

Il faudra bien qu’un jour, quelqu’un s’intéresse aux dérives de quelques « journalistes » sportifs, parfois plus complaisants et connivents que bien des journalistes politiques.

Sans entrer une seconde sur le terrain de la morale ou celui des bonnes mœurs, il leur suffirait pourtant de s’en tenir à une position – si j’ose dire – toute simple.

Un footballeur majeur (comme un quidam majeur) ne peut pas et ne doit pas coucher avec une prostituée mineure.

Ne pas le savoir, avoir soi-disant été « piégé », abusé (« elle faisait plus vieille que  son âge »), ou prétendre, comme l’avocate de l’un d’entre eux, que, simplement, ces joueurs « comptent dans leur relationnel un proche d’un animateur d’un réseau d’escort girls »… Tout cela, ça fait peut être une défense, mais en aucun cas des « arguments » journalistiques ou journalistiquement recevables.

Mais « l’affaire » a une autre dimension.

Est-il sain, normal que les noms de ces joueurs aient fini par être livrés au public avide de ce genre de révélations sulfureuses ?

Je ne sais pas répondre à la question.
Mais je me dis qu’un jour, peut-être, les journalistes se mettront, enfin, à plancher sur une politique intelligente, et surtout cohérente, en matière d’identification ou d’anonymat des personnes mises en cause dans des « affaires » ; qu’il s’agisse de gens connus ou d’inconnus.

La notoriété ne doit pas forcément et systématiquement devenir un handicap en cas de mise en cause judiciaire.

Pour le moment, c’est dans l’anarchie et le désordre les plus complets, au cas par cas, et sans la moindre réflexion, ni la moindre logique, que des noms sont, parfois, jetés en pâture. Alors qu’en d’autres circonstances, sans que l’on comprenne pourquoi, certains sont outrageusement protégés.

À quand de vraies politiques éditoriales, assumées et revendiquées, sur cet enjeu crucial ?

Pour finir sur une note un peu souriante, je crois que personne n’a mieux écrit sur le « sujet » que Michel Audiard.

J’aime tout particulièrement ce dialogue admirable entre Dany Carrel et Jean Lefebvre, dans Un idiot à Paris.

Un Jean Lefebvre dont la naïveté et la simplicité confondantes ne sont pas sans rappeler certains de nos Bleus…

Un idiot à Paris…

Post scriptum Je n’ai pas lu Sexus Footballisticus de Jérome Jessel, mais, comme j’ai préféré éviter une illustration salace, il m’a semblé que cette image était parfaite.

25 Commentaires

  1. Mouais des hommes qui trompent leurs femmes avec des putes.
    Et certains en rigolent….
    Rien de nouveau sous le soleil.
    Le seul reproche « légal » sera l’âge des prostituées.
    Quand aux histoires de fidélité et de confiance, on se les carre là où je pense.
    Je n’aimerais pas être à la place de leurs compagnes dont tout le monde se fout.
    Pathétique tout ça.

  2. Oui mais au moins, cette fois-ci, ce n’était pas le pape. Mais un converti Bilal Yusuf Mohammed Ribery. Quel est le con qui a cru une seule seconde que l’Opus Deï dont la mission consiste à diffuser l’idée que le travail et les circonstances ordinaires sont une occasion de rencontrer Dieu, de servir les autres et de contribuer à l’amélioration de la société, avait été laminé par dan Brown.
    Mais circonstance atténuante, Franck Ribery est dans le milieu de terrain.
    Mais il y a un mais. Qui fréquenteNT, le plus les nouveaux millionnaires très médiatiques.
    Alors pourquoi les journalistes les livrent au lecteurs/rumeurs/diffuseurs? Pour que cela se sache malgré ceux qui sont très proches et des nouveaux riches, de son opium de pipole(en France même un taré au QI de serin peut être friqué à mort) et de la justice, heu de l’administration judiciaire.
    Mais. il y a encore un mais.
    Plus personne n’en veut de Ribery, ni au Bayern, ni à Madrid. Ailleurs, j’ai l’impression que personne n’est dupe, surtout les annonceurs.
    Et pour une fois le net n’est pas coupable

  3. Si j’ai bien compris, les footeux musulmans de l’équipe de France fréquentent un bar à putes « hallal ».
    Moi j’aimerais bien savoir ce qu’est une pute « hallal »!

  4. Le fameux « repos du guerrier » sans doute?

  5. Un journaliste sportif, qui a partagé toutes les troisième mi-temps des bleus depuis plusieurs décennies, n’a aucune envie en encore moins la légitimité de dénoncer le manque de moralité de ses amis.

    Les journalistes sportifs sont trop proches de leurs sujets pour être objectifs. Comment dénoncer le lupanar du séjour des bleus en Corée 2002, quand de notoriété publique les journalistes ont partagé pendant un mois le même hotel et les mêmes excès.

    Pour pénêtrer en profondeur le arcanes du monde du football, il faut envoyer des journalistes aguerris mais étrangers au milieu. J’ai le sentiment que beaucoup d’entre eux refusent de s’y coller car ils méprisent ce qu’ils considèrent être un monde de nouveaux riches au QI d’huitres.

    Et les bleus sont plutôt chanceux, pour des faits similaires Tiger Woods, John Terry ou Kobe Bryant ont subit les foudres du puritanisme anglo-saxon, quand eux doivent se contenter de la critique goguenarde des latins.

  6. Franchement, il aurait pas payé ça aurait été légal. Faut arrêter deux min avec les délires moralistes et pudibonds dès que ça touche au cul. Si y’a bien un truc que je reprocherais pas à un homme, c’est bien d’aller aux putes.

  7. Une fois que l’info avait fuité sur l’implication de Bleus entant que témoins dans cette affaire, il était difficile de ne pas donner les noms, pour au moins laisser tranquilles les autres joueurs. Le jeu du chat et de la souris sur les joueurs concernés aurait fait traîner les choses. Déjà nous passons de 4 à 3 joueurs, car dans son article sur le PV de la fille, Le Monde donne seulement trois noms. L’article dédouane même l’un des joueurs quant à l’accusation sur la minorité de la fille, voire de la notion de relation tarifée car il aurait été étonné que la jeune fille lui demande de l’argent une fois l’affaire conclue.
    La question de la diffusion des noms en est importante, tout comme l’intérêt de la personne à l’origine de la fuite. Deux questions que les journalistes, dont j’assume faire partie, ne veulent pas se poser, même à froid. Ce que je déplore.
    Un petit fumigène pour faire retomber les réactions face à la rumeur présidentielle. Pour être sûr d’occuper les journalistes, maintenant il y a l’interdiction totale de la burqua, par un prochain projet de loi.
    Et puis aussi si la France se plante en Afrique du Sud, notre sélectionneur pourra dire que c’est la faute des journalistes, qui n’ont pas laissé les Bleus travailler tranquillement.

  8. Il y aurait tellement de choses à dire sur cette affaire (à bien des niveaux) que je ne sais par où commencer…

    Je reviendrais donc simplement sur 2/3 choses vues dans le montage vidéo du Post.

    Tout d’abord l’expression de grands consommateurs de femmes » me file quelque peu la nausée… Une telle formulation sous-entend clairement que les femmes ne sont rien de plus que des produits de consommation. Ce qui me retourne l’estomac.

    Je passe (non sans écœurement) sur la banalisation que font de nombreux journalistes de cette histoire. Mais si les présumés clients n’avaient pas été des footballeurs connus, auraient-ils eu droit au même traitement ? …

    La palme revient selon moi à Eugène Saccomano, qui fait passer un joueur (F. R. je pense) pour un naïf bien gentil (la naïveté a sacrément bon dos !) mais qui surtout le déresponsabilise totalement ! « Les responsables ce sont les gens de la boite ». Pourquoi ne pas carrément dire qu’on l’a forcé le pauvre petit ?!

    Allez, on parie qu’ils vont tous ressortir blanc comme neige ?

  9. Ah Saccomano. C’est dans Libé, je crois, que j’ai lu un article sur Ribéry (hors cette histoire) qui casse singulièrement l’image de gentil concon du garçon. Qui n’est ni con ni gentil.

    J’ajoute que le buzz qu’il a lui-même lancé autour de sa conversion religieuse en rajoute sur le déplaisant du tableau.

  10. Je n’ai pas lu cet article. Pourrais-tu m’en dire plus ou aurais-tu un lien ?

  11. La preuve qu’il est pas très malin, c’est qu’il qu’il était persuadé qu’elle n’avait pas 17 ans mais 34.
    Tout ça parce qu’on lui avait dit avec l’accent munichois que les butes à l’étanger comptent double …

  12. jojomigrateur,
    Le Coran et la Sunna décrivent les femmes Haram (sacrées) en voile intégral ainsi que les conditions sous lesquelles certaines deviennent halal. À poil intégral sauf la tête. Donc.
    « Halal » définit ce qui est permis pour le musulman, toujours une demoiselle coiffée, Haram définit ce qui est sacré, et qui lui est donc interdit. Mais c’est que pour les musulmans. Pour nous, enfin moi c’est la luxure qui est péché, est par temps de bling bling sarkozyste, on sait plus où mettre la tête.
    mais ce qui n’arrange pas les affaires, le vocable Halal est toujours utilisé par erreur par ceux qui lisent le Coran à l’envers c’est à dire à l’endroit en commençant par le début, mais qui en fait est la fin que les profanes lisent faim, comme Carla et ben-je..je ne sais plus quel lait bio , mais en Thaïlande bien sûr, mais surtout comme synonyme de dhabilah la méthode de l’abattage rituel au sens strict dans les roulottes de chantier à potron minet.
    Aussi, les termes utilisés jointement Dhabilah Halal décrivent toute femme permise par la loi islamique à condition que l’on ne jure pas sur elle étendue ou pas regardant vers la mac ou pas « putain de bazile ça vaut le détour ».
    Le souname dit : Vous sont interdites les femmes dont on a invoqué un autre nom que celui de Dieu en la besognant. De plus on, ils ont le choix entre 99 noms voulant tous dire dieu.
    Donc à priori même dans l’extase même pour un footeux le serin sortit de la cage s’élançant dans son gazouillis, on, ils doivent bien devoir en trouver un qui convient.

    Enfin j’dis ça c’est pour aider.

  13. Enfin comme disait, écrivait, parlez, Philippe Muray :
    On a pu voir les fouteux, libérés de leurs anciens prédicateurs se retrouver aussitôt précipités dans le néant, le sexe libéré des tabous et des interdits moraux, explosant dans la pornographie comme des étoiles qui meurent.
    Et c’est bien triste pour ceux qui voient le ciel s’éteindre.

  14. Et l’affaire du boxeur thailandais de 40 ans qui monnaye ses services sexuels, des news ? Il est toujours en place le ministre de la culture ? Basta.

  15. S’il fallait criminaliser tous les mecs de 20 ans qui se tapent des nanas de 16 ans, la France serait sous les verrous. Et une gamine qui se vante de gagner 20 000 euros par mois va susciter de nombreuses vocations, ça en fait des sacs Vuitton et des lunettes Chanel.

  16. Scusez le hors sujet Guy, mais je voulais vous signaler que je rencontre très souvent des problèmes pour accéder à votre site, pourtant mon pc ne rame pas trop en général, mais chez vous c’est souvent coton, soit ça vient de ma bécane mais vous êtes à peu près le seul chez qui ça m’arrive (avec @SI aussi, je trouve ça bizarre), soit il y a quelque chose. Bon après, si je suis le seul à qui cela arrive, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

  17. Quand je pense, Guy, que j’ai fait la publicité de tes ennuis judiciaires, en bafouant l’anonymat légitime que tu appelles de tes vœux.
    Honte sur moi, qui te présente ses excuses avec le fol espoir que tu auras l’extrême magnanimité de bien daigner les accepter.

  18. @ rimbus eh eh eh

  19. Que la justice passe là où elle doit passer, l’âge de la prostituée, s’il y a pédophilie.
    Pour le reste, encore une fille piégée par la perversion de certains (les macs) et la concupiscence des autres.
    Je ne m’y fais pas à l’abus ; à tout ce qu’on raconte et tout ce que ça cache de fille mal aimée, de parents laxistes, de cousins abuseurs, de réseaux mafieux, de gogos malfaisants, j’ai la gerbe.

    http://anthropia.blogg.org

  20. Plus profondément qu’un serin, si on peut dire, la putaison est la promesse de la coïncidence, pourtant impossible sinon dans le simulacre charnel, entre ces deux mondes que sont deux personnes distinctes.
    Ainsi, l’acte de putaison participe de la profanation.
    (D’après Bataille) Et les faibles toujours aiment souiller, corrompre, contaminer. Et bien sûr Zemmour ira de son couplet prétextant de la nature. Peut-être même Rousseau, fourrant la volaille pas Casher(c’est la même chose qu’Halal) et toujours pas très catholique, dans son appartement de la rue du prieuré d’Annecy mis à sa disposition par l’Évêché.

  21. « Pour le reste, encore une fille piégée par la perversion de certains (les macs) et la concupiscence des autres. »

    En l’occurrence, c’est elle qui a piégé ses clients en dissimulant son âge. Soutien à Francky et la Gov, on a besoin d’eux en pleine forme pour l’AfSud !

  22. mais j’y pense pour répondre à ta question!Les journalistes qui on éventé ce que tout le monde sait depuis un an, est la volonté que ces personnes opposent à la banalisation du crime.
    En France comme dans tous les pays occidentalisés 3% de la population est esclave dont 1,5% sexuellement. rapport de l’O.N.U et qui est depuis deux ou trois mois considéré comme un crime.
    Ca peut-être plus dur judiciairement qu’on pourrait le croire.

  23. 18 ans moins quelques mois : relations avec mineure, oui, pédophilie stricto sensu, non, Anthropia. Ne pas confondre avec l’affaire Polanski, où SG (les photos de la planche-contact sont impitoyables pour Polanski) ne porte pas plus que ses 13 ans.

    Ce n’est pas pour autant que je signerais le déplaisant post de Dante, assez « oh la salo.e ». Je le renvoie à la fin du post d’Anthropia, qui montre le noir caché sous le rose.

    http://tinyurl.com/67j7vy

  24. « Est-il sain, normal que les noms de ces joueurs aient fini par être livrés au public avide de ce genre de révélations sulfureuses ? »
    de la part de celui qui doit sa notoriété à « nos délits d’initiés », c’est assez intéressant…

  25. et maintenant elle devient célèbre; rien que pour toute cette effervescence et sa mentalité de débile, elle se discrédite et accrédite la thèse qui veut que les footballeurs ne valent pas cette oppobre; ils sot tombés dans un guet-apens; ce ne sont pas des polanski, qui a sciemment violé une mineure dans les années 70;
    rien de tout ça ici; une fille véreuse qui ne pense qu’au pognon.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Zahia, les bleus et la société des tartuffes « La Toile de David Abiker - [...] Voir aussi sur le sujet le billet de cet épicier var addthis_brand = 'Partager';var addthis_language = 'fr'; [...]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

21 Avr, 2010

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...