Nicolas Anelka : l’incohérence d’Alain Finkielkraut

Deux poids, deux mesures

Ce n’est pas tous les jours que l’on peut prendre un grand philosophe en flagrant délit de contradiction intellectuelle, d’incohérence. J’avais décidé d’aller le dire posément à Alain Finkielkraut, hier soir, dans le joyeux bordel de l’émission d’Europe 1, « Bienvenue au club », animée par l’ami Pierre-Louis Basse. Malheureusement, Finkielkraut est parti, juste quand je suis arrivé à l’antenne…

Ce n’est pas tous les jours que l’on peut prendre un grand philosophe en flagrant délit de contradiction intellectuelle, d’incohérence. J’avais décidé d’aller le dire posément à Alain Finkielkraut, hier soir, dans le joyeux bordel de l’émission d’Europe 1, « Bienvenue au club », animée par l’ami Pierre-Louis Basse. Malheureusement, Finkielkraut est parti, juste quand je suis arrivé à l’antenne…

(…)

On sait que l’impétueux philosophe est furieux, lui aussi, de la « performance » des Bleus en Afrique du Sud.

Mais qui ne l’est pas ? Et qui ne sur-joue pas une colère un peu disproportionnée, quand on ramène les événements au reste des problèmes qui nous entourent ?

Bref, Finkielkraut est courroucé et entend que ça se sache. Il multiplie donc les interviews (Europe 1, JDD, France Inter,…), pour dire tout le mal qu’il pense de ce qu’il nomme la « génération caillera ». Il dénonce même  l’existence d’une « division ethnique » et de « division religieuse » dans cette »équipe de voyous » à la « morale de mafia ». Selon lui, c’est « L’esprit de la cité qui se laisse dévorer par l’esprit des cités ».

À l’appui de sa « démonstration », outre les incidents grotesques de dimanche (la grève des joueurs, le communiqué, etc), la fameuse « une » de l’Équipe, samedi…

Finkielkraut en fait des tonnes sur cette simple phrase de Nicolas Anelka, dont je rappelle, au passage, que nous ne savons pas, pour le moment, si elle est exacte ou pas. Si les faits se sont vraiment déroulés comme le quotidien les a rapportés.

Du coup, le philosophe agonit tous ceux qui osent lui faire remarquer que c’est un « propos de vestiaire », somme toute classique et, peut-être bien, une saillie largement sortie de son contexte.

Finkielkraut s’en moque. Il se réjouit de la transparence qui a permis à l’Équipe de révéler ces insultes à la « une » (il l’a encore répété, hier, sur Europe 1, après la défaite des Bleus, sur le coup des 18 h).

C’est justement là que le bât blesse.

Très sérieusement.

Pour qui connaît la pensée mitraillette de Finkielkraut, il y a là, a minima, un gros laisser aller théorique, ou, pire, une forme grave d’incohérence qui ne s’explique pas.

Généralement, Alain Finkielkraut est « vent debout » contre ce qu’il nomme sur tous les tons la « tyrannie de la transparence » ; une transparence qu’il voit, de manière légèrement paranoïaque, s’insinuer partout.

Il n’a de cesse, pour cette raison, de stigmatiser, dès qu’il le peut, Internet qui en est, selon lui, le principal vecteur : une « poubelle ».

Selon lui, « sur internet on passe de plus en plus de propos, d’images volés »….

Regardez cette ancienne vidéo où il se surpasse sur le sujet (du coup, j’exagère un peu à la fin,…)

Vous l’avez compris : « Internet est un asile pour les photos, les images, les conversations volées…« .

D’où son appellation de « poubelle de toutes les informations… »

C’est précisément sur ce registre que Finkielkraut a tenu à défendre le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux, à propos de sa fameuse sortie sur les « auvergnats » (regardez ici ) : « C’était une mauvaise blague. On rit de tout, on rit tout le temps. Je n’ai pas à juger ces propos-là. Je vois le contexte dans lequel ils ont été tenus. Je vois qu’ils n’ont pas offensé leur destinataire… ».

Finkielkraut a eu la même indulgence à l’égard du fameux « Casse toi, pov’con » du chef de l’État, au Salon de l’Agriculture.

Il a ainsi, encore, expliqué, cette semaine, sur France Inter, à l’équipe de la Matinale (dans la deuxième tranche de son intervention, après la revue de presse), qu’en fait, l’insulte pouvait se comprendre, car Nicolas Sarkozy, ce jour-là, avait été attaqué le premier. Le « touche moi pas, tu me salis » de l’homme qui refusa de serrer la main du Président, expliquait la violence du « casse toi pov’con ».

Et Finkielkraut d’ajouter (je cite de mémoire) qu’il pourrait lui-même mal réagir si un élève ou un auditeur se comportait de la sorte avec lui.

On voit donc bien que dans ces circonstances, outre qu’il excuse et absout quasiment les auteurs prestigieux des insultes, les deux fois, évidemment, Finkielkraut hurle contre le net, les téléphones portables et autres caméras qui ont permis qu’on « vole » puis diffuse ces incidents.

La grave contradiction intellectuelle, l’incohérence majeure est là.

Pourquoi concernant Nicolas Anelka, dont les propos ont été volés dans les vestiaires, le philosophe n’a t-il aucune  indulgence ?

Pas un mot ?

Pourquoi Nicolas Anelka est-il coupable, avant de s’être expliqué, alors qu’il est bien la victime d’une de ces « conversations volées » qui révulsent le philosophe, le reste du temps ?

Pourquoi la transparence qui dégoute Finkielkraut est-elle autorisée pour un Nicolas Anelka, alors qu’elle est  tyrannique lorsqu’il s’agit du Président, d’un ministre, d’un politique ou même d’un intellectuel, filmé à la sauvette dans un café ?

Parce que ces propos sont sortis sur le papier, dans les colonnes de l’Équipe et pas sur internet ?

Pour d’autres raisons ?

Lesquelles ?

Comme je ne peux pas comprendre ce deux poids/deux mesures, j’aimerais – vraiment – qu’Alain Finkielkraut m’explique quelle est ici, la cohérence de sa pensée.

Voilà.

C’est ça que j’aurais dit, tranquillement, à Alain Finkielkraut si je l’avais croisé, hier soir.

Mais qui sait, ça finira peut-être bien par arriver…

49 Commentaires

  1. Il est préférable en ce moment d’enchaîner sur les banlieues plutôt que sur les bancs de l’Assemblée. Un enculage de footballeux est plus choquant qu’un enculage collectif des administrés.

  2. L’autre « pourquoi », c’est pourquoi tant de médias ont-ils choisi de donner autant la parole en si peu de temps à quelqu’un dont la pensée ne dépasse plus les propos de comptoir des cafés du commerce ? Et dont l’expertise en matière de football et de sociologie des banlieues est à peu près aussi nulle que la compétence de Nicolas Anelka en matière de philosophie heideggerienne ?

  3. Anelka n’est pas Sarkozy ou Hortefeux,voilà probablement pourquoi…Finkielkraut veut une explication sociologique qui justifie sa propre pensée alors qu’il n y a peut être que de la bêtise pure et simple et la bêtise est la chose la mieux partagée quels que soient le milieu,l’ethnie ou la religion.

  4. Les allumeurs
    paille et poutre
    poubelle et benne à ordure
    pétard et bombe
    Bref de l’incivisme à la guerre civile …ethnique et ou religieuse, voilà ce que ces propos m' »inspirent »
    Guillemet car l’inspiration pour moi est un mot noble….

  5. Finkielkraut, incohérent?
    Franchement, ça m’étonne beaucoup.

  6. Quatre ans après le coup de boule de Zidane qui ameutait les vautours de la presse écrite qui avaient « osé » s’en offusquer, le propos de vestiaire « somme toute classique » et qui, surtout, n’est pas encore prouvé (à quoi bon, d’ailleurs, si c’est si anodin ?)…

    Entretemps, une nouvelle tranche d’âge est en train d’émerger : « les young adults », qu’on définit exclusivement par ses modes de consommation. Dans « young adults », on met aujourd’hui les personnes âgées de 12 à … 35 ans (trente-cinq !).

    On n’est plus qu’à une étape de l’infantilisation complète de la société : que les « young adults » de plus de trente cinq ans manifestent un jour leur mécontentement, se sentant injustement stigmatisés.

    Tous des « young adults » donc, tous des ânes au pays de cocagne consumériste.

    Le rapport avec votre note : la stérilité de l’affrontement que vous souhaitiez avec Finkielkraut au sujet de la débâcle des bleus.

    Qu’on invoque le Sarkozysme bling bling, la génération caillera où les tensions ethniques pour expliquer cette débâcle, on oubliera l’origine commune de tous ces maux : l’infantilisation de la société à laquelle on ne peut plus échapper, et qui explique aussi bien la consommation fétichiste de signes distinctifs religieux que celle des signes extérieurs de richesses.

  7. J’en ai marre de ces bleus. Je préfèrerai qu’on parle de Mr Woerth, de madame Woerth, de Madame Bettencourt…..

  8. Ah ben je suis toujours étonnée de voir autour de moi que les gens de « gôche » (la fameuse gôche fontenelienne) trouvent dégoutant,déplacés, ridicule, capricieux, indignes, enfants gâtés tous ces joueurs de l’équipe de France…

    Moi je les trouve très français, très civiques et pas du tout « caillera », ni pourris gâtés. NI RIDICULES.

    Sur le plan du jeu, ils ont été nuls, rien à redire la dessus (et Domenech a fait de sales choix suspects ce qui explique en grande partie cette offensive zéro de l’équipe de France).

    Tout était couru d’avance de ce coté là. Qui s’attendait à quelque chose ? Les abrutis sans doute.

    On les a obligé à rester lointain de leur public, cachés (et ça, ça vient de Domenech assurément, c’est typique ses stratégies de pourri psychorigide).

    Mais pour le reste, ces joueurs de l’équipe de France, je les ai trouvé super.

    Et très pertinents.

    Quand on est de gauche, il me semble qu’on doit appuyer le droit à la grève. Je les soutiens donc totalement dans leur initiative. Ils ont eu le bon réflexe : Signifier publiquement un problème dans la gestion de leur équipe par Domeneche et la fédération.

    Il n’y avait pas 36 manière de SIGNIFIER PUBLIQUEMENT UN PROBLÈME…

    Les joueurs ont utilisé leur droit de grève et c’est très bien. En ce sens, ils sont un exemple de civisme et de civilité pour tous les petits français.
    L’inverse même d’un esprit caillera !!!

    BRAVO.

    Ces joueurs ont subi des choses en coulisse que l’on ne sait pas et qui se découvrira ces prochains jours. Vu l’esprit Domenech on a pas de mal à imaginer l’ampleur de la manipulation qu’ils ont subi…

    Les joueurs ont fait front face aux évènements : ils se sont rebellée contre la hiérarchie malsaine. La rebelion est une valeur française importante.

    Ils se sont montrés solidaires de leur compagnon de jeu hanelke et c’est très très bien.

    La solidarité est une valeur française importante. Et en suite d’avoir fait grève : bien. Les français doivent pouvoir utiliser à tout moment ce droit.

    Salir ou ridiculiser ce droit c’est commencer à être de droite.

    D’autant que dans toute cette affaire, il n’y a pas mort d’homme. et leur action n’a mis en danger personne qu’eux même.

    Oui, en faisant grève, en osant se rebeller, en osant rester solidaire de leur compagnon… Que je sache c’est eux qui se sont mis en danger. ET PERSONNE D’AUTRES. Ils le savent, ils ont pris des risques pour eux même, pour leur carrière.
    MAIS ILS ONT PRIS CE RISQUE.

    BRAVO, JE LES FÉLICITÉ ET BIEN SUR J’ENCULE FINKELKRAUT CET ENCULÉ DE SA RACE DE DÉGÉNÉRÉ.

    je trouve ça très très citoyen, très très français et très intéressant politiquement.

  9. Bonjour M. Birenbaum,
    pertinentes questions que vous posez. Les réponses pourraient être effrayantes.

    Autre acteur de ce mélo, Valentin, élu UMP et futur ex-DG de la FFF en charge, d’après lui, de la logistique, mais qui fustige depuis hier un vestiaire fermé, avec ses codes, ses règles.

    Hu hu.

    Deux questions, en écho aux vôtres :
    – c’est qui cette taupe, qui n’était visiblement pas dans le vestiaire ou alors avec une déficience auditive marquée, et dont les joueurs ont indiqué qu’elle était là depuis le début ?
    – de quels codes et de quelles règles parle-t-on qui ne relèveraient pas du métier de sportif professionnel ?

    Si vous croisez Valentin, donc.

  10. La cohérence de sa pensée, c’est son incohérence, qui est aussi bien la preuve de propos idéologiques visant à légitimer sa sérénade habituelle, qu’a très bien répétée Mme Le Pen.

  11. Alain Finkielkraut, « légèrement paranoïaque » ?

    AH AH AH !!!

  12. Ce monde est trop divisé religieusement, culturellement et ethniquement pour y entendre quelque chose aux hauteurs perchées de la pensée Finkielkrautienne.

    Les langues d’éboueurs de « LeTernet Poubelle » vont même jusqu’à dire que ce magistral philosophe, illuminant tant qu’illuminé, ferait bien de se demander pourquoi Marine Lapen reprend ses arguments…

    LeTernet est trop méchant (et nul en philo, en plus).

  13. Thomas Legrand dans la matinale a posé à Finkie la question que vous vouliez lui poser sur Europe: contradiction entre la transparence dans la vestiaire et l’absence de transparence dans les conversations avec les militants (je n’appelle pas cela d’ailleurs une conversation privée). sa réponse en substance: « ce n’est pas du tout la même chose ». c’est une réponse vraiment digne d’un philosophe.

    sans doute la réponse honnête qu’il n’a pas osé faire: Anelka est un caillera tandis qu’Hortefeux est un monsieur des beaux quartiers qui fréquente le beau monde.

  14. « je rappelle, au passage, que nous ne savons pas, pour le moment, si elle est exacte ou pas (…) si les faits se sont vraiment déroulés comme le quotidien les a rapportés ».

    Comme le disait Monsieur De Fontenelle (l’académicien pas le journaliste-blogueur mais ce n’est peut-être qu’une question de temps pour ce dernier – à supposer qu’il accepte quand bien même proposition lui serait faite, plus tard, d’entrée à l’académie ; je me suis souvent demandé s’il y avait quelque filiation entre les deux ; mais je bavarde et j’oublie mon propos principal). Donc comme le disait l’académicien (je cite de tête et dans un style approximatif) : « assurons-nous bien des faits avant que de nous inquiéter de la cause […] Cela prouve que non seulement nous n’avons pas de principes qui mènent au vrai mais que nous en avons qui s’accommodent très bien avec le faux ». Vous remplacerez à l’envie ‘principes’ par ‘philosophes médiatico-éditorialistes’ ou par ‘éditocrates’ pour parler comme M. Fontenelle (pas l’académicien, le journaliste ! Il faut suivre à la fin !).

    Ma deuxième modeste observation est qu’il faut bien se garder de s’indigner (même à juste titre) avec tout le monde. Ce n’est pas parce que l’équipe de France a fait un fiasco en Afrique du Sud que les idées nauséeuses de M. Filkielkraut ont reçue une giclée d’eau de Cologne.

    Quitte à s’indigner (à supposer que la chose fût indispensable) j’aime mieux le faire en meilleure compagnie.

  15. T’es cassé Finkielkraut !!!!
    De toute façon tout le monde s’en fout de ce qu’il dit, je comprends pas qu’on lui donne encore de l’antenne.

  16. Mon copain Bob, quand il a un peu abusé du jaune, fait le même genre de remarques que Monsieur Finkelkraut (comme quoi il y a trop de noirs dans l’équipe de France de foot, ou que les jeunes, c’est plus comme avant, ils respectent plus rien, ou encore Internet on comprend rien, …)
    Mais lui, on ne l’invite jamais à la télé ou à la radio. Comment vous expliquez çà?

  17. Guy,

    A l’instar du député Tardy que vous semblez tant affectionner, Finkie n’est guère qu’un exutoire de choix, un mandarin monolithique et beau parleur.

    Il peut se gargariser sur un sujet pour lequel il *semble* vraiment plein de passion, tout en ignorant les tenants et aboutissements précis de l’affaire

    (ou même, de savoir à qui ce battage peut bien profiter… pourtant, c’est pas sorcier de se poser la question. Et je ne suis ni philosophe, ni politique, ni ‘médiatique’!)

    L’un comme l’autre *ressemblent* à des rebelles, sauf qu’au moins ils sont propres sur eux, avec un potentiel pseudo-intellectuel ou/et politique fort, et cela intéresse grandement les média, ces apparences. C’est ponctuel, personne ne semble vraiment relever les permanentes contradictions et incohérences dans leur discours(pas dans lémédia de grande écoute, en tout cas), et au final ça ne dit pas grand chose sur rien, ça n’avance rien au schmilblick, et ça donne l’impression à l’audience que quelqu’un les comprend et va porter leur colère en haut lieu.

    Que nenni! Ça vend, et c’est à peu près tout.

    Car, si l’on ne s’avise de les contredire, si l’on ose se mettre à leur niveau, et pour peu que vous ne soyez même pas un ‘récurrent’ de la sphère médiatique, ils lâcheront sans aucune honte que vous n’avez pas (ou ne devriez pas avoir) le droit de vous exprimer de la sorte sur ce sujet, car d’une part vous n’en savez probablement rien (quelles accréditations pour donner un quelconque parfum de crédibilité à vos arguments???) et d’autre part, vous n’êtes pas du même monde, et eux ils ont attendu et trimé pendant des années avant de pouvoir dire ce qu’ils ont à dire, c’est à dire en substance, rien d’intéressant, rien qui renouvelle le débat public (y’en a-t-il seulement un, au juste?)

    Enfin, le mieux ça serait quand même que les journalistes cessent de prétendre à imiter le processus démocratique en donnant un ersatz de débat public, et suppriment purement et simplement le droit de réponse. C’est fatiguant à la fin, d’attendre que quelqu’un dise tout haut ce que tout le monde pense tout bas, sans que cela ne participe d’aucun agenda égocentrique.

    Contre la tyrannie des petits humoristes de pacotille, pour la dictature molle du bling-bling élitiste et du prêt-à-penser! Tous avec moi!!!!

  18. Ah Finkie et ses indignations sléectives.

    Quand vous le verrez, demandez-lui ce qu’il avait pensé de la réaction d’un certain JS, de la caillera neuilléenne, quand le conducteur d’une BMW s’était plaint qu’il ait percuté l’arrière de sa voiture.

    http://tinyurl.com/67j7vy

  19. Alain Finkielkraut a eut été un sujet fédérateur mais je trouve qu’il commence à lasser. On le dirait atteint d’une sorte de coprolalie lui aussi (merci M. Guy pour le vocabulaire), à moins que ce ne soit que du radotage. Il devrait changer de thématique, quoique je le trouve bon pour faire le pendant sur France Inter du Zemmour de RTL, maintenant que tous les comiques sont virés de la matinale. Se lève-t-il assez tôt?

  20. Enfin une politique qui exprime, au-delà du foot et de la défaite de l’Equipe de France, un autre point de vue, et particulièrement en réponse aux allégations tendancieuses du philosophe xénophobe.

    « Chronique du racisme ordinaire »
    http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2010/06/23/chronique-du-racisme-ordinaire/

    Et puis, en surfant, je tombe sur ça !

    « La journée de mobilisation contre la réforme des retraites n’inquiète pas la Sarkozie et ses représentants Alain Minc et Raymond Soubie, rassurés que la France n’ait pas déjà « explosé ». »
    http://www.bakchich.info/Les-conseillers-de-Sarkozy-frisent,11191.html

    Quel mépris envers les français (d’en-bas) !

    Mais, au fond, c’est quelque part un peu vrai.

    Comment les français peuvent-ils se laisser traiter ainsi ? Plus préoccupés par les déboires du monde du foot, que Sarkozy et sa clique tentent maintenant de récupérer, bien aidés par des discours à la Fin-kelle-crotte, il est vrai.
    On dirait même qu’ils tentent de détourner toute la colère des gens accumulée suite à tous les scandales financiers ou de corruption, de passe-droits et autres joyeusetés de cette République bananière, sur le foot en transformant cet évênement en drame national : celui du « déshonneur de la France ».

    C’est vrai que ce ne sont pas les frasques, la vulgarité de Sarkozy et toutes ces affaires politico-financières (jamais suivies de démission) qui déshonorent la France aux yeux des autres pays et des français !!!!
    Quand je vois Bachelot faire la morale, parler d’exemplarité, etc…, à l’Assemblée, quel foutage de gueule !

    Et cette presse minable qui lynchent à tout-va, alors que franchement, il n’y a pas de quoi être fier de ce qu’a fait le journal l’Equipe (en plus, cette photo montée en Une est d’une telle malhonnêteté ! Y’a du gazon dans les vestiaires de foot ? Nan parce que, comme je n’aime pas le foot, peut-être que c’est moi qui comprends rien, car quand même, un tel montage pour faire croire qu’Anelka est comme un fauve enragé qui va sauter sur Domenech, faut pas avoir beaucoup de déontologie pour faire cela !).

    Je me demande qui a vraiment le plus nuit à cette équipe durant cette Coupe du Monde ?!

  21. Pourquoi concernant Nicolas Anelka, dont les propos ont été volés dans les vestiaires, le philosophe n’a t-il aucune indulgence ?

    Parce qu’Anelka s’est converti à l’Islam . Même réponse pour ce qui est de vos autres questions ! Honnêtement, pensez-vous que si Brice hortefeux avait tenu les mêmes propos qu’il a tenus, mais à l’encontre des juifs , pensez-vous une seconde que Finkielkraut aurait pris la défense du ministre ? Non …Bien sûr que non et à juste raison .
    Cependant , Finkielkraut est ségrégationniste ( vous n’avez sans doute pas oublié ses propos sur l’équipe de France , les Antillais , l’esclavage …) xénophobe et négrophobe ! Même si le « fastueux  » polymathe dit avoir un respect absolu pour Aimé Césaire . C’est un peu court comme ligne de défense..Fabrice Luchini adore Céline , ça ne fait pas de lui un antisémite notoire , comme j’avoue aimer globalement l’oeuvre de Daudet ce n’est pas pour autant que je suis devenu un admirateur de Drumont ou que Mein Kampf est devenu mon livre de chevet par la suite ! Que Finkielkraut soit un lecteur assidu d’un homme talentueux, c’est une chose, mais sa lecture ne l’absout pas de ses propos méphitiques qu’il tient cycliquement .

  22. « qui a le plus nui »

    Peut-être que c’est mieux comme ça !

  23. « On dirait même qu’ils tentent de détourner toute la colère des gens accumulée suite à tous les scandales financiers ou de corruption, de passe-droits et autres joyeusetés de cette République bananière, sur le foot en transformant cet évênement en drame national : celui du “déshonneur de la France”. »

    J’ai même entendu sur France Info (« La radio de propagande qu’il vous faut »), un journaliste dire, sans même rire, que « L’intérêt supérieur de la Nation » était en jeu…
    Et Thierry Henry reçu par Sarkozy, quand même, ça en dit long…

    En même temps, c’est sur la même radio que ce soir une autre journaliste évoquait les 58% de français qui comprennent la nécessité de la réforme des retraites, selon un sondage du « Figaro ».

    Ajoutant approximativement, avec un sourire dans la voix: « Un français sur deux, donc. C’est important… »

  24. Il a la cohérence d’un raciste.

  25. Alain Finkielkraut a besoin de sujets pour s’exprimer, parce qu’il a besoin de s’exprimer pour exister. L’important n’est pas qu’il connaisse son sujet ni même qu’il soit logique, constant, exigeant… mais qu’il soit présent et qu’on lui demande son avis. Et il le donne. Même s’il n’est pas pertinent ni étayé par de solides connaissances. C’est bien lui qui assassina la Palme d’Or de 1995 en qualifiant le film Underground de propagande panserbe avant de reconnaître, ‘après avoir vu le film’ (ahem…), qu’il avait été injuste. On a connu avis plus éclairé.

    Finkielkraut criait au lynchage dans l’affaire Polanski et fustigeait les sur-réactions de certains, pas toujours à tort. Il ne donne pas particulièrement l’exemple, là… Et pratique l’amalgame, ce qui pour un « penseur » est une faute lourde.

    Le jour où il acceptera de dire publiquement que sur tel sujet, il n’a pas d’avis à donner parce qu’il ne comprend ou ne connaît pas le sujet, il deviendra intéressant de se replonger dans le reste de ses dits et écrits.

  26. Que Finkielkraut s’explique ? Drôle de demande !

    Mais ce Monsieur s’explique tous les jours en long et en large, du Figaro à France Inter, du Point au Figaro, de France Culture à Paris première etc…

    Et puis on peut toujours le lire dans le JDD ( voir article-BiBi)stigmatisant Anelka, Ribery, Gallas et faisant silence sur le Cass toi p’vre c, faisant silence sur les dirigeants, Ministres et sur Chouchou himself (qui préfère recevoir Henry le jour où plus du million de français seront dans la rue).

  27. Finkielkraut…pfff.
    J’ai même pas envie d’en rajouter. On en ferait une collection de la pléïade avec les 2 poids, 2 mesures de cet individu.
    Pas l’humeur à ça. Pas d’humeur à gamberger sur ce monsieur qui truste les médias « classiques » à longueur d’année. Il mérite même pas que je me torde un neurone à essayer de comprendre sa « cohérence ». Je me bornerais à afficher du mépris et c’est déjà beaucoup trop.

  28. Hé Guy, vous rêvez. M. Finkeilkraut ne va pas vous répondre ici. A la rigueur, s’il a un blog, il le fera sur ses pages… Sa pensée est tellement plus élevée que la vôtre.

    Pour finir, en tant que « folle sur le net », je me permettrais d’être fière de l’être !

  29. Mais comment ce fin analyste qu’est M. Finkielkraut n’ a t’il pas vu qu’avec ce montage, où les deux interlocuteurs ne se parlent manifestement pas mais regardent ailleurs, l’Equipe envoyait un message subliminal de la part des Français à Quelqu’un d’ autre…qui par exemple annonçait des mesures outrecuidantes sur les retraites !

  30. birenbum
    le chien enragé de la tv merdouille qui traite a tout va de raciste aussi naturellement que nicolas anelka traite de fils de pute…..
    et qui fait des leçons de morale à finlielkraut !
    c’est d’un comique….

  31. @ centurion qui dit « c’est d’un comique »

    …pas tant que tes fautes d’orthographe !On ne t’ a jamais dit qu’on ne parle pas comme on crache ?

  32. Bien vu !

    C’est toujours un réel plaisir de vous lire, tant pour le fond que la forme. 🙂

  33. Les footballeurs professionnels accusent les politiques de « populisme »

    « Voilà que l’on demande des états généraux du football comme si le sujet, dans une France qui souffre et s’enfonce dans la crise, était vital pour l’avenir de notre pays. Voilà que l’on réclame une commission d’enquête parlementaire, et pourquoi pas un tribunal d’exception, le recours à la guillotine ou, à tout le moins, au ‘karcher’ ? », poursuit le syndicat.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/dossier/foot-le-mondial-2010/20100624.OBS6087/les-footballeurs-professionnels-accusent-les-politiques-de-populisme.html

  34. Il se trouve que Nicolas Demorand lui a posé la question le 21 juin : http://www.dailymotion.com/video/xdrfkc_crise-du-football-francais_news (à partir de 6’40). Réponse de l’intéressé : on doit savoir « ce qui se passe dans les vestiaires » pour pouvoir « regarder la réalité en face ». Finkielkraut en perd même ses lunettes…

  35. « ce deux poids/deux mesures »

    Cela vous fait un point commun. Mais, peut-être, lui le pratique-t-il moins souvent…

  36. Ce qui me surprend, c’est la surprise de Guy Birenbaum qui croit déceler une contradiction chez l’intellectuel. Il ne vous est pas venu à l’esprit, Guy, que Finkielkraut n’est pas plus un intellectuel que ma concierge ? C’est vrai que vous ne connaissez pas ma concierge. Elle n’a pas fait beaucoup d’études mais elle a beaucoup de bon sens, ce qui fait que les propos qu’elle tient sont toujours cohérents et qu’elle ne se contredit pratiquement jamais, au contraire de celui qu’on présente comme un intellectuel.

  37. Je ne suis pas un expert d’internet. Cependant M. Birembaum, vous n’êtes peut-être pas de bonne foi quand vous dites qu’il suffit de téléphoner à par ex DailyMotion pour obtenir le retrait d’une vidéo volée. En effet, il suffit de voir tous les commentaires injurieux ou diffamatoires postés sur les réseaux sociaux ou sur les blogs par des ados sur leurs profs pour comprendre qu’internet devient un problème dans certains cas. Un prof accusé à tort de viol ou menacé de mort(faits réels)peut toujours essayer de porter plainte : il n’est pas certain qu’elle soit enregistrée. Et même si elle l’est, le site peut migrer à l’étranger où la loi peut être plus « souple » (fait réel encore). Devant la masse de délits de ce type, et le sentiment d’impunité que procure l’anonymat, les victimes n’obtienne que rarement justice.
    Je ne suis pas de ceux qui, comme M. Finkelkraut, pense qu’internet n’est qu’une poubelle. Mais on ne peut pas nier ces problèmes, d’autant plus graves que les ados sont les citoyens de demain, et que nombre d’entre eux sont les auteurs de trèèèès nombreux débordements. Leurs parents se réfugient trop souvent dans le « Je n’y connais rien, il en sait beaucoup plus que moi ». Et l’Education Nationale met comme toujours trop de temps à s’adapter à l’évolution de la société.

  38. J’ai écrit ici dans ce billet que j’ai exagéré !

  39. Une hypothèse
    La « pensée » de Finkielkraut est nulle et se résume à une succession d’éructations révélant ses principales phobies : les jeunes banlieusards musulmans d’origine nord-africaine.

  40. Une autre hypothèse, qui n’infirme cependant pas la précédente, introduite par Vanier : Finkelkraut n’est pas un philosophe.

  41. Non, mais… vous avez pas compris ? Il a acheté un gigantesque écran plat LCD, remboursé si la France gagne… Et la France a perdu ! Il a trop trop trop la haine !

  42. Quand j’entends ou je lis Finkelkraut et zemour, je comprends exactement et aisement les veritables raisons qui ont poussé de la croissance et de l’explosion du nazisme. Leurs propos et leurs ecrits, sont la meilleur ecole qui enseigne les faits et gestes qui contribuent à la croissance du nazisme. Et en pratique se surcroit,ils sont plus fort que le FN.

  43. Balle de Caillera

    La racaille aïe ! aïe ! aïe !
    En verlan : caillera… joli nom pour stigmatiser toute une génération.
    Ne vous précipitez pas sur le dictionnaire des préjugés, parce qu’on ne l’a pas encore édité.
    Pour vous la racaille est apparentée aux jeunes issus de l’immigration, qui refusent de s’assimiler et qui préfèrent leurs figures libres à nos figures imposées. Ils sifflent la Marseillaise, se mouchent avec le drapeau, prennent le bus sans payer, pratiquent le vol à l’arrachée et les viols dans les beaux quartiers. Partout des voyous… des voyous partout… qui sont prêts à tout pour faire leur trou. Ils nous rendent la vie difficile… peut-être parce que pour nous elle est un peu trop facile.
    La génération caillera est passée par nous. Elle ne passera pas sans nous.
    Blacks, blancs, beurs… et ta sœur !
    Non, la racaille c’est nous… c’est nous qui distribuons les médailles… c’est nous qui avons fait de l’argent la seule valeur qui vaille… ricane la racaille : hé hé hé hé
    Alors ne nous étonnons pas de voir le fossé se creuser entre ceux qui ont peur et ceux qui font peur.
    Que peut-on leur reprocher ?
    D’insulter la beauté ou de lui ôter son bonnet ?
    http://www.tueursnet.com/index.php?video=Balle%20caillera

  44. Pourquoi cette différence? C’est qu’entre Anelka et Domenech, il est censé y avoir un lien de subordination entraîneur-joueur. L’insubordination, entraînant une ambiance détestable dans la sélection nationale et des résultats sportifs honteux, justifiait les propos de Finkelkraut.

  45. Je tiens a signaler que beaucoup de vos commentaires relevent de l’ineptie la plus absolue!
    Je peux concevoir qu’on puisse noter des elements derangeants ou choquants dans la pensee d’Alain Finkielkraut, mais apprenez que cette pensee que vous fustigez pour la plupart d’entre vous est d’une profondeur rarement egalee ! Sortons de cette bien-pensance dans laquelle nous nous refugions lachement, sortons des sentiers battus qui rendent les debats infeconds et sans interet, delivrons-nous de cette crispation qui biaise nos pensees et nos critiques! Je suppose que certains d’entre vous ont lu des livres d’Alain Finkielkraut, et ils ont du y percevoir l’intelligence formidable de cet intellectuel, de ce philosophe, de ce combattant de la langue de bois. Si vous avez quelque chose a lui reprocher, c’est peut-etre de voir trop lucidement les incoherences, les betises et les faiblesses du monde dans lequel nous vivons.
    Vous n’aimez pas Alain Finkielkraut car il fait partie de cette caste d’intellectuels (avec E. Zemmour et d’autres) qui n’ont pas peur des mots, qui n’ont pas peur de faire des constats objectifs, qui n’ont pas peur de dire haut et fort ce que les gens comme vous et moi ne veulent pas voir! Ouvrons les yeux, objectivement! Ses propos vous choquent ? C’est donc qu’ils touchent un point sensible. Vous sentez que Finkielkraut voit juste et cela vous effraie. Vous preferez rester berces par vos illusions, par vos fausses impressions, par vos prejuges.
    Guy Birenbaum, vous blamez Alain Finkielkraut sur un point de detail : les fuites d’information qu’il condamne pour certains et pas pour d’autres. Reflechissons un instant. Pouvons-nous mettre objectivement Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux sur un meme pied d’egalite que Nicolas Anelka ? Ce questionnement n’a aucune dimension raciale, ethnique ou autre. Il concerne simplement la difference claire a etablir entre l’Homme politique et le footballer, entre l’homme public et le sportif.. Nous parlons de deux choses bien distinctes. D’un cote Nicolas Sarkozy, president de la Republique, representant des francais, au centre des medias puisque ayant des comptes a rendre aux francais qui l’ont elu. De l’autre Nicolas Anelka, un sportif (au talent indeniable, entendons-nous) que l’on met regulierement sur la scene mediatique, a qui on donne volontier le micro, a qui ont acccorde une credibilite et une pertinence de pensee (permettez-moi d’etre choque) hors-du-commun, pour l’unique motif qu’ il est l’idole des jeunes et qu’il est, avec toute la clique mediatico-buisnesso-sportive, un des personnages que l’on voit le plus sur les ecrans.
    Alain Finkelkraut traite les joueurs francaise de voyous. Le terme et la generalisation sont choquants mais la realite qu’il y a derriere l’est encore plus. Comment queliferiez-vous des citoyens francais (Je ne mets pas tous les footballers dans le meme panier, je le precise) qui se refusent a chanter la Marseillaise en public (i.e. qui refusent tout attachement a la tradition, a la culture, a l’histoire francaise), qui se considerent comme intouchables, incritiquables, inatteignables puisque immensement riches et mondialement celebres, qui n’hesitent pas a reagir violemment quand on ose les critiquer (crime des plus abominables a leurs yeux – cf de nombreuses videoa a l’appui) et qui refusent toute forme d’autorite ?

    Vous reprochez a Alain Finkielkraut les mauvaises choses. Sa pensee est incisive, percante, fondee et approfondie, et cela est tout a son honneur. On pourrait cependant lui conseiller, durant ses interventions, debats et autres, de mieux expliquer, approfondir et clarifier ses propos au plus grand bonheur de l’auditoire qui pourra y voir plus clair et sortir des prejuges degoutants qui accompagnent toute pensee novatrice et non-ancree dans le moule de la bienpensance. Le flou qu’il laisse parfois involontairement flotter autour de ses propos alimentent les critiques qu’on lui fait, dans une espece de consensus a l’encontre des penseurs lucides de notre temps.
    Que ceux qui osent encore rapprocher la pensee d’Alain Finkielkraut au nazisme y reflechissent a deux fois (si tant est qu’ils soient capables de le faire) et ne se permettent plus d’etablir des raccourcis aussi faciles, simplistes et completenent absurdes, qui refletent, malheureusement pour eux, la betise et la superficialite de leur pensee.

    (Pardonnez les fautes d’orthographes que le clavier QWERTY ne permet pas d’eviter)

  46. I took my first mortgage loans when I was 20 and it aided my family a lot. However, I need the credit loan once again.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Tweets that mention Nicolas Anelka : l’incohérence d’Alain Finkielkraut | Le Blog de Guy Birenbaum -- Topsy.com - [...] This post was mentioned on Twitter by guybirenbaum, ibnkafka, Juliette Hauville, benmazué, une marocaine and others. une marocaine said:…
  2. La quantité négligeable de la république | Agora - [...] lire, cet excellent article de Guy Birenbaum « Nicolas Anelka : l’incohérence d’Alain Finkielkraut« . [...]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

23 Juin, 2010

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

La capture d’écran du 10 mai 1981, 20h !

La capture d’écran du 10 mai 1981, 20h !

Si j'en crois ce que je peux lire sur les réseaux sociaux, tout le monde a fait des trucs géniaux le 10 mai 1981 ou en a conservé des souvenirs impérissables. Enfin les vieux, comme moi, hein... Pourtant, personnellement, le seul truc qui me semble vraiment...

Sous le coude

Sous le coude

Depuis mars 2020, moi qui suis fan de nonsense, j'ai été servi. Les plages interdites, puis les plages "dynamiques" (interdit de rester sans bouger sur le sable), les stations de ski ouvertes sans leurs remontées mécaniques, désormais les parcs d'attractions sans...