« Monsieur le directeur, il ne fallait pas… »

Histoire

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xe4ec3_nicolas-sarkozy-au-tourmalet_news[/dailymotion]

Hier, Nicolas Sarkozy s’est fait un petit plaisir de Président : il a suivi la fin de l’étape du jour du Tour de France…

Hier, Nicolas Sarkozy s’est fait un petit plaisir de Président : il a suivi la fin de l’étape du jour du Tour de France…

(…)

La présence de Nicolas Sarkozy dans une étape du Tour n’est pas une nouveauté mais, dans le climat actuel, on peut comprendre que le président de la République soit allé chercher de l’oxygène, au sommet du Tourmalet.

Sa présence n’a rien de critiquable en soi.

Le Président sur le Tour de France, ce n’est pas incongru.

En revanche, on peut ne pas goûter la forme d’hystérie médiatique et de communication forcenée qui accompagnent, à chaque fois, son passage.

Et ne pas apprécier, non plus, la forme de « sans gêne » qui l’autorise, par exemple, à s’inviter en direct à la télévision espagnole (peu avant 1 minute) …

Il fut un temps où le président de la République, mais aussi la « caravane », agissaient et réagissaient différemment…

Ce petit récit trouvé dans CyclisMag est édifiant.

« Le 16 juillet 1960, le Tour arrive à Troyes. Sur le chemin, une petite commune comme tant d’autres, Colombey. Dans la foule, un motard signale à Jacques Goddet la présence du Président de la République et de sa femme. Il se tient légèrement en retrait, parmi ses concitoyens, entouré de son garde du corps, Roger Teissier et de son aide de camp, l’amiral Flohic, et c’est tout. Pas de cordon de CRS. La course est protégée par plus de gendarmes que le Général. Les attentats de Romilly ou du Petit Clamart n’ont pas encore eu lieu.
Jacques Goddet hésite à arrêter le Tour, mais Félix Lévitan imagine la scène sous les objectifs des photographes. Le directeur du Tour dépèche le champion de France, Henry Anglade pour qu’il demande aux leaders d’équipe s’ils sont d’accord de s’arrêter saluer le Général De Gaulle. Devant l’accord …général, le peloton s’arrête casquette à la main et Jacques Goddet s’avance vers le Général qui lui répond : ‘Monsieur le Directeur, il ne fallait pas…’. Il serre la main à une dizaine de coureurs dont le Maillot Jaune Nencini et le champion du monde Darrigade. Mais il a commencé par le maillot bleu-blanc-rouge d’Henry Anglade. Quelques années plus tard, Anglade lui demande «pourquoi il m’avait salué le premier lors de l’arrêt du Tour à Colombey. Il m’a répondu : ‘Vous portiez nos couleurs. A ce titre, je me devais de vous serrer la main avant les autres’.
La rencontre n’a duré qu’une minute mais comme l’imaginait Félix Lévitan, elle est rentrée dans l’histoire du Tour grâce aux photos et aux films ».

Peut-être cette rencontre et cet arrêt furent-ils un peu moins spontanés que le récit qui en est fait.

Il n’en demeure pas moins que la scène est restée dans l’Histoire…


20 Commentaires

  1. Depuis son élection le président se hausse du col pour atteindre un sommet d’impopularité.
    Qu’il suive une étape de montagne parait logique.
    Y avait bien aussi le contre-la-rolex de samedi…

  2. Comment imaginer Sarkozy au milieu de la foule,on ne le verrait même pas!!?

  3. TdF = opération de blanchiment d’image (cf. Woerth) : comme avec ce dernier, y a-t-il eu des huées que la tv n’a pas entendues ?

  4. Le président travaille sa pédale whawha

    Je vous demande pardon pour le mal …
    Nicolas Sarkozy, rendra visite A chaux le Fond, au bon père de famille qui à humblement demandé pardon a sa femme dans le journal pour l’avoir trompé.
    Il devrait s’entretenir un moment avec lui, il lui demandera conseil pour l’annonce qu’il rédigera ….la vieille du 7 septembre
    http://www.lematin.ch/actu/suisse/demande-pardon-trompe-ma-femme-302674

  5. La banque Dexia, où l’ex-comptable de Liliane Bettencourt a retiré à sa demande 100.000 euros en espèces quatre mois avant la présidentielle de 2007, a refusé au préalable un retrait de 500.000 euros à la milliardaire, révèle l’hebdomadaire Marianne à paraître samedi.

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h-GygYVSQXnmFWN2_8tll6VkxJuw

  6. Charlie, l’homme providentiel du tour de France; l’un comme l’autre y vont sans leur femme, la bicyclette c’est une affaires de messieurs. Je ne rappellerai à personne que c’est à de Gaulle qu’on doit (entre autres) l’élection du président de la république au suffrage universel direct avec le résultat que l’on a sous les yeux, et ces mandats présidentiels qui, depuis Giscard, donnent toujours l’impression de finir en crises de régime. C’est pesant, pénible mais ça a l’air d’amuser la galerie. Alors de Gaulle en modèle de vertu républicaine, je trouve la potion amère.

  7. En jargon cycliste, on pourrait dire que les Médias sont des suceurs de roue…à moins que ce ne soit Chouchou himself le suceur de… roue des médias.

  8. Ah la la, la nostalgie qui s’empare de Guy. Le Fouquet’s a tout brisé.

  9. C’est bien tout le problème de N. Sarkozy, il a toujours cru qu’il y avait plus d’air en altitude. Il ne comprendra qu’en redescendant.

  10. Plus on prend de l’altitude, plus le
    manque d’oxygene se fait ressentir!
    Seul, les sarkolatres sont frappés
    d’anoxie cérébrale.
    Mal qui n’est pas uniquement relatif
    aux montagnes, mais au simple fait d’avoir
    cru à saint Nicolas, ou au père noel!
    Et comme dit si bien mon beau frère :
     » le tour de france, c’est des alcooliques, qui
    regardent passer des drogués ».

  11. L’oeuf pondu du jour est particulièrement immonde. Etaler publiquement son adultère et ses excuses témoigne d’un véritable mépris pour l’épouse. C’est surtout mégalomaniaque

  12. Peut-être cette rencontre et cet arrêt furent-ils un peu moins spontanés que le récit qui en est fait.!!!!!!!!!
    Et pourquoi ne le serait-il pas! S’il y a une seule chose dont Charles de Gaulle n’avait absolument pas besoin, c’était bien la pub populaire. et surtout ce qui a totalement changé, l’information était d’État avec David Peyrefitte Guetta aux platines. mais, c’était un temps que les moins de soixante ans ne veulent pas connaître. un journaliste de mirior du cyclisme, ou un truc approchant palpait un gros 1200 francs nouveaux par an, très loin des 300 000 euros d’un journaliste de foot.

  13. heu j’m’ai trompé, 1200 FRN par mois. un ébéniste, de Boule, pointait à 600 Fr nouveaux par mois pour 45 heures et trois semaines de congés payés.

  14. Oui mais bon, si on commence à « mesurer » le Sarkozy à l’aune du Gaulle… Y-a-t-il un seul domaine, un seul créneau, un seul micro-évènement où le Sarkozy est supérieur au Gaulle ?
    Cherchez bien.
    Il faudrait enfin revoir la réglette et tabler plutôt sur un Giscard, plus sûrement un Jobert, voire un animateur de fin de soirée ès mariage foireux.

  15. Et il a fait, pour la première fois depuis le départ du Tour, un temps pourri.

    Ce type porte la poisse.

  16. Y-a-t-il un seul domaine, un seul créneau, un seul micro-évènement où le Sarkozy est supérieur au Gaulle ?

    Son épouse.

  17. Ô Tempora ! Ô Mores ! et c’est tout 🙂

  18. Si même Dante Haguel s’y met…

  19. C’est vraiment très cruel de comparer De Gaulle à Sarkozy.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Tweets that mention “Monsieur le directeur, il ne fallait pas…” | Le Blog de Guy Birenbaum -- Topsy.com - [...] This post was mentioned on Twitter by guybirenbaum, RICARDO MONTEIRO. RICARDO MONTEIRO said: RT @guybirenbaum: Ne manquez pas les…
  2. La carte sénior… pour gauchedecombat ! « humeurs de gauche - [...]  Pourtant, un blogueur a fait lui le pari inverse, et alors que j’avais dans un premier négligé son billet,…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

23 Juil, 2010

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Éric Zemmour : le Front national 50 ans après ?

Éric Zemmour : le Front national 50 ans après ?

Il est temps de poser une ou deux questions simples sur le moment Zemmour. Ayant étudié le Front national historique (né en 1972) dans le cadre de ma thèse, je remarque des similitudes entre l'irruption du journaliste et l'émergence de Jean-Marie Le Pen dans l'espace...