Bourvil se prénommait André

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=fAWnRWlhhRA[/youtube]

Parce que ce n’était pas qu’un comique…

Parce que ce n’était pas qu’un comique…

4 Commentaires

  1. Ahhhh, commencer sa journée de boulot par une touche de Melville….. et celui-là est peut être un de ses meilleurs films (si on oublie Delon, inexpressif au possible et qui ne dégage absolument rien).

    Mais mon Bourvil préféré reste quand même celui-là :
    http://www.youtube.com/watch?v=p-VVgbtWBeA

  2. RRHHHHAAAA le cinéma ciselé de Melville, carré, ne laissant rien dépasser, se buvant comme un café noir et fasant le même effet électrisant, énergétique, intense.
    D’un montand alcoolique à délirum tremens cuvant ses cuites dans une chambre rayée comme son pyjama cradingue jusqu’au braquage d’orfèvre chez un joailler place vendôme, du grand, du bon, dubonnet ! (si j’ose dire)

  3. Merci pour cette bouffée d’oxygène Guy …
    André Bourvil était surtout André Raimbourg que l’on découvre et regrette encore plus en revoyant : http://archives.tsr.ch/player/personnalite-bourvil

    et en ré-écoutant :
    http://www.dailymotion.com/video/xk5w7_bourvil-ballade-nord-irlandaise
    http://www.youtube.com/watch?v=vAAzI9dufn8
    http://www.youtube.com/watch?v=TMHiphp6Ork
    … entre autre.

    Quand au cercle rouge, il s’agit de son dernier film … il était déjà très malade. Film prémonitoire et bien plus poignant qu’un « simple » Melville.

  4. The loans seem to be very useful for people, which are willing to ground their own company. By the way, it is easy to receive a secured loan.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

23 Sep, 2010

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...