« J’y vois plutôt la traduction d’un immense sentiment d’exaspération du peuple, qui se tourne vers ses élus, vers ses élites, et leur pose cette question : mais pourquoi donc laissez-vous faire tout cela? »

Rengaine

« L’interpellation violente d’une partie de nos compatriotes à l’égard du système politique républicain se résume en ces mots : quand allez-vous agir ; quand allez-vous apporter des réponses concrètes, précises, aux problèmes qui sont les nôtres ; quand allez-vous nous aider dans notre vie quotidienne ? C’est l’enjeu du second tour... »

« L’interpellation violente d’une partie de nos compatriotes à l’égard du système politique républicain se résume en ces mots : quand allez-vous agir ; quand allez-vous apporter des réponses concrètes, précises, aux problèmes qui sont les nôtres ; quand allez-vous nous aider dans notre vie quotidienne ? C’est l’enjeu du second tour…« 

(…)

Question : Une nouvelle action gouvernementale peut-elle suffire à enrayer la montée de l’extrême droite ?

Réponse :  « Elle est en tout cas un préalable indispensable ! Mais il faudra aussi tourner le dos à toutes ces années où les valeurs ont perdu leur sens, où il n’y avait que des droits et jamais de devoir, où personne ne respectait plus personne, où il était interdit d’interdire. Mais on ferait une erreur d’interprétation en comparant la France d’aujourd’hui à l’Allemagne des années 1930. Sans minimiser la portée du résultat de dimanche, qui constitue une tache sur la France, les 20 % de l’extrême droite ne signifient pas une montée de la peste brune. J’y vois plutôt la traduction d’un immense sentiment d’exaspération du peuple, qui se tourne vers ses élus, vers ses élites, et leur pose cette question : mais pourquoi donc laissez-vous faire tout cela ? »

Où ? Quand ? Qui ?

Où ?

Dans Le Monde.

Quand ?

C’est un extrait d’une interview parue dans l’édition du 24 avril 2002 du Monde (interview de Raphaelle Bacqué et Jean-Louis Saux) ; trois jours après l’élimination de Lionel Jospin du second tour de la Présidentielle.

Qui répond ?

Nicolas Sarkozy (député RPR des Hauts-de-Seine).

Ces propos auront donc dix ans en avril 2012.

Post scriptum Je ne peux pas publier l’interview entière, j’en ai donc extrait ces deux passages. Les archives. Toujours les archives. Rien que les archives.

10 Commentaires

  1. Le Front National est affaire de mode cyclique: à force d’en parler comme un jean flare, on finit par adhérer au concept même s’il ne met pas en valeur la personne.

  2. Auh oui, j’ai cru que c’était le sentiment de Raphaelle Bacqué qui s’y connait en peuple comme moi en colonne de direction. (Eu peur, on aurait dit un  » monde » grassement saucé au « Figaro »).
    Si c’est Sarkozy, je suis rassuré. Il a « agi », voilà donc le résultat.

  3. Rendez-vous dans dix ans!…

  4. Bravo Guy belle trouvaille « un bon journaliste est un journaliste avec de la mémoire!!  » De moi !!!

  5. et j’en prends connaissance en regardant l’émission d’Arte sur l’eau qui nous rappelle l’amitié entre Alain Carignon (+ de 2 millions d’euros de faveur) Nicolas Sarkozy et Jérôme Monod ancien PDG de Lyonnaise des eaux, le corrupteur et néanmoins conseiller de notre président

  6. Avril 2002, avril 2012.
    Moins dix ans.
    Qui aura tout nivelé par le bas vers le moins-disant social, le moins-disant culturel, le moins-disant moral et éthique ?
    Il en paiera le prix politique…

  7. La maxime à Victor, tu l’avais déjà placée il y a peu. Mais la panique ayant changé les camps, elle ne s’adresse (peut-être) pas aux mêmes !
    Pour l’heure, c’est moi qui panique. Dans ma rue confirmée par (tous) les bureaux de vote de ma rue le pen dépasse les 50%. Et je panique parce que cela fait beaucoup trop de temps que je n’aime pas avoir raison. Tiens j’ai appris un nouveau mot de l’U.M.P., j’ai pas mis le S ils étaient tous absents, Plèbe Dégénérative.

    On est tous des PéDés
    Des pervers des immondes
    Des mendiants cravatés
    Qui se croient gens du monde
    Des cabots des paumés
    Qui se croient des gens de lettres
    Parce qu’ils ont fait rimer
    Deux ou trois chansonnettes
    On est tous des PéDés
    Qui ne pensent qu’à draguer
    Des citoyens ratés
    Des pseudo révoltés
    On est tous des PéDés
    On est tous des tarés
    Des âmes torturées
    Des valeurs falsifiées
    Des requins de vivier
    Qui n’aiment pas travailler
    Qui ne pensent qu’à briller
    Des cabots des paumés
    Qui parfois font rimer
    Nadine, avec terrine
    Narine, avec affoline
    Frayine, avec peurine
    Inquiétine, avec marine.

    Je ne peux surtout pas dire avec Georges Moustaki

Trackbacks/Pingbacks

  1. Dubitatif sur le Front Républicain. – «L'optimisme est une fausse espérance à l'usage des lâches et des imbéciles» - G. Bernanos - - [...] Guy a par ailleurs retrouvé cette pépite… Il s’agit d’un extrait d’itw de Nicolas Sarkozy au lendemain de l’élimination…
  2. Marc Vasseur | « La mondialisation porte en elle la probable catastrophe, elle porte aussi l'improbable espérance » — E. Morin - [...] Guy a par ailleurs retrouvé cette pépite… Il s’agit d’un extrait d’itw de Nicolas Sarkozy au lendemain de l’élimination…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

22 Mar, 2011

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Il n’y a jamais de trou dans la raquette

Il n’y a jamais de trou dans la raquette

Un petit mot en passant pour tous ceux qui, dans tous les milieux, déclarent désormais couramment, quand quelque chose ne fonctionne pas comme ils le voudraient, qu'il y a "un trou dans la raquette". Après pas loin de cinquante ans de tennis, je suis en mesure de vous...

Les mouches ont changé d’âne ?

Les mouches ont changé d’âne ?

Il paraît qu'Albin Michel ne veut plus éditer Zemmour. Les temps changent... Septembre 2016. L' "ancien" monde, sans doute. La mégalomanie ... pic.twitter.com/rVY6H3nfCL — guy birenbaum (@guybirenbaum) September 30, 2016