Dancing In The Street

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=RGpgkCE41x8&feature=related[/youtube] Martha & the Vandellas…

Martha & the Vandellas…

(…)

La classe…

 

 

Martha & the Vandellas sont là

10 Commentaires

  1. Dancing in the street : 1964, l’ami Guy avait 3 ans ,la Classe pour elles oui mais pas encore pour lui… et de plus pas encore l’âge d’aller au concert ( vu et lu ;-)) Dommage Mais il se rattrape !

  2. A Pat :
    Bon oui , il faut préciser que ce sont les Raelets qui l’accompagnent lui ,un peu dans le style des Vandelas présentées par Guy 😉 c’est là le lien que je fais entre les deux.
    tu y étais , oui mais où, au Palis des sports l’été où il faisait si chaud ?

  3. J’y étais… en regardant cette vidéo-là, que je trouve sublime 🙂

    Ce matin, je démarre une cure de rouille : http://www.youtube.com/watch?v=EgxVCCxeQ_A

    Maxime, je l’ai vu à la grande époque… à la téloche 😉

  4. 😉

  5. @ Céline Kallemann (ortograf ?)

    Mais qui va kidnapper enfin Valérie Pécresse, pour qu’elle comprenne vraiment ce que peut être une prise d’otages ?

    Tiens, elle n’a qu’à bigofoner avec Ingrid Bettencourt, ça lui montrera la vacuité des mots qu’elle utilise pour parler de la grève dans les aéroports.

  6. C’est vrai que c’est pas mal europe 1 le matin…

  7. Sacré Joseph Stiglitz !
    Et je pense qu’il sait de quoi il parle…

  8. Le jour où je goberais le fake des lingots dans le RER, j’accepterais de me faire interner.

    N’importe nawak…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Jan, 2012

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...