Et l’envie ?

Gauche molle

C’est une toute petite phrase de rien du tout…

C’est une toute petite phrase de rien du tout…

(…)

Elle est perdue dans un papier – très subjectif – du Figaro qui minimise la visite de François Hollande en Outre-mer.

Elle est du porte-parole du candidat, Bruno Le Roux, qui est cité entre guillemets :

« François demande à être soutenu, pas adulé« .

Certes.

Je comprends la modestie du propos.

Mais …

N’y aurait-il pas, quelque part entre le soutien et l’adulation, une position intermédiaire ?

Un juste milieu ?

Enfin…

Juste un peu d’envie.

8 Commentaires

  1. bonjour
    on ne peut pas « décréter » l’envie
    juste la susciter
    par contre demander un soutien cela fait appel a la raison je trouve cela tres mendesiste, et tres peu sarkozien justement
    vive la gauche

  2. le blème: A t-on envie du politique d’avant? Impossible d’amour. Or on ne peut accepter le pouvoir, qu’en le soumettant à l’amour. Or le politique quel qu’il soit, se sert des contraires et des failles de l’être, le citoyen, qui l’aime, contre lui-même. Imaginons une relation amoureuse où l’un(e) se serve des faiblesses de l’autre. Ce qui est aujourd’hui le seul moteur des politiques. Alors, ils sont bien trop vieux pour nos désirs adolescents, pulsion presque hormonale, et nous bien trop jeunes pour leur envie.
    En ces temps de lassitude, soutenir un partenaire qui nous soutiendra, c’est un PACS défendable.

  3. Panne d’inspiration ?

    Y connaissent ni Wikipédia ni Diderot, les proches de « Flanby » ? Ou alors, c’est eux/elles qui n’ont pas envie… Ou alors ils pensent plus à eux qu’aux terriens et – si c’est le cas – leur problème n’est plus le nôtre.

    Eléments de méthode

    Petit 1 : allez à la ligne
    http://fr.wikipedia.org/wiki/1980

    Petit 2 : recommencez
    http://fr.wikipedia.org/wiki/1981

    Si besoin, ben… comment dire ? Rebouclez.

    Pourtant, c’est beau comme du Prévert… Pourquoi F. Mitterrand a-t-il été élu en 1981 ? Ben oui, hein, pourquoi ?

  4. Parce qu’il était de droite et ne donnait pas envie. On ne voulait juste plus de Giscozy. Et regagner nos jouets bonux et nos points Carambar gagnés en 68.

  5. On ne va pas manquer de noter le contraste avec une Ségolène Royal qui elle savait galvaniser les foules ! Hollande avance avec la peur au ventre, la peur de commettre l’erreur fatale et il s’est auto-verrouillé avec son concept de « président normal » !
    Reconnaissons qu’il lui est quasiment interdit de faire rêver dans un contexte qui ne prête pas non plus à rêver !
    Pas simple !
    D’autres candidats n’ayant rien à offrir de plus en matière de rêve ont déplacé le curseur autour de l’idée d’unité nationale, d’union nationale ! Et là encore il faut suivre car l’objet est de diaboliser l’UMPS, avec l’idée sous-jacente du tous pourris, pour conclure sur l’écueil qu’il s’agit de faire l’unité des « pourris » 🙂

  6. « Qu’on me donne l’envie,
    L’envie d’avoir envie,
    Qu’on rallume ma vie ».

    JH

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 Jan, 2012

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...