L’homme qui a peur qu’on parle de lui à la télévision

Mire

C’est étonnant…
C’est étonnant…

(…)

Dans la grande interview qu’il accorde au Parisien, Nicolas Sarkozy a cette phrase étrange :  » Je regarde beaucoup moins la télévision, j’ai toujours peur qu’on parle de moi ».

Le président qui a passé le plus de temps dans nos télévisions depuis 5 ans (et même davantage) a « peur » qu’on y parle de lui…

J’avoue que cette confidence m’a troublé, tant j’ai du mal à la croire.

D’abord, la peur ne fait pas partie du vocabulaire sarkozyste. Pas du tout. Le président (et le candidat) a passé son temps à montrer qu’il l’ignore.

Surtout, tout le système Sarkozy a reposé, depuis son origine – et ce fut la base de son succès -,  sur le fait qu’on parle de lui le plus souvent possible à la télévision et qu’on l’y voit en permanence.

Cet aveu soudain d’une envie de retrait me semble donc sur-joué.

Et puisque dans la même interview, le candidat/président révèle s’être entiché de l’œuvre de Stefan Zweig, qu’il y relise cette citation : « Qu’est-ce qu’un serment ? Un mot, emporté par le vent. » (Thersite).

31 Commentaires

  1. Ne t’est-il pas venu à l’esprit que cette phrase puisse être un trait d’humour ?

  2. Pas une seconde.

  3. C’est la première fois que je lis « trait d’humour » à propos d’une déclaration de Nicolas Sarkozy, même sous la forme d’une hypothèse 😉

  4. 😉

  5. Il laisse entendre qu’il est le candidat anti-système ! Ce candidat du peuple conspué par l’ensemble des médias organisateurs du grand complot Hollando-Berlusconniste ! 🙂

  6. Le Président, habité par sa fonction, garde quand même la pudeur d’un jeune candidat. Sympa. Limite émouvant.

  7. Et pourtant, au fond de lui, l’homme qui ne regardait plus la télévision de peur qu’on y parlât de lui possédait en vérité la solution à son problème : il lui aurait suffi de donner des consignes strictes aux patrons de chaînes, des amis qu’il avait pour partie nommés à leur poste, pour que cesse immédiatement à la télévision toute évocation de son existence.

  8. Chant de leurre.

  9. Sarkozy restera celui qui a le mieux démontré que la communication (la propagande) peut aisément remplacer l’information ! Je me demande jusqu’où il n’estime pas que la société du spectacle dépasse de loin « la vraie vie », il est dans le vrai de son époque d’une certaine manière !
    Hollande a suffisamment bien compris en se positionnant comme le candidat normal pour une présidence normale se rendant insaisissable, hors champs sarkozyste ! En ne parlant pas la même langue, Hollande a réussi à faire apparaitre le sarkozysme telle une langue étrangère de la com !

  10. Quoi de plus de facile Malbrouck, c’est bien même le problème. 1 coup ça suffit. Pitoyable.

  11. L’avenir appartient aux gens normaux qui paradoxalement se feront applaudir, feront « le spectacle » pour avoir eu l’originalité d’être normaux ! Philippe Poutou nous a offert cette belle leçon hier !
    Dans une société du spectacle tachons alors d’offrir un spectacle authentique : on risque même d’avoir un sacré succès 🙂
    C’est une vraie question et on voit bien comment Sarkozy est empêtré dans ses personnages pour vouloir apparaitre comme normal lui aussi : plus délicat quand on a tant joué !

  12. Les dix candidats sur jouent une partition électoraliste, Philippe Poutou est sans nul doute celui qui sur joue à fond la carte du candidat candide, et son sex appeal certain est un avantage dans un environnement politique aseptisé: le gars en bras de chemise et cheveux décoiffés réveille l’animal politique brut. Eva Joly fait la démonstration de l’excès visuel de celle qui sur joue l’écologie avec des lunettes vert pomme posées au bout du nez. Chacun(e) des candidat(e)s est dans son rôle de captation d’une clientèle.

  13. en direct, les rouges sont là lors du discours de Hollande, derrière lui et ils passent à la tv!

    le risque des discours en plein air.

    le S.O n’a pu les faire plier

    j’imagine que cela va passer au petit journal

  14. Le chauve à les honneurs! Qu’elle bienséance de la part de mesdames.

  15. Il a peut-être peur qu’on évoque son (triste) bilan ?

  16. Moi c’est la même chose. Je ne regarde plus beaucoup la télé car j’ai toujours peur qu’on parle de lui.

  17. par Royal, fraternité ça avait la gueule de Sarkozy!

  18. comme c’est bizarre.

  19. Non, je crois qu’il a vraiment peur. Ses amis patrons des médias l’on lâché alors Nicolas Sarkozy a peur que les journalistes parlent de l’affaire Karachi et de l’affaire Bettencourt en l’y associant.

    Seulement les journalistes inféodés ne savent pas que leurs patrons ont lâché NS, donc ils n’osent pas parler de ces affaires. Et ça NS ne le sait pas. Et personne dans son entourage ne lui a dit, tout le monde étant trop préoccupé par sa propre reconversion.

    Charles.

  20. Ben j’prefere G.Benson, version White rabbit, à chercher sous aucun prétexte!

  21. Parce que sinon y’a Don Cherry, Nana Vasconcelos et Colin Walcott en 3 volumes, avec un faible pour le 2.

  22. Quelle

  23. En tout cas, Woerth, fusible de profession, a du souci à se faire, si on en croit les derniers propos de Sarkozy:
    « J’ai toute confiance en Eric Woerth » a-t-il curieusement laché alors qu’on le questionnait sur le financement de sa précédente campagne, indiquant par là-même de quel côté il fallait chercher.
    Avec des amis comme ça…

  24. je viens de regarder le débat de Chrstian Barbier et de Sarkozy sur Itélé. Débat complètement faussé, car, dans le quart de seconde, Sarko avait sa réponse aux questions de Christian Barbier, quelle que soit la question ! tout cela avait été totalement préparé, à n’en point douté. Un grand moment de faux journaliste et de totale complicité. Ce n’est pas ça, le journalisme, c’est tellement truqué que ce n’est pas supportable

  25. S’il a peur , c’est parce qu’il constate son impopularité très grande, et qu’il imagine la fin de l’histoire. Il n’est plus aussi sûr de lui. Nous avons eu peur aussi, au début.

  26. L’heure de l’alternance approche à grands pas et certains sondages laissent apparaitre une désaffection dans le camps sarkozyste (il était temps) !
    Je continue cependant à espérer une baisse plus nette du président sortant dont le bilan calamiteux ne mérite certainement pas la position qu’il garde encore !
    La fin annoncée du sarkozysme ne m’invite pas pour autant à festoyer lorsque par ailleurs je constate le maintien d’un FN surtout si ce sont nos jeunes électeurs qui en font le succès !
    Ma seule raison d’être satisfait c’est ce mouvement populaire autour de la candidature de Mélenchon même si une véritable révolution citoyenne dans les urnes aurait mérité qu’il se retrouve en tête avec au minimum 25% !

  27. « y’a un e en trop dans joyau »

Trackbacks/Pingbacks

  1. J-10 : BiBi fait sa Revue des Blogs. | Pensez Bibi - [...] 5. L’épicerie de Guy Birenbaum. [...]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 Avr, 2012

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...