Satie’s Day

Music

Gnosienne n°1…

Gnosienne n°1…

(…)

 Erik Satie est mort le 1er juillet 1925.

 

Bonus

Erik Satie et Picabia dans Entr’acte réalisé par René Clair en 1924.

 

 

www.erik-satie.com

 

9 Commentaires

  1. Là tu me prends par les sentiments… Satie est l’un des bonheurs de ma vie, même et sans doute parce qu’il est si mélancolique et rêveur ! J’imagine que tu connais sa maison à Honfleur, juste à côté de ton refuge Trouvillais.

    Tiens, je vais t’@mailler ma nouvelle sur les singes en hiver…

    PG

  2. j’adooooooore Satie et pas les sushis, je vais justement à Honfleur this summer

  3. On ne pourra plus chanter « i can’t get now Satie faction !!

  4. je SENTAIS qu’un jeu de mots était à faire (pourtant d’habitude, les jeux de mots…), mais celui-là est énorme !

    Quant au grand moment de déconne avec Picabia… no comment 🙂

  5. Le génie ça existe bel et bien et ça restera toujours un mystère ! Certains sont sans doute touchés par la grâce : je ne vois guère autre explication 🙂

  6. Merci !

  7. Découvert en visitant Honfleur. Petit monde étrange… Je l’utilise souvent dans mes diapos en musique de fond: il contribue largement à créer une ambiance particulière.

  8. Très(trop?)peu sensible à la musique (défaillance de certains gènes certainement), je suis par contre super sensible aux formes, couleurs et harmonies visuelles. Une de mes idoles est sans nul doute ce génie surdoué multi polyvalent Picabia qui reste encore mal connu. Merci pour cette vidéo.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Juil, 2012

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...