The Man Who Shot Liberty Valance

Rétro

Le mot culte est galvaudé…

Le mot « culte » est galvaudé…

(…)

 Mais un 2 juillet, c’est impossible de ne pas penser à James Stewart, dans ce film « culte »…

 

 

Stewart est parti le 2 juillet 1997…

7 Commentaires

  1. Lorsqu’il s’agit d’un tel chef d’œuvre et d’un tel talent d’acteur le mot « culte » n’est pas du tout galvaudé !
    Ce retour récurrent sur le passé et sur l’art en général c’est pas plus mal dans le fond 😉
    Et qui va tuer les enfoirés de barbus d’ansar-din (en sardines) ? Le droit international (l’ONU) ? le droit d’ingérence du puissant voisin algérien ? La presse internationale ? John Ford aurait eu fort à faire pour continuer à nous décrire l’évolution de la même histoire millénaire où qu’on se trouve !

  2. et ça vaut pour la Syrie comme pour tout le reste ! On finira bien par trouver le mot juste pour définir la combinaison exacte de guerre et paix !

  3. Laisse tomber, ils sont incultes (rien compris à Satie qui est tellement essentiel)… Il peuvent cliquer sur mon nom… C’est très chaud (interdit aux moins de 18 ans)

    PG

  4. Un film magnifique

  5. (vous fâchez pas, PG 😉 D’ailleurs puisque vous en reparlez, je souhaitais vous remercier pour ce lien qui m’a beaucoup touché. [l’oubli est réparé])

  6. Quand j’étais jeune, j’adorais Stoddard. Plus les années passent, plus je me reconnais en Doniphon. Ce film est une merveille.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Juil, 2012

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...