For the Good Times

Speed

Et voilà…

Et voilà…

(…)

Pas eu le temps.

Désolé.

Alors…

Cadeau…

 

7 Commentaires

  1. Cadeau, tu parles !
    Quand on voit combien on paye pour lire votre blog, on se dit que c’est une honte que vous ne soyez pas fichu de l’alimenter convenablement !

  2. 🙂 et puis ça prend même des vacances au bord de l’eau !

  3. C’est du sirop… 🙁

  4. Vous avez une drôle de tête. Et la veste à carreau/cravate, euh le T.shirt rouge était mieux j’avais pas dit qu’il était pas beau, vous êtes un peu trop réactif. Mais rien à dire vous chantez bien.
    Enfin si vous avez eu le temps de nous faire une vidéo de karaoké, vous auriez pu nous faire un billet vite fait ou nous chercher un petit 1 cm sur 2 cm dans un journal.

  5. C’est rigolo, ce dessin du mec écrasé sous un rocher, No Time For Nothin’ No More : je viens d’effectuer ma toute première immersion dans les archives du « DEL » (cliquables ici, en bas à droite), et le comique de ce coup de crayon me rappelle à présent quelque chose !

    [pour le clin d’œil, à cet instant, il aurait fallu pouvoir insérer une copie du dessin susmentionné, en détournant la légende : « Moi Aussi Je Suis NRV »]

    Blague à part, le voyage vaut proprement et méchamment le détour.
    No comment.

    (c’était un HS, pas plus HS que les autres HS, du moins c’est mon avis)

  6. 😉

  7. ♫ On est en finale
    on est en finale
    on est on est on est en finale!♫♪☼
    Rrrrrrr sont beaux nos handballeurs!

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 Août, 2012

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...