Tout ça ne me rajeunit pas…

51

Pfffff….

Pfffff….

(…)

J’ai retrouvé ça…

 

Concernant The Fantastic Four, le 8 août 1961 est avéré ici ou par exemple.

 

9 Commentaires

  1. Ce n’était pas mercantile comme maintenant mais c’était la voix de son (double) maître ! La preuve il s’appelait 2 Gaulle

  2. Les 50 dernières années équivalent à un temps « progrès » tel qu’on peut avoir la drôle de sensation d’avoir déjà vécu deux ou trois vies en une seule ! La génération en perpétuelle période charnière du point de vue technologique : des vraies boules de flipper en somme ! 🙂

  3. 51 ans, nous les femmes on ne peut plus avoir d’enfant, vous les hommes vous ne pouvez plus avoir de rolex.
    C’est trop tard, fallait y penser avant.
    C’est la rolexpause, une échéance dans la vie d’un homme.

  4. Saint Quentin, c’est jeune et vieux à la fois. Je sais de quoi je parle, bienvenu au club

  5. Un instant j’ai cru que vous aviez retrouvé dans vos affaires le numéro 1 des Fantastic Four… Lequel vaut une fortune aujourd’hui…
    https://www.atomicavenue.com/atomic/IssueDetail.aspx?ID=172922

    (mais David Abiker vous a peut-être briefé à propos de tout ça)

  6. Les Fantastic Four ont donc le même âge que vous… mais eux ne vieillissent pas 😉

  7. Ah bon, « Breaking Bad » meilleure série ? Meilleure que « Twin Peaks » ? Meilleure que « The Wire » ? Meilleure que les « Avengers » d’Emma Peel et de John Steed ? Meilleure que « Le Prisonnier » ? Meilleure que « Homeland » ?

    Fichtre, ça doit être sacrément bien alors… 😉

  8. Bon OK, meilleure du moment alors 🙂

    (loin devant Homeland qui ne joue pas dans la même catégorie à mon modeste goût : ça commence très bien mais le romantic twist au milieu de saison gâche tout et la saison ne s’en remet jamais vraiment, je trouve)

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 Août, 2012

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...