Le détail…

PQR

J’aime les détails qui ne servent à rien…

J’aime les détails qui ne servent à rien…

(…)

Là c’est dans le Dauphiné, en plein cœur d’un papier sur le premier ministre…

“Les vacances, ça ne veut pas dire qu’on est déconnecté.” Car la tranquillité d’un Premier ministre en congés, même s’il pratique la discrétion et la simplicité, a ses limites. Grâce aux moyens techniques de son équipe de sécurité –discrète également bien que bodybuildée -, Jean-Marc Ayrault reste aux commandes. “Je suis en contact direct avec mon cabinet, j’ai très souvent au téléphone le président de la République, j’ai eu Laurent Fabius avant son départ pour la Jordanie, Manuel Valls, Cécile Duflot, les ministres de l’Agriculture sur le dossier Doux… On est en vacances mais toujours attentif aux affaires du pays.”

« discrète également bien que bodybuildée »

La phrase qui ne veut à peu près rien dire mais qui fait ma joie du soir…

11 Commentaires

  1. Pas le courage d’aller voir qui a écrit ça : une femme en pâmoison devant des muscles, un gay ou que sais je ?
    Dans le langage populaire on appelle ça des « armoires à glace » : à chacun ses fantasmes, à chacun son urgence !
    Meme dans le détail apparemment insignifiant l’inconscient se permet de raconter vos fantasmes 🙂

  2. Malbrouck, j’ai eu le courage d’aller voir qui a écrit çà: l’auteur de l’article est un homme.

    Il s’agit peut-être de dire, tout simplement, que Jean-Marc Ayrault n’est pas, lui, bodybuildé… Ou qu’il ne pourrait, peut-être, pas se permettre de sortir de l’eau à Saint-Jean-de-Monts tel Dominique de Villepin à La Baule!

    Charles.

    En tout cas, si l’on cultive la discrétion et la simplicité pourquoi tenir à faire savoir le type de vacances que l’on passe… si ce n’est pour dire que ce n’est pas la glande puisqu’on ne serait « pas déconnecté ». A d’autres!

  3. Cette question des vacances des ministres est récurrente tous gouvernements confondus : ça fait vendre du papier et les formules sont forcément creuses, sans intérêt !
    Depuis le passage de la tornade Sarkozy il est plutôt de bon ton de faire savoir qu’on reste en France (esprit patriote etc…), qu’on fait plutôt dans la randonnée pédestre que dans le bling-bling de St Trop (ou dans l’affairisme à travers le monde) et qu’on reste joignable et disponible en cas de nécessité et de force majeure ! La stratégie de communication de Hollande s’appuie essentiellement sur la nécessité de contraste avec l’ère Sarkozyste : c’est de bonne guerre !

  4. Car la tranquillité d’un Premier ministre en congés, même s’il pratique la discrétion et la simplicité, a ses limites.
    Cette phrase aussi est un modèle du genre. L’article dit que le premier ministre continue à s’occuper du pays même en vacances. C’est ce qu’on croit comprendre.

    la partie « même s’il pratique la discrétion et la simplicité » donne une illusion de fausse contradiction entre les choses, pour pimenter le style absolument gratuitement. Car ni contradiction, ni une miette d’opposition entre « rester aux affaires » et « être discret en vacances », encore moins qu’entre le fait d’être bodybuildée et de pratiquer une surveillance discrète.
    Car on entrevoie une petite logique, la sécurité serait assurée par la dissuasion et doit afficher des muscles, elle ne peut donc être discrète. C’est une vue assez courte sur la sécurité.

    Enfin ce n’est pas la personne qui écrit, c’est le manque de relecture derrière non? qui est curieux.

  5. et bien , moi j’en ai rien à foutre des vacances de tout ces gens ……
    Des Vacances toutes simples de Monsieur Hollande avec sa drôle de Dame à l’ile de Porquerolles !!! (pas de quoi prendre le bateau pour me payer un sandwich sur cette île.)
    Qu’ils passent leurs « congés payés » discrètement, ça ne serait pas du luxe.
    (Un français sur trois ne part pas en Vacances). Selon une étude de l’Insee, près d’un ménage français sur huit se situe sous le seuil de pauvreté, avec moins de 950 euros de revenu par mois.

  6. Cette confusion des genres entre « vacances des élus » et vacance du pouvoir est absurde : ça concourt à dramatiser les choses sous fond de crise !
    On ne peut cependant pas reprocher à ces braves gens de prendre des vacances sous prétexte que nombre de nos concitoyens n’ont pas les moyens ! Les élus doivent veiller à ne pas faire trop d’étalage pour ne pas participer à réveiller des frustrations !
    A ce propos les « people » ne sont pas en reste : sur Twitter nombre de people, en proximité avec leurs fans et followers partagent généreusement sans se rendre compte des frustrations que ça peut susciter ! Pas simple !

  7. Malbrouck
    je ne suis pas « frustrée » ( je ne le suis jamais 🙂 je suis en colère .

  8. Les frustrations préexistent. Ce sont les mêmes que celles qui poussent parfois les people à se rendre célèbres.
    Être frustré dans son quotidien et être envieux: aucun rapport. Ce sont les non-frustrés dans leur vie quotidienne qui sont envieux et qui vivent mal qu’on exhibent sous leurs yeux quelque chose qu’ils n’ont pas.

  9. Tout ceci reste humain et l’essentiel c’est que les politiques aient bien à l’esprit la question des inégalités, du pouvoir d’achat pour limiter les dégâts !

  10. Normal, normal, vous avez dit normal?
    Perso, si j’avais trouvé un nouveau boulot en mai, j’aurais peu de chance de pouvoir partir en vacances dès le mois d’août suivant, non?

  11. La photo ressemble à une réclame pour la race aryenne. C’est flippant.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 Août, 2012

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...