Relâche

Repos

Comme son nom l’indique…

Comme son nom l’indique…

(…)

Rien…

 

4 Commentaires

  1. Des lunettes noires et de quoi se boucher les oreilles : voilà qui me semble sage 😉

  2. L’usure, la fatigue, mais aussi le pragmatisme, la lucidité, la sage nécessité de se protéger et de protéger les siens et un tas de raisons invitent au silence ! Je comprends parfaitement ça !
    On peut comprendre aussi le révolté qui lui n’a rien à perdre en vociférant, passant sa vie à se battre contre des moulins !
    Tout est juste !

  3. Picabia, un très grand parmi les grands, hélas méconnu.

  4. Et ce sont bien souvent les évènements qui m’obligent à sortir de ma torpeur : je n’ai pas d’autre alternative que de radicaliser mon propos lorsque je croise la route de ceux qui n’hésitent pas à diffuser leur idéologie !
    Je n’ai pas les moyens de racheter l’ile de Madame Bettencourt pour me couper du monde…
    Meme si on veut prendre le parti d’en rire, se noyer dans la blague à toute heure, faire un pacte avec le lolisme ambiant, on est malheureusement confronté à tous ceux qui, entre deux blagues, vendent leurs salades idéologiques avec lesquelles vous n’êtes pas en accord et qui risquent de gouverner à termer votre existence !
    On réagit forcément par intérêt, pour défendre ses intérêts à défaut de défendre un idéal !
    Je suis un réactionnaire ! 🙂

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

21 Août, 2012

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...