L’impérialisme des réseaux sociaux

Fear

Again...

Again…

(…)

Hier Besson, aujourd’hui Catherine Deneuve, dans le magazine du Monde...

Même si cet « impérialisme des réseaux sociaux » est probablement de l’intervieweuse Annick Cojean, la suite est d’un grand classicisme…

 

 

 

Ce n’est pas forcément faux, mais c’est, encore une fois, une caricature du seul côté sombre de l’Internet et des réseaux sociaux.

 

Au suivant…

 

20 Commentaires

  1. Quand je pense qu’il y a des sites qui portent le nom « Team Copé » et sur lesquels je n’ai aucun contrôle, ça me rend fou !

  2. Cette crise de panique à l’encontre d’internet a sans doute une signification plus profonde !
    Chacun y va de son couplet !
    Je trouve ça très drôle : on nous décrit presque un monstre sans tête sur lequel personne n’a prise ! Mais que fait la police ? Que font les dictateurs pour empêcher ce monstre incontrôlable d’agir ?
    Internet c’est l’anarchie mondiale instituée : un pouvoir citoyen tel que je reste très surpris de la capacité de résistance de la doxa libérale ! 🙂
    Bon chiffon rouge du moment à agiter !

  3. Ah non c’est trop bon de pouvoir s’exprimer, surtout dans mon cas avec mes idées ( de droite tout simplement..) j’étais systématiquement censuré dans les médias puisque je n’allais pas dans le sens de l’histoire, comme disent les « bien-pensants ».

  4. c’est mieux d’échouer en se singularisant que de réussir en plagiant. Herman Melville

  5. Si ça peut l’aider à prendre conscience que si elle se trempe les pieds dans un bassin du jardin du Luxembourg, quelqu’un peut le raconter un jour, dans un livre.
    Son exemple (pour une indiscrétion minime) c’est comme si l’homme qu’a vu l’homme qu’a vu l’homme qu’a vu l’ours, de l’ancien temps, devient de nos jours, l’homme qu’a mis un lien sur l’ours, quelle affaire. Ou se situe le n’importe quoi selon elle? J’en vois pas. Et elle croit que c’est intéressant de nous décrire son prototype de l’homme désirable? Non vraiment, une vidéo de Catherine Deneuve mettant sa jambe sous la fontaine pendant qu’un tourne le volant pour faire couler l’eau, ce serait moins n’importe quoi que cet article! Ce serait joli et gentil.
    Le net c’est joli et gentil. (excès inverse)

  6. C’est toujours surprenant d’observer une célébrité, habituée à organiser son quotidien par des assistants, l’idée de surfer sur internet serait alors une démarche incongrue, et prendre connaissance des critiques sans filtre un ordre insurmontable. Mieux vaut rester derrière ses lunettes noires pour lire le doux messages des rédactrices du Elle: elle est merveilleuse et éternellement jeune. Comment fait-elle ? Quel est son secret ? Beaucoup d’eau et un peu de gymnastique.

  7. et puis ,c’est un manque à gagner.Et si la gratuité était le diable du net.

  8. L’intérêt de Twitter, c’est d’avoir l’info 5 minutes avant l’autre, non ? L’intérêt pour FB va disparaître à la vitesse du temps. Les réseaux sociaux repris par les médias nous débitent surtout du « people ». Sinon c’est un immense progrès ces logiciels.

  9. Mais enfin Guy :

    Pourquoi vous poser toujours en defenseur de l’internet ou des réseaux sociaux (140 caractères comme vous aimez à répeter à l’envie !) ?

    Ca va bien, le net survivra quoi qu’il arrive.

    Vous vous sentez investi d’une mission ?

  10. az, je n’ai aucune mission, mais, si ça vous ennuie, l’Internet est infini.

  11. Ca fait partie de la notoriété.

  12. Plus qu’une invite à déguerpire, j’aurais préferer une boutade, une saillie voire une admonestation.

    Mais bon, je vous ai blessé sans doute…

    Sacha du 16

  13. Sacha, vous me blesser ? 😉

  14. En matière de réseaux sociaux, je vous propose celui là, Guy: http://www.marianne2.fr/Grindr–le-GPS-pas-triste-pour-gays_a221984.html

    En gros il y a 200 000 gays à Paris prêt à tout. Personnellement, en lisant cela, je ne crois pas qu’ils souhaitent avoir la vie stable que suppose un mariage et j’ai encore moins envie de l’adoption pour les gays, lesbiennes, trans et autres.

    Charles.

  15. Charles,

    Ne me dis pas que tu découvres l’envers du décorum gay ? Sa visibilité c’est cette histoire de mariage et d’adoption pour entrer en conformité, pour se sentir intégré à la société, pour montrer patte blanche et puis l’invisibilité gay c’est l’homosexualité en tant que telle ! Quel jeu de dupes absurde duquel personne n’est vraiment responsable dans le fond ! De quiproquo en quiproquo, de malentendu en malentendu, de compromis en compromis on finit par croire à nos fabrications mentales 🙂
    Dans les faits ce n’est pas un hasard si le PACS a plutôt bénéficié aux hétérosexuels !

  16. est-ce qu’elle pourra nous indiquer la marque de son vernis à ongles ?

  17. @Frida
    Pour la grande Catherine, c’est forcément du Dior.
    Un Orchid, un Pourpre Revolution ou pour faire plus subversif un Untitled Black peut-être.

  18. On a le droit de se tremper les pieds au jardin du Luxembourg ?

  19. Au jardin du Luxembourg il y a des fontaines pour boire, on peut s’y mouiller les pieds? Dans les bassins, c’est sûr que c’est interdit, mais c’est ça qu’elle voulait dire. Dans mon souvenir il y a un petit espace clos pour les enfants tout petits (vers l’allée du monument à Delacroix)avec un bassin carrelé avec peu d’eau où c’est l’usage de faire faire trempette aux enfants nu-pieds, C.Deneuve a voulu y aller et n’a pas osé?
    Est-ce que ça existe toujours, ça m’étonnerait.

  20. pauvre Catherine.. j’ai vraiment envie de la plaindre !

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Sep, 2012

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

L’homme à la jambe de bois

L’homme à la jambe de bois

Alors que j’étais en pleine conversation téléphonique, j’ai dû raccrocher soudainement pour secourir un homme qui venait de rouler très violemment sur le trottoir, à la sortie de mon marchand de journaux. Je m’apprêtais à relever le malheureux d’une manière tout ce...

La ficelle de Melville

La ficelle de Melville

Elle était devant moi dans la boulangerie. Avec son petit garçon dans les bras. Très Parisienne, tendance 18ème ou 20ème arrondissement. Très bobo, juste arrivée en vacances au bord de la mer.  Avec ses lunettes bien trop rectangulaires règlementaires. Son trench avec...