Off !

Nothing

Rien 😉

Rien 😉

(…)

À plus…

9 Commentaires

  1. Je suis curieux de découvrir l’émission sur France 2 animée par Bruce Toussaint…
    Vous trouvez ça normal ? 🙂

  2. Moi aussi moi aussi, en plus z’ crois bien avoir lu que Clémentine Autain est invitée et moi j’ aime Clémentine Autain♥

  3. L’invité c’est Patrick Timsit il me semble : ça risque d’être drôle et ça donnera le ton pour la première ! On verra bien 😉

  4. Pour une première c’est pas mal ; si la mayonnaise prend bien on peut en faire un rendez vous hebdomadaire attendu !
    Ma première impression c’est que pour qu’on comprenne bien que le fil conducteur est le « trouvez vous ça normal ? » il manque un jingle pour passer d’un « trouvez vous ça normal » à un autre ! Oui je suis un téléphage bête, discipliné, formaté : il me faut du jingle façon Pavlov pour que je comprenne bien qu’on passe d’une actu à une autre 😉 Sinon ça pourra apparaitre comme trop décousue au risque de perdre de vue le « trouvez vous ça normal ? »….Le passage sur les années 80, forcément lié à l’actu ciné de l’invité, a plutôt traité des nostalgiques et des pas nostalgiques par exemple, rajoutons y les sympathiques coupures d’ambiance, la note humoristique sous forme de sketch ou encore la chronique de Mathieu Noël et ça peut vite paraitre surchargée sinon décousue ! Pas facile de coller à ce tout le concept du normal vs anormal !
    Alors bien sur on s’attend à de la polémique avec les pour et les contre (normal vs anormal) et là ça dépendra des invités autant que des sujets que chaque chroniqueur est censé porter ! Critique télé avachi sur son canapé bien entendu 🙂

  5. C’est un titre d’émission piégeant qui oblige à proposer du manichéen, du clivant : on est dans le champs des croyances dès lors que l’un trouve normal ce qu’un autre trouvera anormal ! La question de départ exige des points de vue tranchés : reste à savoir si elle se veut ouverte (polémique) ou fermée (en retrait)…

  6. C’est très subjectif, la normalité.

  7. Woutch, ben j’ chuis drôlement déçue. On survole on saupoudre on lantiponne(!) à qui mieux mieux. Non vraiment je n’ ai pas trouvé que c’ était une bonne émission. Peut-être serait-ty possiB » de faire une p’tite chronique Bernard Pivot, genre quelques minutes où on se sentirait tiré vers le haut ?!(…)
    C’ est une émission de divertissement, je l’ espérais culturelle. Le titre est complètement navrant.
    TchÔ.

  8. Lantiponner, quelle merveille ce verbe!
    Après quelques recherches, je découvre ce verbe d’origine paysanne (comme quoi, les ploucs ne manquent pas de créativité).
    Venant sans doute du mot « lent » accouplé à un patois désignant l’action de pondre soit littéralement « pondre lentement ».
    La qualité de l’image qu’il évoque , c’est du pur bon sens paysan avec une touche de Shadoks.
    Je m’en vais twitter cette merveille à Bernard Pivot pour glaner plus d’infos.

    Merci Gorfou Breizhou!

  9. @As vous me faites grand plaisir 🙂
    Et comme je suis ouvrier je n’ ai que cinq pauvres années d’ anglais(il y a de cela bien des lustres) alors je suis marri mais le billet -en anglais- d’ aujourd’ hui je n’ ai rien compris.
    Pour revenir sur l’ émission télé de France deux d’ hier soir (créneau Apostrophes, il y a 27ans)j’ ai trouvé le meilleur du pire du gratin de la crème avec Marie Colmant et sa rubrique « mode vestimentaire de Johnny », AYUTO!
    En vous remerciant.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 Sep, 2012

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...