Un « Mai 68 à l’envers »

Cassandre

Bah oui…

Bah oui…

(…)

J’en ai marre de tous ces charlots (rien à voir avec de Gaulle) qui prévoient un « mai 68 à l’envers » !

Par dessus la tête.

Et cul par dessus tête, même.

C’EST VRAIMENT ÇA QUE VOUS VOULEZ ?

89 ıɐɯ 

 

Ce billet est un plagiat de celui-là.

11 Commentaires

  1. Cette incapacité à se projeter dans l’ici et maintenant en se référant sans cesse au passé masque à peine l’immaturité d’une génération ! Mai 2013 n’a pourtant pas besoin de la permission de mai 68 !
    Moins anachronique c’est l’extraordinaire mouvement des barjots qui aussi réactionnaire, rétrograde, infantile soit il devient presque un moteur de mobilisation pour une gauche qui était passablement endormie : lot de consolation ou cache misère d’une supposée « révolution » 🙂 ! Que de paradoxes incroyables !

  2. Je suis bien d’accord avec vous, Guy.

    Un mai 68 à l’envers n’a pas de sens… L’instauration/la restauration de la monarchie, par contre… 🙂

    Charles.

  3. Si la prédiction est avérée, les élections des 23 et 30 juin s’achèveront sur un raz-de-marée électoral pour les socialistes

  4. Pardonnez moi mais j’ai un HS qui me tient à cœur et qui n’a strictement rien d’un appel à la révolution sauf à rappeler son devoir à notre administration trop mollassonne à mon gout ! Après mon expérience d’animateur auprès des personnes âgées, j’ai exercé dans une mission locale pendant 11 ans en qualité d’agent d’insertion sociale et professionnelle : à ce titre j’ai une proposition concrète à faire au gouvernement ! J’entends dire que les emplois d’avenir ont du mal à être signé et je crains à nouveau (comme pour les emplois jeunes Jospin) qu’on aille recruter des jeunes diplômes (bac et bac+) sous prétexte que les jeunes les plus en difficulté ne soient pas employables de manière immédiate ! Ce serait parfaitement scandaleux et afin de surmonter cet écueil je propose l’idée que tous les contrats emploi d’avenir doivent avoir pour employeur les missions locales et ou les pôle emploi (chargés du suivi des jeunes concernés spécifiquement par le dispositif) : ce statut d’employeur pourrait recouvrir au moins le premier semestre du contrat afin d’être sur de ne recruter QUE les jeunes concernés (les plus en difficulté) et afin de consacrer ce temps d’immersion à la recherche effective d’une entreprise ou association support au contrat ! L’idée est de mobiliser l’énergie de ces jeunes dans une dynamique de projet en privilégiant leur capacité à s’adapter et à négocier dans leur environnement leur désir d’insertion ! Par expérience je sais que ces jeunes doivent d’abord travailler le savoir être et qu’à l’issue d’une mise en confiance on peut envisager la question du savoir, du savoir faire etc… Autrement dit il s’agit surtout de SIGNER ces contrats pour l’exercice 2013, de manière urgente, au plus vite, sans attendre la bonne volonté des associations et établissements qui par habitude ne jouent pas le jeu spontanément et participent à dévier tout dispositif de son objectif politique par un chantage scélérat à la sélection ! C’est à la puissance publique et ici aux missions locales de RECRUTER le public qu’ils sont chargés d’insérer : un premier semestre « gagé » reste donc le seul moyen de lancer la dynamique sans s’écarter de l’objectif principal d’insérer prioritairement ces jeunes des quartiers ! La ruine et le gaspillage des deniers public ça suffit !! Signer ces contrats et après on parle du contenu !! Avec ce taux de chômage qui n’en finit plus de grimper je trouve inadmissible, irresponsable qu’on puisse encore trainailler en matière d’emplois aidés ! Si ce message est lu par un conseiller du ministre du travail qu’il fasse alors valoir cette idée « d’ingénierie sociale » que je lui offre volontiers et gracieusement au nom de l’intérêt général ! Bougez vous : zut à la fin !

  5. A force de regarder cette photo à l’envers, je finis par avoir le mal de mer

  6. Dans un monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux.

  7. Un mai 68 à l’envers ce serait les chauffeurs empruntant les habits des enfants de leurs maîtres pour aller manifester, et non les enfants de bourgeois se déguisant en prolos.
    Ce serait aussi les femmes manifestant pour avoir accès aux dortoirs des garçons.

  8. ʇıluǝıɥɔ ɐl ʇsǝ,ɔ

  9. un « mai 68 » à l’envers ça donne « 86 iam » ce qui ne veut rien dire, c’est clair.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

24 Avr, 2013

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...