Léger…

Départ



(…)
J’ai eu la grande chance de côtoyer Jack-Alain (c’était un de ses noms de plume) de près, pendant mes années Denoël et puis un peu après.
Le plus étonnant, c’est qu’il ait fini par prendre « Léger » comme pseudo, lui qui était absolument tout sauf léger, justement.
C’était un gars bien. D’une humanité énorme.
Je n’oublierai jamais, surtout, l’extraordinaire rencontre entre Samira Bellil et lui. Ils s’étaient trouvés.
Il est parti, lui aussi. Et c’est bien triste.

Comme il l’avait écrit en se cachant sous le nom de Paul Smaïl « Vivre me tue ».

C’est exactement ça…

Salut Jack-alain…

10 Commentaires

  1. Ce n’est sûrement pas le meilleur roman que j’aie lu, mais « Vivre me tue » reste une des plus belles claques que m’aie donné la littérature.
    Et, quel meilleur titre ?

  2. Les vieux babas fumeurs de joints se souviennent du disque culte « Obsolète » enregistré sous le pseudo de Dashiell Hédayatt. Un disque qui doit beaucoup à Gong. Le titre « Chrysler » est une merveille.
    http://www.youtube.com/watch?v=JDimqdooGXE

  3. Il était très élégant .

  4. Merci de lui rendre hommage .

  5. Je viens d’apprendre la nouvelle chez toi, c’est très triste… Je l’avais découvert au moment où je t’avais découvert, lorsque vous sévissiez sur RTL le soir pendant l’apéro…

    Pas marrant

  6. sinon , il s’appelait comment ?

  7. Il suffit de cliquer sur l’article en lien pour le savoir.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 Juil, 2013

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...