Le Chassé-croisé

On the Road

Vous connaissez, forcément, la chanson du chassé-croisé…

Vous connaissez, forcément, la chanson du chassé-croisé…

(…)

Évidemment, les journaux télévisés en font leur miel. Mais cela n’a rien de nouveau. Et c’est une archive géniale du 28 juillet 1972 qui nous le montre. Ne manquez surtout pas la conclusion « poétique » du débutant Gérard Holtz, à propos des victimes de la route. Vous m’en direz des nouvelles…

 

 

Au passage, une autre archive sur le chassé-croisé.

20 Commentaires

  1. Étonnant ce « lissage » de l’accent de Jean-pierre Elkabach, qui est pourtant bien prononcé 40 ans après.

  2. Gérard Holtz tenant des propos sensés, une image jamais revue depuis.

  3. Le plan « primevère », LOL cette archive est géniale!

  4. Puisqu’il est question de nostalgie : http://youtu.be/u2UhQAhLc2Y

    (version spéciale où il est question d’un chassé-croisé franco-italien)

  5. Dans le même temps (1972-2013), la circulation automobile a été multipliée par 2,4.
    Les étés 1971 et 1972 ont été très meurtriers (c’est en 1972 qu’on atteint le record annuel d’accidents mortels, d’où la « conclusion poétique » de circonstance de Gérard Holtz). C’est précisément à partir du second semestre 1972 que la mortalité baisse (soit juste après le « chassé-croisé » de cette archive).
    http://www.securite-routiere.gouv.fr/medias-outils/espace-presse/publications-presse/1972-2012-les-francais-et-la-securite-routiere-40-annees-de-route-commune

  6. Ceci dit pourquoi ce nom de « primevère », et pas de plan pétunia ou de plan cyclamen ?

  7. Force est de reconnaître que « primevère » sonne mieux que « pétunia » de la même façon que « aoûtienne » sonne mieux que « juilletiste »

  8. Ni partis, ni rentrés de vacances, mais décédés, entre les flèches jaunes et vertes, où est la différence ?. Est-ce l’entrée ou la sortie du tunnel de St Cloud ?.

  9. Sur lemonde.fr on apprend également que les Français râlaient autant que maintenant il y a quarante ans.

  10. Il y a aussi le chassé-croisé des échanges épistolaires entre Bernard Tapie et ses futurs bienfaiteurs. Des lettres entre personnes qui ne se connaissent pas ; mieux, des lettres qui n’ont pas été expédiées à leurs destinataires, selon Tapie. Comme des lettres d’amour écrites qu’on n’osa jamais envoyer…

  11. Gérard Holz, 66 balais. Devrait bientôt faire valoir ses droits à la retraite, j’espère. Ce type est une ordure. Fallait l’entendre traiter Armstrong de tricheur tout au long du dernier Tour de France après avoir fait ami ami avec lui ces dernières années, alors que tout le monde savait. Jamais vu comportement aussi veule.

  12. je me souviens d’un reportage maison fait sur GH, il présentait un placard de quelques mètres de long où étaient rangée la collection complète des tee-shirt Lacoste. L’insipidité personnalisée…

  13. était rangée…. bien sûr.

  14. Spécial Domi-Nique Gredin : Il a fait encore mieux avec une de mes amies…

  15. Le gazole (gas-oil) 42.000 morts par an en France (Source OMS)

  16. Cher Guy,

    Je me souvenais que JPE présentait le journal télé en 1972 mais en revanche, je me souviens très bien de l’appartion de Bison Futé. C’était en 1976 et la 1ère carte (que je regrette ne plus avoir) m’a permis de suivre le Tour de France de cette année-là. J’ai vérifié et pas que sur Internet.
    Je suis surprise qu’aucun de nos clients n’est relevé ce détail.
    Sincères amitiés

  17. Ni partis, ni arrivés à la fois.
    i ‘xistent pas.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

28 Juil, 2013

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...