Fake Me, I’m Famous !

Cover Boy

La gloire !

La gloire !

(…)

Hier au milieu des nombreux messages de bon anniversaire passés sur Twitter, un ou deux cadeaux se sont glissés…

Celui de @duanyer

Et celui de @GuillaumeTC 

J’aime les deux pour des raisons évidemment fort différentes. Mais j’avoue que j’ai un gros gros faible pour la couv. de Valeurs actuelles.

J’espère surtout que l’équipe du journal appréciera à sa juste valeur l’hommage ainsi rendu…

8 Commentaires

  1. LA consécration.

  2. Si seulement…

  3. Bientôt aussi célèbre que Bruno Roger-Petit.

  4. Cette volonté de s’afficher à la une de Valeurs Actuelles, puis de lancer à la cantonade « F*** Me, I’m Famous » en imitant (mal) un célèbre DJ à lunettes Ray-Ban, n’est-ce pas là un symptôme d’une mégalomanie sévère apparaissant à l’orée de la cinquantaine ?

    https://www.youtube.com/watch?v=Z2vOE6Y1IK0 (COMBO !)

    (attention, il faut apprécier le son hardcore)

  5. Je manque un peu de temps, mais je te ferais bien une couv…

  6. J’ai fait un scandale à mon ami kiosquier, il n’a même pas ces collectors. Il m’a promis un réassort en urgence.

  7. « ces français » … hihihihihihihi c’est toi le fake l’épicier de la grande distribution …

Trackbacks/Pingbacks

  1. Twitter, fosse à purin pour les tarés ? ou ascenseur pour les fachos ? | les échos de la gauchosphère - [...] aujourd’hui Guy Birenbaum sur Public Sénat s’exprimer sur le sujet. Il y disait en substance qu’il était assez [...]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 Août, 2013

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...