La chasse est ouverte

Pan!

Petite pastille acidulée…

Petite pastille acidulée…

(…)

Je donnerais cher pour revoir de tels sujets dans nos journaux télévisés.

C’était le 5 octobre 1960…

 

6 Commentaires

  1. Le temps où les journalistes avaient des lettres et ne sortaient pas des écoles ce commerce que sont devenues les écoles de journalisme.

  2. Je n’arrive pas à être béate d’admiration ou à envisager que je puisse regretter ces façons journalistiques. Pourtant j »essaie d’emboiter le pas à « je donnerai cher », « avaient des lettres », « des chefs-d’oeuvres », je ne peux pas.
    Le mieux de notre époque, même rare, même difficile à dénicher au milieu de la facilité et des gros sabots ambiants, est insurpassable par le passé plein de femmes évaporées, d’armes pour faire joli et de Louis 14 à la chasse.
    Tellement peu de gens avaient la télé, la diction était radiophonique, prévue pour son tout juste audible et être compréhensible.
    C’est comme internet au début, inaccessible au tout-venant, ça opérait un tri. L’internet et la télé des happy-few, c’était pas fait pour durer, on n’y peut rien changer et ça se serait sclérosé.

  3. La chasse aux volatiles, cailles, alouettes ou poulets est passionnante, surtout à Paris, et la qualité humoristique et élégante du sujet est vraiment épatante… Nostalgie !

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 Oct, 2013

Ina

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...