C’était le bon temps…

Giscard à la Barre

Superbe archive…

Superbe archive…

(…)

Je me souviens qu’à l’époque beaucoup se demandaient (et j’en faisais partie) comment on pouvait être jeune et giscardien.

Nous sommes le 22 novembre 1980…

Pas mal, non ?

En tous cas, Jean Ferrat se posait la même question…

Mais dites-moi/Mais dites-moi/À quoi peut correspondre/ En notre temps/Un jeune/Un jeune/Républicain-Indépendant ?

 

L’affichette vient de là.

3 Commentaires

  1. Oh, là, là Guy, vous me ramenez loin où se noie ma nostalgie (moi fils de banlieue rouge).
    J’ai l’album. Il faut maintenant que je le retrouve. Et aussi 1 autre titre si j’ai bonne mémoire : Ah Mr d’Ormesson, vous osez déclarer, qu’un air de liberté flottait sur Saïgon…
    Merci.

  2. Oui c’était le bon temps. Puis vint le 10 mai…

  3. Gispard bouge encore, méfiez-vous.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

22 Nov, 2013

VGE

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...