Le cauchemar de l’apostrophe…

Peur

Je n’aime rien tant que cet humour…

Je n’aime rien tant que cet humour…

(…)

Sans queue, ni tête.

Loufoque, farfelu, incohérent, absurde…

Le Nonsense.

Et ce cartoon du New Yorker en est un exemple parfait…

 

9 Commentaires

  1. Bonjour à tous,

    Cette fois, j’ai pas compris mais je vais demander à Google Translate de m’aider.

    Pour autant Guy, et sans esprit polémique, notre production francophone vous semble-telle si pauvre,que vous n’affichiez dans votre épicerie que des victuailles venues d’outre-Atlantique ?

  2. Sacha,

    « vous semble-t-elle »

    Pour ma part, je déteste particulièrement l’accent circonflexe parasite sur « Faîtes … ». Faute très fréquente.

  3. Raymondb,

    Désolé pour cette impardonnable faute.
    En revanche, « faîtes » je ne vois pas en quoi cela me concerne …

    Sinon, sur la production francophone, un avis ?

    Quand j’étais gosse, une blague circulait, je vous la livre de mémoire :

     » Quand je parle au charcutier, je n’aime pas que ce soit l’andouille qui me réponde’’

  4. Sacha, je ne sais pas de quelle production francophone vous parlez et, à vrai dire, je m’en fous un peu… Beaucoup.

  5. allons allons, voila des réponses peu charitables à l’endroit d’un ami qui se plaint de ne pas comprendre, malgré sa bonne volonté et son intérêt. Oui Sacha, Guy a été nourri, comme tant parmi nous, au sein anglo saxon et son bilinguisme lui permet de banaliser cette influence, de l’habiller de culture globale. Je crois savoir, je fais pareil. Votre message nous rappelle que le village mondial a ses étrangers.

  6. Charcutier est maître chez lui.

  7. Sacha,
    J’aurais dû préciser que mon commentaire sur « Faîtes … » était général et ne vous visait absolument pas.

  8. Toujours aussi drôle 😉

  9. Bonjour à tous,

    C’est fort charitable de corriger les erreurs et non les fautes de son prochain.

    Donc  » Raymondb  » faites attention en utilisant le mot faute au lieu d’erreur vous risqueriez de traumatiser des esprits sensibles, Sacha en est peut-un mais il parait avoir du répondant. Cette histoire me fait penser à un autre proverbe biblique :  » On voit la paille dans l’oeil de son voisin, mais pas la poutre dans le sien. »
    Bonne année et surtout bonne santé.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 Déc, 2013

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...