Comment on draguait à la télévision le 7 janvier 1982

Houba Houba

Ah les archives de l’Ina…

Ah les  archives de l’Ina…

(…)

Je crois que vous allez aimer…

En prime le livre…

 

 

7 Commentaires

  1. faisait deja doux pour un 7 janvier

  2. Ça nous renvoie à la chanson de Brel « les bourgeois », des personnages qui ont bouclé la boucle… L’ami-Jojo métamorphosé en ami-Jacky. « Et moi et moi qui était le plus fier je me prenais pour moi » « et moi, moi, je parle encore de moi », pas loin de De Caunes.
    http://www.youtube.com/watch?v=dCHi5apc1lQ

    (et en plus ici, un commentaire d’un « Pierre », #tienstiens)

    Et pourtant il y a plein de chanson de Brel que je ne digère plus aussi bien qu’avant, mais celle-là je l’adore toujours.

  3. « et en plus ici, un commentaire d’un “Pierre”, #tienstiens »

    Lescure ?

  4. Le personnage principal me rappelle furieusement Huguette Bouchardeau.

  5. Cherche Jeune femme pour niquer et plus si affinitées.

  6. Bernard Langlois, je disais Pierre parce que dans la chanson de Brel, il y a Pierre dans les deux/trois personnages qui commencent comme « jeunes et impertinents » et se retrouve dans le rôle des « vieux bêtes et ***  » aussi sec en deux coups de couplets.

  7. Ah, OK ! Celui qui parle de Casanova !

    Et moi si je suggère Lescure, c’est que ce Pierre-là était à l’époque le grand Manitou des variétés sur A2 et le mentor de De Caunes et cie …

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 Jan, 2014

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...