L’humour et la société malade

Rire

Autres temps…

Autres temps…

(…)

Autre malaise.

8 janvier 1976…

 

8 Commentaires

  1. Pas facile de prèsenter son soectacle face à un barbu sinistre et vaguement mêprisant.

  2. Le présentateur a une barbe, ne me dites pas Gekko Hopman que cela vous laisse « dubitatif »?

    Ce soir c’était « Tout à Lego » sur DCDR (quelqu’un l’a peut-être déjà fait).

    Pour Proust, je n’étais pas inquiet, Guy, je taquinais.

    Charles.

  3. DCDC pardon.

  4. Glaçant.

    Mon dieu.

  5. J’ai un bras engourdi depuis un montage hasardeux d’un meuble Ikea, que je repose parfois sur mon autre bras réalisant une quenelle malgré moi, je finirais en garde à vue pour cela. C’est effrayant. Même un mannequin inerte en vitrine de la boutique Diesel s’est rendu coupable de profaner les paranos du Crif. Qu’on voudrait réhabiliter la gestapo qu’on ne s’y prendrait pas autrement;

  6. La vidéo ne veut pas démarrer chez moi, y’a moyen d’avoir le lien INA SVP, en général sur leur site ça marche mieux.

  7. Le barbu en question est Julien Besançon, ex-grand reporter vedette à Europe1 à la belle époque …

  8. Moi qui tuerais pour un bon mot, j’ai peur qu’il y ait bientôt une circulaire ou un décret sur les thèmes autorisés pour faire de l’humour.

    C’est combien le loyer mensuel à la Bastille ? (je me renseigne, on sait jamais)

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 Jan, 2014

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...