Jeu

Légende

Légendez cette « une »…

Légendez cette « une »…

(…)

À vous…

77 Commentaires

  1. Livres de feuilles, feuilles d’automne ou l’orange selon la femme

  2. Femme lisant Un Suicide Français

  3. L’automne,le temps de lire…

  4. « I plan to finish the reading of « les mémoires de Sylvia Pinel » by 2017. »

  5. Lectures jusqu’au bout de la Vie

  6. Feuille à feuilles

  7. Depuis que tout le monde avait découvert « Le suicide français » et « merci pour ce moment » en téléchargement sur piratebay, Mélanie s’emmerdait un peu dans sa librairie déserte. Mais, seule avec des écrivains vivants ou morts, elle avait le temps de lire.

  8. Une feuille, des livres.
    Des feuilles délivrent.

  9. L’ivresse des sonnets

  10. Bon, comment je vais me débarrasser de tous ces invendus Lahoud ?!

  11. Merci pour ces moments

  12. En parodiant W. Guthrie et sa formule fétiche gravée sur ses guitares …
    « This Machine Kills Fascists »
    Ça donne :
    “Machines à éliminer les terroristes”

  13. Légendes

    Vivre pour lire ou lire pour vivre ?
    Lire à côté de soi
    Piles effacent…
    Le dernier homo codex…

    Bonne après-midi 🙂

  14. annonce de sortie imminente de l’iphone 6 chez apple

  15. Ou bien

    Faire le guet du savoir…
    (en référence à Nietzsche)

  16. C’est pas pour moi, c’est pas porno ((c) Gogol 1er)
    Au suivant !

  17. Il manque deux avions en papier.

  18. Mille milliards de nuances de grey

  19. La recette pour réussir sa vie est page 52.

  20. Lire et lire encore…

  21. une vie sans marque page

  22. Impassiblement surbooké
    « Toujours en ligne »

  23. Le book, nouvelle révolution technologique

  24. « je me souviens avoir lu ça quelque part… »

  25. les feuilles mortes se ramassent à la pelle, les souvenirs et les livres aussi

  26. Nadine Morano est triste, et j’ai lu tous les livres. Je vais mettre les voiles.

  27. Lisez
    Et lisez
    Élise et
    Jusqu’à plus soir .

  28. « Autumn leavres »

  29. cette dernière feuille qui tombe, comme le témoin d’une époque deja révolue a la couleur de la robe de cette lectrice plongée dans un monde de livre qu’elle ne semble pas avoir envie de quitter.
    On est bien

  30. La lecture des publications scientifiques du Docteur Cambadélis amène toujours à se souvenir que plus c’est long plus c’est bon.

  31. Propositions 😉

    Aline est là…

    La survoltée du Bookty

    Do not disturb. Je fais un résumé à touiter ce soir

    Un sacré volume !

    La parole s’envole, l’écriture est de plomb

    Une tablette ! Une tablette pour mon royaume !

  32. Vivre bien entouré.

  33. « Maman, t’as pas vu mon Kindle ? »

  34. Le mur de la liberté ….

  35. On lit souvent plus de tristesse dans les livres vivants que dans les feuilles mortes.

  36. Des livres et moi … du mal

  37. Over-bookée

  38. Adieu Twitter,adieu !

  39. « Maintenant qu’il n’y aura plus jamais d’électricité, j’ai bien fait de garder la bibliothèque de Maman et Papa. »

  40. Promis, demain j’arrête et je fais ma déclaration de revenus. Manuel V. peut dormir tranquille.

  41. seuls les mots empêchent les feuilles de tomber.

  42. Comment se passer de lecture, tome 196.

  43. Dès que j’ai achevé la lecture de l’intégrale des publications des Editions Privé, je me bâche et me mets en route pour faire le djihad, non sans m’arrêter au commissariat de la gare de l’Est pour témoigner de ma solidarité après l’agression par Madame Morano.

  44. « Elles lisent, ou la vraie vie »

  45. Rha, je n’arrive pas à retrouver l’exemplaire du dernier Birenbaum dédicacé par Zahia !

  46. ah! le calendrier « des dieux du stade »

  47. Ces murs libèrent et protègent….quelle enfermement plus émancipateur, philosophe que celui -ci…. et l’on se prend à rêver…

  48. Shirley lit un ouvrage de couture en novembre.

  49. Quel talent !

  50. L’Amazone dans le saint des saints ou des siens.

  51. La feuille d’automne, emportée par le vent…

  52. Aude is reading

  53. Free women

  54. first page of the book
    last leaf of the tree
    winter is coming!

  55. J’ai toujours affirmé que seul le hêtre convenait aux livres, lorsque l’auteur est la vie, une feuille vert-tendre point de l’empilement. Hélas, sa bibliothèque est fréquentée de peupliers et de marronniers.

  56. Et maintenant, quelle couleur choisir pour ma robe?

  57. Empire State booking…

  58. les catalogues de Noël sont arrivés

  59. Et Fleur se saisit d’un Modiano.

  60. Ingvar « Billy » Kamprad, his life, his work … his furniture

  61. Floraison littéraire

  62. Bonheur, Sérénité,Liberté…

  63. Alleï un ptit dernier et j’arrête…

  64. Ouf, enfin un avec des images…

  65. « Comment sauvegarder la forêt amazonienne ? », Tome 184.

  66. Madame Fleur Pellerin lit.

  67. La lecture, c’est le temps qui a passé autour de nous, sans nous.

    La lecture emporte la dame, jaune, comme le vent la feuille, jaune. Arrachée, la dame/la feuille, loin de son arbre et ses racines.
    Aventure, envolée, liberté, mais on est resté là, au même endroit. La feuille tombe sous sa branche ou pas très loin. Le livre nous a ramené à nous-même, puisqu’on a mis derrière les mots ce qu’on a été capable d’y mettre, on a reconstruit à partir de soi le récit qui nous entraine. Donc le livre ne nous a pas emporté plus loin que nos limites: on est retombé au pied de notre arbre.

  68. Les paroles volent, les écrits restent.

  69. Magistral Regis Debray hier sur france 2, et en cerise un bon nomment sur Marcel Duchamps et sa peinture
    C’est si rare que cela vaut bien une incitation….

  70. Albatros, magistral et convaincant plaçant le curseur au bon endroit. Elie Cohen devenait écoutable, c’est dire.
    La liberté de Régis Debray nous rassure sur notre propre capacité à nous entreprendre.
     »Soit, et les autres autres seront » est trop rarement fondé, jamais enraciné, en France.

  71. Poisson, toujours un plaisir, peut-être ajouter, l’arbre a davantage de racines, un tronc plus épais, des branches plus enveloppantes

  72. Exactement, Martin, à nous entreprendre, à nous investir, à nous aimer ( nous même, sans l’approbation), à se construire Sujet….

    Mais suite à ce bon moment, je me dis qu’en dépit du fait que les hommes passent une période grise, ils faut ne pas oublier, qu’ils ont connu la Lumière; alors patiente, après l’obscurantisme que les marchés nous infligent, les Lumières forcément reviendront…parce-que, simplement mais irréductiblement, viscéralement Humain.

    Notre censeur, notre ennemi, c’est l’immédiateté…

    Alors, nous devinons, que le chemin est long, mais au fond ce qui nous fonde, c’est bien ce chemin….faisant.

    Je ne crois qu’aux forces de l’Esprit de la Pensée.
    Bonne journée Martin

  73. « François Maspéro »

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

24 Oct, 2014

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...