Putain, vingt ans!

OLD

C’est un livre de campagne électorale et de promesses…

C’est un livre de campagne électorale et de promesses…

(…)

Il est paru en janvier 1995.

Il est signé Jacques Chirac.

Dans les banlieues déshéritées règne une terreur molle. Quand trop de jeunes ne voient poindre que le chômage ou des petits stages au terme d’études incertaines, ils finissent par se révolter. Pour l’heure, l’État s’efforce de maintenir l’ordre et le traitement social du chômage évite le pire. Mais jusqu’à quand ?   Jacques Chirac, La France pour Tous (janvier 1995)

Bonne journée.

5 Commentaires

  1. 1995-2015
    Ben oui ils, elles ont 19-20 ans aujourd’hui, ces enfants nés de la terreur molle….on y est

    Il y a plus de 30 ans, quand furent dressées ces barres, enclos en périphéries des villes, beaucoup disaient les dangers de cette relégation, Roland Castro est celui qui me revient le plus souvent à l’esprit pour faire comprendre que non, on ne découvre rien, au mieux on a couvert trop longtemps.

    Toujours en plein dans le mille GB…

  2. Mais qu’avons nous fait de ces 20ans?
    Du fric!

  3. En regard, il eut peut être été pertinant de rappeler ses déclarations sur les trois femmes , les trente enfants, les allocs, le bruit et les odeurs…

    Chirac a dit tout et son contraire…

    Oh boudiou ! les autres aussi !

  4. Allez savoir pourquoi, j’ai toujours préféré Philippe Séguin à Chirac. Jacques à tellement de fois retourné sa veste.
    Un gaulliste sans convictions, c’est un comble.
    Séguin avait un côté hussard droit dans ses bottes. Convaincu mais avec des manières élégantes, une courtoisie pudique. Un certain sens de l’honneur en politique qui a disparu à jamais avec lui.
    C’est le dernier pour qui j’avais du respect quelques soient les désaccords que j’eprouvais face à ses opinions.
    Maintenant je ne vois que des pantins sans âmes remplis de petitesses et de vénales lâchetés. C’est d’une tristesse affligeante.
    Bah voilà, l’épicier nous sort Chichi du placard et c’est un foutu bourdon qui m’étreint avec son voile gelé.
    Un peu plus et je me sens comme au cimetière, un matin d’hiver, la goutte au nez et le coeur en miettes.

  5. OK je note; se méfier des hommes politiques qui qui nous aspire notre assentiment (à qui on tend à donner raison, en d’autres termes) par une description laissant suggérer qu’ils ont la solution.
    20 ans après, on sait ce qu’on lui doit.
    Toujours plus déroutant, la politique.
    Entre les écologistes qui font de l’affichage sauvage dégradant l’environnement avec plein d’affiches.., vantant la carte navigo à prix unique, qui n’est pas un problème de justice sociale ou d’écologie, mais un problème de coût de l’immobilier.
    Je vais finir abstentionniste ou quoi?
    Tiens, ma fille a vingt ans, que le temps passe vite, hier encore elle était si petite. Je me souviens d’avoir parlé de ça à cette époque avec une dame, mon gros ventre flagrant, que les enfants à naitre allaient subir la datation de l’élection présidentielle 95. J’avais fait une procuration pour si j’étais à l’hôpital le jour de l’élection, mais non. Et dire que je vais finir abstentionniste…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 Fév, 2015

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Il n’y a jamais de trou dans la raquette

Il n’y a jamais de trou dans la raquette

Un petit mot en passant pour tous ceux qui, dans tous les milieux, déclarent désormais couramment, quand quelque chose ne fonctionne pas comme ils le voudraient, qu'il y a "un trou dans la raquette". Après pas loin de cinquante ans de tennis, je suis en mesure de vous...

Les mouches ont changé d’âne ?

Les mouches ont changé d’âne ?

Il paraît qu'Albin Michel ne veut plus éditer Zemmour. Les temps changent... Septembre 2016. L' "ancien" monde, sans doute. La mégalomanie ... pic.twitter.com/rVY6H3nfCL — guy birenbaum (@guybirenbaum) September 30, 2016