Le garçon qui attendait…

#OLDDIAPOS

2017-06-09 15.38.39Le garçon qui attendait sa leçon. Deauville. Août 1981.

Le garçon qui attendait sa leçon. Deauville. Août 1981.

(…)

2017-06-09 15.38.39

De toutes les photos que j’exhume, c’est une de mes préférées. La brume d’été, La pose du garçon qui attend pour prendre sa leçon, les courts qui ont été remplacés par un parking, les personnages du fond. La nostalgie d’une époque révolue.

4 Commentaires

  1. Mon avis (qui ne vaut ni ne compte) (sur les photos, excepté le portrait de mémé Régine, moins évident).
    Des thèmes reviennent: les lignes de démarcation et autres cloisonnements (inutile d’expliquer) et l’indéchiffrable (brume, altération, coupe des mots, dos des personnes, regards).
    J’avais déjà remarqué une photo avec une image dans un rétro de voiture (ou moto?) quelque part sur ce blog, pour qui ce que je dis vaut aussi.
    Si je peux me permettre (non, je ne peux pas, je sais bien) c’est plus intéressant que les leçons de perspectives et alignement de cravate de la photographe officielle de l’Élysée sous Macron.
    Merci pour ce partage, même si il n’y a pas beaucoup de vus et de commentaires.

  2. Poisson, il y a peu de clients et de réclamations parce que le vecteur choisi par le gardien de l’épicerie est Instagram via twitter.
    Il est toujours surprenant de constater que peu de twittas/twittos surfent ailleurs que sur les liens où on les amènent explicitement… Enfin, c’est mon constat, il ne peut être que partial.

    Sinon, cette photo me rappelle un mois de vacances assez inoubliable, de différents points de vue.
    Sur la côte normande, mais pas à Deauville, ni à Trouville.

  3. Je ne sais pas trop ce que disent mes photos, ni si elles disent quelque chose, ni quelle histoire elles racontent… En tous cas elles sont aussi visibles sur les réseaux sociaux, cette épicerie faisant office de magasin général.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

26 Juin, 2017

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Il n’y a jamais de trou dans la raquette

Il n’y a jamais de trou dans la raquette

Un petit mot en passant pour tous ceux qui, dans tous les milieux, déclarent désormais couramment, quand quelque chose ne fonctionne pas comme ils le voudraient, qu'il y a "un trou dans la raquette". Après pas loin de cinquante ans de tennis, je suis en mesure de vous...

Les mouches ont changé d’âne ?

Les mouches ont changé d’âne ?

Il paraît qu'Albin Michel ne veut plus éditer Zemmour. Les temps changent... Septembre 2016. L' "ancien" monde, sans doute. La mégalomanie ... pic.twitter.com/rVY6H3nfCL — guy birenbaum (@guybirenbaum) September 30, 2016