S’empêcher

Idéalement, après un tel début en fanfare, avec de si nombreux visiteurs (merci à toutes et tous), il faudrait un truc qui buzze, qui claque, qui pique. Un sujet polémique, un clash pour attirer le chaland.

Pas facile de reprendre.

Idéalement, après un tel début en fanfare, avec de si nombreux visiteurs (merci à toutes et tous), il faudrait un truc qui buzze, qui claque, qui pique. Un sujet polémique, un clash pour attirer le chaland. Une bonne petite baston, comme à la grande époque des blogs (les archives remontant à 2006 sont là pour montrer de quoi je veux parler à ceux qui n’étaient pas là à l’époque… rubrique « conserves »).

Je suis désolé, je vais probablement en décevoir certains, mais ce temps est révolu. Pour la castagne, l’indignation permanente et sur commande, il y a désormais les réseaux sociaux. Ou les chaines d’infos. Et tout un tas d’émissions sur d’autres chaînes. Mais sans moi.

Depuis que j’ai quitté micros et plateaux, en pleine saison, le 21 décembre 2017 (c’est la date de ma dernière chronique en direct, à France Info), j’ai fini par admettre (assez rapidement, en fait) que ce départ devait être définitif. Même si j’ai mis beaucoup trop longtemps à le comprendre, l’exposition médiatique est un poison [je parle ici pour moi, mais je crains de ne pas être le seul concerné]. Il faut absolument réussir à dompter ce satané ego. Cesser de penser que son opinion, sa parole et donc sa personne ont suffisamment d’intérêt ou de valeur pour être partagées aussi immodérément. Surtout, veiller à ne pas rajouter du bruit au bruit devenu insupportable. Bien sûr, de temps en temps, une petite bouffée d’adrénaline peut venir, donner l’envie furtive de plonger de nouveau dans telle ou telle bataille. C’est alors qu’il faut pouvoir résister et savoir s’empêcher.

 

12 Commentaires

  1. En attendant tu nous manques sur les ondes

  2. Les ondes ne me manquent pas et je ne crois pas leur manquer en vérité 😉 mais merci Karim

  3. Si brillamment dit
    J’ajouterais qu’il faut peut être aussi pouvoir s’empêcher et savoir résister

  4. Oui un peu de recul sur les excès qui tournent parfois en boucle.
    Hâte de lire vos futurs billets.
    Et merci pour Deep Purple

  5. Je suis content de te relire.

  6. ça fait plaisir de retrouver cette épicerie !!

  7. On ne manque pas toujours aux gens qui nous disent le contraire. Peut-être davantage à ceux avec qui on n’a pas encore fait connaissance. Heureuse de faire partie de ceux-là.

  8. Pour les baston je suis toujours partant : c’est ce que je préfère (avec Deep Purple quand même !)

    Patrice Guyot

  9. You’re welcome Bénédicte, salut mon Pierre 😉

  10. Sympa de vous entendre nouveau murmurer dans votre de votre épicerie.

  11. Trop content de voir la machine se remettre en route ! Savoir qu’on trouvera ici des sourires, des chemins de traverse et pas ce qui asphyxie et sature l’espace de l’information est un grand petit plaisir.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 Mai, 2021

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...