Un livre. Ou pas

Voici venu ce moment où un texte existe

J’ai écrit un texte.

Il est prêt.

C’est un petit livre.

Une centaine de pages.

Bref. À l’os.

Sur la politique, les médias, le journalisme politique, le web, les réseaux sociaux.

À la fois très personnel, car uniquement basé sur du vécu ; mais à visée un peu plus générale.

Des ami(e)s de confiance (merci à elles et eux) le relisent.

Je n’ai pas de contrat d’édition.

Strictement aucune obligation à l’égard de qui que ce soit.

Je n’ai pas de patron, pas de collègues, personne à protéger, aucun lien gênant, de quelque sorte que ce soit.

Pas davantage de proposition, malheureusement, pour reprendre un vrai boulot.

Je suis libre.

Alors j’ai écrit.

Et voici venu ce moment assez génial où un texte existe.

À moi de décider de le passer à un éditeur.

Ou de le laisser dans un tiroir.

Aucun patron, aucun collègue, aucun lien, aucune obligation

 

À suivre.

Ou pas

13 Commentaires

  1. Surtout pas dans un tiroir!

  2. Un Ulule ?

  3. Ulule ??? Pourquoi !?

  4. Et si vous perdiez la clé du tiroir, hein ?
    Faut pas tout garder pour soi (voir intitulé de votre billet précédent, si je peux me permettre)

  5. Evitons le tiroir, je te prie

  6. J’espère le voir édité. Bientôt. Besoin de votre regard, de votre écriture.

  7. Je te pose la même question que tu m’as posé en 2019…

  8. J’ai pas dû poser qu’une question…

  9. Si… la question avant de décider de publier 😉

  10. AH! Ce que tu veux mais pas le tiroir. La brigade d’intervention anti-tiroirs est en route. On veut te lire. Hauts les cœurs.

  11. Dans mon tiroir, je veux bien.

  12. 😉

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

22 Mai, 2021

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

Le grand remplacement

Le grand remplacement

Lorsque la vie m'éloigne de la mer, mon chien, Jedi, me promène souvent, une heure et des poussières, dans un grand domaine, celui de Saint-Cloud. Ce matin, j’avais prévu, durant notre balade rituelle, d’écouter deux interviews, en direct, tout en cheminant. F. à...

Justes

Justes

En ces temps déments où n'importe qui dit n'importe quoi, en toute impunité, juste deux visages. Ceux de Rose et Désiré Dinanceau qui cachèrent ma mère et mes grands-parents maternels, tous trois Juifs polonais, dans un débarras de six mètres carrés, du 16 juillet...