Il n’y a jamais de trou dans la raquette

Faut arrêter de dire n'importe quoi !

Un petit mot en passant pour tous ceux qui, dans tous les milieux, déclarent désormais couramment, quand quelque chose ne fonctionne pas comme ils le voudraient, qu’il y a « un trou dans la raquette ».

Après pas loin de cinquante ans de tennis, je suis en mesure de vous dire qu’il n’y a strictement jamais de trou dans la raquette !

Quand bien même une corde saute, pète, se rompt, se casse et même deux ou trois à la fois, étant donné la manière dont les cordages sont faits, il n’y a physiquement jamais de trou dans une raquette !

Pour être précis, je n’ai jamais vu une balle de tennis passer à travers un trou dans une raquette.

Au pire, one ne renvoie pas la balle car le cordage est détendu, mais de trou il n’y a point.

Voilà ça fait un moment que ça me chauffait les oreilles. C’est tout.

 

PS J’ai pris la photo de Connors dans les années 80 et, croyez-moi, il n’a jamais fait de trou dans sa Wilson…

PS encore Vous devriez aller écouter et regarder ça (si vous aimez ces années 80)….

13 Commentaires

  1. Regardez mieux. En réalité il y en a plein des trous.

  2. En revanche je me suis toujours demandé si on pouvait faire des frites avec une raquette.

  3. C’est d’ailleurs son point commun avec le gruyère. #commentairequalitatif

  4. je regarde

  5. La chanson de mon bac !

  6. Oui bien sûr, je l’ai vu ! Une merveille.

  7. C’est totalement fait exprès et aujourd’hui !
    Super billet sur le DEL à l’époque

  8. Je dirais m^me plus, pas de trous pas de raquette…..

  9. Sauf à jouer du ping-pong…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

3 Juil, 2021

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »

« Toutes les histoires sont vraies »

« Toutes les histoires sont vraies »

Le 9 septembre je publie mon premier roman aux éditions Braquage. Voici le texte de la quatrième de couverture. Dans une suite de textes fulgurants, véritable puzzle qui donne à ce roman cousu main des allures de fausse autobiographie (où tout serait vrai), Guy...