Éric Zemmour : le Front national 50 ans après ?

Éric Zemmour est l'héritier direct de Le Pen père et de son parti original

Il est temps de poser une ou deux questions simples sur le moment Zemmour. Ayant étudié le Front national historique (né en 1972) dans le cadre de ma thèse, je remarque des similitudes entre l’irruption du journaliste et l’émergence de Jean-Marie Le Pen dans l’espace politique, à partir du début des années 80. Je parle de stratégie. J’ai démontré dans mes travaux universitaires que le leader du FN avait fini par réussir à s’imposer dans le jeu, en dépit de ses provocations et de sa virulence. Éric Zemmour est en ce sens l’héritier direct de Le Pen père et de son parti original. Tout ce que des observateurs trop rapides nomment des « dérapages » n’est en réalité qu’une volonté délibérée de sa part et de son équipe de choquer des médias – pour beaucoup pris dans ses phares, comme des lapins – qui répondent à la moindre de ses sollicitations, sur les enjeux repérés comme les plus clivants : Pétain, la seconde guerre mondiale, le terrorisme islamiste, les immigrés, les attentats du 13 novembre 2015, etc. Chaque sortie outrancière permet au futur candidat de bénéficier d’une couverture médiatique totalement disproportionnée et extravagante, largement liée à l’état de la concurrence entre des chaînes d’information en continu totalement focalisées sur leurs audiences et sur « ce-qui-fait-le-buzz » sur les réseaux sociaux. C’est ici que la différence avec l’essor de Jean-Marie Le Pen est essentielle. Dans les années 80, 90 et 2000, le leader du FN ne bénéficiera jamais de l’extraordinaire exposition médiatique (au sens XXL) qu’offre l’écosystème médiatique moderne à Éric Zemmour ;  même si ses outrances permirent bien à monsieur Le Pen, à chaque fois, c’était leur but, de dépasser le cadre de son audience historique et de son public originel. Il faut être précis, Jean-Marie Le Pen ne crèvera son plafond électoral et ne parviendra au second tour de la présidentielle qu’une fois, en 2002, dans des circonstances très particulières (longue cohabitation Chirac/Jospin, suite à la dissolution de 1997, mais aussi un fait divers hyper médiatisé – « Papy Voise » – la veille du premier tour de l’élection). Quelle aurait été sa « carrière » et son devenir électoral, si réseaux sociaux et chaînes d’information en continu avaient existé ? Nul ne peut répondre à cette question, si ce n’est en observant que sa fille, Marine Le Pen, moins provocatrice, est parvenue au second tour en 2017, dans une configuration un peu plus proche de l’état actuel du « marché » politico-médiatique. Personne ne peut davantage prétendre répondre à la question du potentiel électoral réel de monsieur Zemmour. Entre 8% et 17/18% comme son père spirituel en provocation ? Ou alors, un bien plus gros score, cinquante ans après la création du Front national, en raison de l’incroyable déluge/complaisance médiatique et numérique qui concourt à propulser Éric Zemmour : le fameux tandem fascination/répulsion ? Mais aussi, et c’est la différence cruciale avec le traitement du FN et de Jean-Marie Le Pen, grâce aux nombreux journalistes et médias qui soutiennent explicitement Éric Zemmour et se sont d’ores et déjà engagés dans sa campagne ?

19 Commentaires

  1. Ce week-end, je suis tombe sur le TikTok de Zemmour… Terrifiant quand on sait que ce RS est destiné à des mômes (et à des gros quinquagénaires insomniaques…).

  2. voyage au bout de la droite , j ‘ avais dévoré ce livre si on peut admettre de dévorer une publication alarmante …

  3. Rien à ajouter, les soutiens médiatiques de Z sont de en + irresponsables

  4. J’adore lire les blogs mais pas possible là maintenant.
    Juste un message pour dire à quel moment on se donne tous, les anti-ça, rv réel en un lieu crypté et local avant qu’on perde les réseaux du net? Libre sur le net pour combien de temps?

  5. Journalisme sans conscience n’est que ruine de l’âme.

  6. J’ai une théorie perso qui vaut ce qu’elle vaut : Néo-Pétain est, comme Trump, un troll. La seule façon de traiter avec lui : do NOT feed the troll. Il faut l’ignorer.

  7. Oui, Guy ! 100% oui. J’avais juste oublié Papy Voise.

  8. Texte très juste qui souligne bien les différences des deux ascensions (avec notamment un paysage médiatique radicalement bouleversé). Le danger est identique, peut-être encore plus sérieux aujourd’hui.

  9. Merci de vos commentaires

  10. aucune inquiétude de ce genre pour moi.

  11. Ayé, j’ai lu!
    Bien vu, bien dit, donc j’ai tout compris!

    Il y a une autre différence, peut-être, car c’est du pur ressenti subjectif, JML ne laissait pas transpirer sa haine comme EZ. Plus goguenard/JML que laid et méchant/EZ.
    (manière subtile de dire l’un semble + bête)(essayer de caser le mot bête dans la phrase avant les parenthèses)

  12. Merci ++ pour cette mise en perspective. J’ajouterai aussi quelque chose de spécifique avec E. Zemmour, c’est la mise a disposition de l’empire Bolloré, des ses médias, à son service. Raconté de manière saisissante et détaillée dans Le Monde ce soir.
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/11/16/l-opa-de-vincent-bollore-sur-la-presidentielle_6102316_4500055.html

    La construction d’un média d’extrême droite ambitieux (et à si court terme!) sur une fréquence attribuée publiquement est quand même une sacrée innovation (en France), média qui n’est d’ailleurs pas tant puissant de son audience que de sa capacité à générer des reprises. Cela me semble au moins aussi important que les réseaux sociaux.
    Il n’en demeure pas moins que ce sont ces innombrables reprises qui sont problématiques, de nombreux médias jouant sur le feu avec une irresponsabilité dingue que tu as déjà pointée plusieurs fois… Ma crainte principale est que, loin de s’opposer ou de se neutraliser, les deux candidatures d’extrême droite s’alimentent désormais l’une l’autre, attirant le débat politique sur leur terrain, et que s’il n’en reste qu’un(e) à la fin, il/elle bénéficie de reports massifs.

  13. C’est exactement ce que je suggère dans mes dernières lignes en parlant des médias et des journalistes qui soutiennent Zemmour contrairement à l’époque Le Pen.

  14. Oui c’est vrai! Je sortais de la lecture de l’enquête du Monde et j’ai surtout eu envie de la partager.

  15. Il y a une publicité pour une assurance qui, pour moi, résume assez bien le phénomène d’auto-alimentation des chaines Bolorèennes, celle qui se termine par « envoyez la pub ».

    Je pense que Zemmour s’amuse de cela, il joue. Il joue comme jouait aussi Céline, en existant par ce qui se faisait de mieux pour diffuser son écriture. Dans un autre domaine un peu moins industriel, je pense aussi que Dieudonné s’éclate aussi.

    Ils organisent des corridas défouloirs des âmes perdues qui n’ont plus assez de bars pour exprimer par brèves de comptoirs leurs impressions sociales.

  16. Une dernière pour la route, David R ?

    Y faut p’têt demander à bock & co si on a la perm’ d’écouter cette version-là ?

    https://www.youtube.com/watch?v=ycf_YduVmv0

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 Nov, 2021

Épicerie ouverte

Prenez votre temps…

Conserves

« Y’en a un peu plus, je vous l’mets quand même ? »